Les charges de travail sur le cloud public devraient doubler d'ici 2021,
Selon le dernier rapport de Spiceworks

Le , par Bruno

40PARTAGES

5  0 
Avec l’essor des stratégies multi-cloud et hybrides, le marché du cloud computing se porte plus que bien ! Selon une nouvelle étude, les entreprises exécutent en moyenne 27 % de leurs charges de travail et de leurs applications dans des clouds publics et s'attendent à ce que ce chiffre double, pour atteindre 48 % en 2021. Avec une croissance de 42 % entre le premier trimestre 2018 et celui de cette année, il est resté largement dominé par AWS en termes de ventes avec un chiffre d’affaires pour la période estimé à 7,7 milliards de dollars. Microsoft enregistre une croissance encore plus forte avec une augmentation de 73 % des revenus liés à Azure.

C’est toutefois à Google que revient la palme d’or de la croissance avec une augmentation de ses ventes de 83 %, passant ainsi de 1,2 milliard de dollars à 2,3 milliards de dollars sur le trimestre.


Selon le rapport de Spiceworks, 69 % des entreprises estiment que la flexibilité des environnements cloud leur permettra d’adopter plus facilement les technologies émergentes telles que l’informatique de périphérie, l’informatique sans serveur et les technologies de conteneur. Environ un tiers des entreprises prévoient d’adopter ces technologies d’ici 2020. Les taux d’adoption sont encore plus élevés dans les grandes entreprises. Par exemple, d'ici 2020, 65 % des grandes entreprises prévoient d'utiliser une technologie de pointe et 73 % des technologies de conteneur, contre 32 % à 39 % aujourd'hui.

« Nos résultats indiquent que de nombreuses entreprises sont désireuses de capitaliser sur les technologies émergentes centrées sur le cloud », a déclaré Peter Tsai, analyste principal de la technologie chez Spiceworks. « Cet intérêt crée de nouvelles opportunités pour les fournisseurs de cloud computing, qui proposent des solutions et des services pouvant aider les organisations à tirer parti des avantages de l'informatique sans serveur, de l'informatique de périphérie et des conteneurs ». Cependant, de nombreuses entreprises choisissent encore d'exécuter certaines charges de travail et applications entièrement sur site, en particulier celles qui contiennent des informations sensibles telles que les serveurs de bases de données 59 %, les systèmes de gestion des identités 57 % et les systèmes ERP 46 %. Cependant, même parmi ces entreprises, environ 20 % envisagent de transférer ces charges de travail vers des clouds publics au cours de la prochaine année.

Pour les charges de travail exécutées dans des clouds publics, les entreprises peuvent choisir entre différentes solutions de déploiements dans le cloud, y compris des logiciels, une plate-forme ou une infrastructure en tant que service. Selon Spiceworks, les entreprises ont tendance à abandonner davantage de contrôle en échange d'une expérience de cloud. SaaS est le modèle le plus répandu auprès des organisations utilisant le cloud, mais dans de nombreux cas, les entreprises s’y mettent en utilisant un mélange de SaaS, PaaS et IaaS. Au total, 80 % des entreprises utilisent le SaaS pour une ou plusieurs applications ou service, 64 % utilisent PaaS et 48 % utilisent IaaS.

Le SaaS est le modèle de déploiement privilégié pour la plupart des types de charges de travail cloud, y compris : les applications de productivité, serveurs de messagerie, logiciels ERP, logiciels de gestion de la relation client, services mobiles, analyse de données solutions, et plus. Cependant, l'utilisation du modèle de déploiement SaaS diminue tandis que l'utilisation de PaaS et IaaS augmente en ce qui concerne les charges de travail relatives à la gestion d’identification, de sauvegarde/sinistre solutions de récupération, logiciels développés sur-mesure, bureaux virtuels et serveurs de bases de données.

Modèles de déploiement pour les charges de travail et les applications dans les clouds publics


L'étude de Spiceworks examine également la manière dont les fournisseurs de cloud public sont perçus par les entreprises utilisant actuellement chaque marque. Selon les résultats, AWS devance de peu la concurrence en matière de disponibilité maximale, de sécurité des données et d'optimisation des ressources, trois des cinq facteurs les plus critiques en matière d'achat selon les décideurs informatiques.

Il convient également de noter que plus du tiers 36 % des responsables informatiques ont déclaré que leur organisation est plus ouverte à l’utilisation des petits fournisseurs de services cloud locaux. Les petites organisations sont plus prêtes à engager des acteurs plus spécialisés : 42 % des petites entreprises interrogées sont disposées à utiliser de petits fournisseurs de cloud locaux, contre 34 % des entreprises de taille moyenne et 30 % des entreprises.

Microsoft Azure occupe la première place pour la compatibilité avec les services existants et s'associe à AWS pour devenir le partenaire le plus fiable. Google Cloud Platform se classe parmi les meilleurs en termes de simplicité de gestion et de fournisseur innovant. « Afin de conserver leur activité, les fournisseurs d'informatique en nuage doivent être plus proactifs pour lutter contre les facteurs susceptibles de conduire leurs clients à un concurrent », a ajouté M. Tsai. « Par exemple, les fournisseurs de cloud public peuvent tirer parti de la transparence avec les responsables informatiques en ce qui concerne les garanties mises en place pour protéger les données sensibles que les clients stockent ou envisagent de stocker dans des clouds publics ».

Cependant, les fournisseurs de cloud public devront surmonter quelques obstacles pour fidéliser les clients et développer plus d’activités. Les recherches de Spicework révèlent les principales raisons pour lesquelles les entreprises pourraient ne plus utiliser les services cloud.

Fideliser la clientèle : les fournisseurs de services cloud, qui incluent des services peu fiables 87 %, des augmentations de prix substantielles 81 %, les problèmes de sécurité avec le fournisseur 79 %, problèmes de latence persistants 73 % et manque d'expertise technique du vendeur 61 %. Les fournisseurs doivent également garder à l’esprit que près de 40 % des responsables informatiques ont déclaré que l’excès d'appels commerciaux/marketing et des courriers les inciteraient à cesser d'utiliser un fournisseur de cloud.

Surmonter les problèmes de sécurité : les décideurs informatiques ont des sentiments mitigés en ce qui concerne la sécurité dans le cloud. Alors que 35 % pensent que les fournisseurs de cloud computing peuvent offrir une sécurité supérieure par rapport à ce qu’ils peuvent disposer dans leurs propres salles de serveurs et centres de données, près du tiers 30 % des entreprises ont été confrontées à des problèmes de sécurité des données dans le cloud, et ce chiffre passe à près de 50 % dans les entreprises de plus de 1 000 employés.

Offrir des options flexibles : en outre, près du quart (22 %) des entreprises ont déclaré avoir été bloquées sur des services de cloud computing dont elles n'étaient pas satisfaites et plus de la moitié 54 % des responsables informatiques estiment qu'il serait difficile de changer une partie de la charge de travail de leur entreprise à un autre fournisseur de cloud public.

En d’autres termes, pour mieux fidéliser les clients, les fournisseurs de service cloud devront être plus conscients de ce qui se passe. Pour atteindre de nouveaux clients, les fournisseurs doivent simplifier la sécurité et offrir plus d’assurances et de flexibilité pour que les entreprises se sentent en confiance. Ainsi, ils ne se retrouveront pas coincés avec des services qui les rendent mécontents. Mais dans l’ensemble, le rapport indique que le futur est prometteur pour les fournisseurs de cloud.

Source : Spiceworks

Et vous ?

Que pensez-vous de l'adoption du cloud computing par les entreprises ?

Voir aussi :

Cloud Act : la loi américaine qui donne aux USA un accès aux données stockées en UE inquiète l'Europe, la France prépare des mesures pour se protéger

Le marché du cloud a représenté plus de 250 MMM $ pour une croissance annuelle de 32%, selon le dernier rapport de Synergy Research Group

Synergy Research Group : le marché du cloud ralentit au premier trimestre 2019, malgré une forte croissance de 42 %

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Contacter le responsable de la rubrique Cloud Computing

Partenaire : Hébergement Web