Infonuagique

Image non disponible

Le concept d'(infonuagique(1)) constitue en la déportation sur des serveurs distants des traitements informatiques traditionnellement localisés sur les postes des utilisateurs. Dans les schémas conceptuels informatiques, le symbole du nuage est généralement utilisé pour représenter Internet ; le nom de ce concept évoque donc que les services clients sont externalisés vers le nuage (Internet).

Ce qui différencie principalement le modèle d'infonuagique d'autres modèles précédemment établis est que le traitement ne s'effectue pas en un endroit géolocalisé précis. Par exemple, une boîte de courriel pourrait être physiquement stockées en partie dans des serveurs à Paris, en partie dans des serveurs à New York, en partie dans des serveurs à Tombouctou… mais lorsqu'un usager accède à cette boîte, il la voit en intégralité exactement comme si elle était physiquement contenue dans une seule machine.

Pour le particulier, il est donc difficile d'implanter sa propre architecture d'infonuagique, puisqu'il ne dispose généralement pas des ressources (matérielles et financières) pour maintenir plusieurs serveurs connectés à de nombreux endroits différents à travers le monde. Les utilisateurs finaux sont davantage des clients de plus grandes organisations fournissant des services d'infonuagique. Pour cette raison, ce concept est vu comme une évolution majeure par certains analystes et est crainte par d'autres(2).

Les entreprises disposant de moyens suffisants peuvent, en revanche, monter leur propre « nuage », afin d'offrir une architecture évolutive à leurs employés et leurs clients. Ce nuage peut alors être public (accessible à l'extérieur de l'entreprise) ou privé (restreint aux limites de l'entreprise).

Article lu   fois.

L'auteur

Site personnel

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

I. Services disponibles en infonuagique

I-A. Stockage de fichier

Le stockage de fichiers est probablement l'un des services les plus connus déporté dans le nuage. Les services de stockage disposent de fermes de serveurs à plusieurs endroits dans le monde et enregistrent vos fichiers à plusieurs endroits, de manière à ce que vous y ayez accès de n'importe quel ordinateur, n'importe où sur la planète. Tout ce dont vous avez besoin, c'est d'un logiciel pour accéder à votre espace de stockage ou d'un navigateur Web.

Afin que la liste suivante ne devienne pas une vitrine publicitaire, nous nous limiterons à lister des services qui disposent d'un client particulier installable dans Ubuntu. Pour une liste plus complète de service de stockage en ligne, consultez Wikipedia  :

  • DropBox ;
  • Owncloud : Site, Service de stockage et de partage de fichiers sur son propre serveur. Projet officiel de KDE, faisant partie du social desktop ;
  • Ubuntu One ;
  • Sparkleshare ;
  • SpiderOak ;
  • hubiC Service de stockage de fichier proposé par OVH ;
  • Seafile - Serveur de sauvegarde de données (Dropbox-like) avec synchronisation sur plusieurs machines, création de groupes de collaboration - client disponible pour Linux, Windows, OSX, Android et iOS ;
  • PiCloud - Service de stockage et de synchronisation qui se veut le plus simple possible ;
  • Coszcloud - Service de cloud personnel qui permet de gérer, des bookmarks, des flux RSS, les mails, des notes et des todo listes. Il est à l'initiative de développeurs français et permet l'ajout de services supplémentaires.

I-A-1. Stockage de fichiers distribué

Certains systèmes de stockage de fichiers fonctionnent selon le modèle pair-à-pair, ce qui a pour avantage de vous affranchir du contrôle d'une entreprise. Plutôt que de confier vos données à une seule entreprise qui gère un ensemble de fermes de stockage, celles-ci se retrouvent enregistrées en petites parties sur des milliers d'ordinateurs comme vous. Vos fichiers, toujours chiffrés, se retrouvent répliqués sur de très nombreux ordinateurs, ce qui garantit une accessibilité proche de 100%. Ce modèle est économique et avantageux : plus il y a de gens qui participent au stockage distribué, plus il y a d'espace disponible pour l'ensemble des usagers et moins il est nécessaire de maintenir d'énormes fermes de serveurs énergivores.

Quelques exemples de systèmes de stockage de fichiers distribués installables et utilisables dans Ubuntu :

I-B. Réseaux sociaux en nuage

Les réseaux sociaux sont extrêmement populaires de nos jours. Cependant, ceux-ci sont généralement contrôlés par une seule entreprise, qui réutilise vos informations personnelles afin se financer (par la publicité ciblée, par la personnalisation d'applications Web, etc.). Les réseaux sociaux en nuage fonctionnent plutôt, tout comme pour le stockage de fichiers distribué, en petites parties sur des milliers d'ordinateurs comme vous. Vos informations sont sous votre contrôle unique : elles sont accessibles à ceux que vous autorisez, mais demeurent stockées dans votre propre ordinateur. Ce modèle est aussi économique et avantageux : il n'est plus nécessaire de maintenir d'énormes fermes de serveurs énergivores.

I-C. Bases de données dans le nuage

Les bases de données stockées en nuage ont comme caractéristiques de se répliquer entre plusieurs serveurs, mais de pouvoir fonctionner de manière individuelle lorsque celles-ci sont coupées des autres serveurs. Lorsqu'un accès aux autres serveurs est restaurée, la base de données envoie et reçoit les modifications apportées depuis la coupure de contact précédente.

I-D. Systèmes d'exploitation et systèmes de jeux dans le nuage

I-E. Systèmes de calculs dans le nuage

Voir aussi calcul collaboratif.

I-E-1. Informatique décisionnelle et veille informatique

II. Licences libres adaptées à l'infonuagique et aux applications Web

Les licences libres ne sont pas toutes adaptées au contexte relativement récent de l'infonuagique. La licence GNU GPL, par exemple, permet de mettre en place un service sur une base de logiciels libres, mais autorise à effectuer des modifications au code des logiciels sans avoir à les reverser à qui souhaite avoir accès à ces modifications tant que les logiciels modifiés ne sont pas téléchargeables. En effet, la licence GNU GPL oblige à divulguer les modifications uniquement si les logiciels modifiés sont redistribués ; dans l'infonuagique, les logiciels utilisés par les services sont rarement redistribués : ils ne sont que proposés en utilisation aux clients. Cette pratique est malheureusement courante, en parfaite contradiction avec l'esprit du logiciel libre, mais absolument légale.

Certaines licences libres ont été adaptées aux nouvelles réalités de l'infonuagique. La licence Affero General Public License (AGPL), par exemple, est une adaptation de la licence GNU GPL tenant compte du cas de figure des services en ligne construits sur la base de logiciels libres. Ainsi, si un service dans le nuage utilise un logiciel libre publié sous licence AGPL, si le service est public, alors les modifications apportées au logiciel en question doivent être accessibles et redistribuées sous une même licence AGPL compatible.

III. Voir aussi

III-A. À ranger

III-B. À ranger : solutions professionnelles

  • OpenStack (site) (nasa, dell, intel ) ;
  • Offre Canonical :
    • Landscape,
    • Eucalyptus: un outil permettant de construire des infrastructures d'infonuagique sur la base de serveurs en grappe ;
  • Compatible One: vise à développer une solution complète de nuagiciel sous licence libre, en intégrant et adaptant différents logiciels des partenaires du projet, entre autres. Compatible One a l'ambition de permettre à chacun, de créer, déployer et administrer des nuages privés, publics ou hybrides à faible coût offrant des services de tous types (infrastructure-service, plateforme-service et logiciel-service) ;
  • Easy SOA: vise à concevoir et fournir une plate forme d'intégration AOS libre et des outils associés d'administration et de supervision permettant de répondre aux attentes des utilisateurs métiers, des développeurs et des exploitants dans le respect des standards d'interopérabilité et en se reposant sur des composants libres largement diffusés ;
  • Reasonably Smart : Joyent a fait l'acquisition de Reasonably Smart une plate-forme basée sur JavaScript et Git. Les applications sont développées en HTML pour l'interface et en javasccript pour la partie serveur et disposent d'outils pour stocker les données. Des cadres d'applications peuvent être clonés pour permettre la mise au point rapide de blog ou de wiki par exemple. Une fois développée l'application n'a plus qu'à être déployée sans ce soucier de l'infrastructure nécessaire à son fonctionnement ;
  • Globus Nimbus : une boite à outils en code libre permettant de transformer une grappe de serveurs en nuage. Nimbus vient de libérer une nouvelle version. Cet outil s'appuie sur l'hyperviseur XEN et une version supportant KVM est en cours de développement ;
  • open-nebula OpenNebula 1.2 supporte les plate-formes de virtualisation Xen et KVM ainsi que le service sur demande d'Amazon EC2. Parmi ses fonctionnalités : gestion centralisée des machines virtuelles et des ressources physique, répartition de charges, extension des capacités par ajout de serveurs physique.

Les noms officiels en français sont infonuagique, informatique dans le nuage, informatique en nuage, ou encore informatique dématérialisée.

  

Licence Creative Commons
Le contenu de cet article est rédigé par Ubuntu et est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 non transposé.
Les logos Developpez.com, en-tête, pied de page, css, et look & feel de l'article sont Copyright © 2013 Developpez.com.