L'avenir du marché des bases de données est le cloud, selon Gartner.
Partagez-vous cet avis ? Pourquoi ?

Le , par Bruno

34PARTAGES

9  1 
Depuis longtemps, la gestion des données a toujours eu une priorité élevée. Les méthodes de traitements associées sont allées de progrès en progrès. Dans les années 60, l'organisation classique des données dans une entreprise se faisait sous forme de fichiers. Vers la fin des années 60, on commence à voir l’apparition des premiers SGBD (système de gestion des bases de données). Ce n’est qu’à partir de 1970 qu’apparaît la deuxième génération de SGBD : les systèmes relationnels. Au début des années 80, la troisième génération de SGBD : les systèmes orientés objet émerge. Ces avancées technologiques ont permis de résoudre les problèmes liés aux traitements des données.

Aujourd’hui, une nouvelle problématique se dégage et Gartner le présente dans un communiqué de presse annoncé hier. « Les revenus des SGBD sur site continuent de diminuer, à mesure que le marché des SGBD se déplace vers le cloud. » Notons que : les bases de données sont des systèmes logiquement structurés pour la gestion électronique des données qui utilisent des systèmes de gestion des bases de données pour contrôler les affiliations, les droits d’accès et stocker des informations sur la base de données qu’elles contiennent. La plupart des bases de données ne peuvent être ouvertes, modifiées et lues qu’à l’aide d’applications spécifiques.


D'ici, 2022, 75 % de toutes les bases de données seront déployées ou migrées vers une plate-forme en nuage, et seulement 5 % d'entre elles ont déjà été considérées comme rapatriées sur site. Cette tendance s'expliquera en grande partie par les bases de données utilisées pour l'analyse. « Selon les demandes des clients Gartner, les entreprises développent et déploient de nouvelles applications dans le cloud et déplacent de plus en plus les ressources existantes, et nous pensons que cela continuera à augmenter », a déclaré Donald Feinberg , vice-président de la recherche chez Gartner. « Nous pensons également que cela commence par les systèmes de solutions de gestion de données pour les cas d’utilisation analytique (DMSA) ; tels que l’entreposage de données, les lacs de données et d’autres cas d’utilisation où les données sont utilisées pour l’analyse, l’intelligence artificielle (IA) et l’apprentissage automatique. De plus en plus, les systèmes opérationnels se déplacent également vers le cloud, en particulier avec la conversion au modèle d'application SaaS ».

Comment fonctionne une base de données cloud ?

D'un point de vue structurel et conceptuel, une base de données cloud ne diffère en rien d'une base de données fonctionnant sur site (sur les propres serveurs d'une entreprise). Elle ne se distingue que par l'emplacement où elle réside. Alors que les utilisateurs locaux se connectent à une base de données sur site via le réseau local interne de leur entreprise, ils doivent passer par Internet pour accéder à une base de données cloud, résidant sur les serveurs et les unités de stockage mis à disposition par un fournisseur cloud ou DBaaS. Pour une application, par exemple, peu importe que la base de données SQL réside sur site ou dans le cloud.

Que l'accès se fasse par le biais de requêtes directes (comme des instructions SQL) ou via des formulaires ou applications, la base de données devrait se comporter de la même manière. Seuls les temps de réponse sont susceptibles de légèrement varier. Ils seront probablement plus rapides avec une base sur site et un accès par réseau local qu'avec une base de données cloud, puisque dans ce dernier cas chaque interaction avec la base donne lieu à un aller-retour sur Internet. Dans la pratique néanmoins, les écarts devraient être minimes.


Avantages d'une base de données cloud

Par rapport à l'utilisation d'une base de données traditionnelle, avec serveur physique et architecture de stockage sur site, une base de données dans le Cloud présente des avantages de taille, à savoir :

Élimination de l'infrastructure physique : dans un environnement de base de données cloud, le fournisseur des serveurs, du stockage et des autres infrastructures de cloud computing est chargé d'assurer leur maintenance et leur disponibilité. L'entreprise qui détient et exploite la base de données n'est responsable que de la prise en charge et de la maintenance du logiciel de base de données et de son contenu. Dans un environnement DBaaS, il incombe au prestataire de services d'assurer la maintenance et le fonctionnement du logiciel de base de données. Les utilisateurs n'ont alors à gérer que leurs propres données.

Économies : l'infrastructure physique n'étant plus détenue ni exploitée par un service informatique, d'importantes économies peuvent être réalisées : réduction des dépenses d'investissement, des effectifs, des coûts d'exploitation (électricité, ventilation, climatisation) et de l'espace physique nécessaire. Les recherches de Gartner montrent que les revenus du système mondial de gestion de bases de données (SGBD) en 2018 ont augmenté de 18,4 % pour atteindre 46 milliards de dollars. Les revenus tirés des SGBD dans le Cloud représentent 68 % de cette croissance de 18,4 %. Microsoft et Amazon Web Services (AWS) représentent 75,5 % de la croissance totale du marché. Cette tendance renforce le fait que les infrastructures de fournisseur de services cloud (CSP) et les services qui y sont exécutés deviennent la nouvelle plate-forme de gestion de données.


Des écosystèmes se forment autour des infrastructures de fournisseur de services cloud qui intègrent des services dans un seul CSP et fournissent les premières étapes vers la gestion de données inter-couches. Cela contraste nettement avec l'approche locale, où les produits individuels remplissent souvent plusieurs rôles, mais offrent rarement leurs propres fonctionnalités intégrées pour prendre en charge l'intégration avec des produits adjacents dans l'environnement de déploiement local. Bien que les systèmes sur site connaissent une certaine croissance, cette croissance provient rarement de nouveaux déploiements sur site; cela est généralement dû aux augmentations de prix et aux mises à niveau forcées entreprises pour éviter les risques.

« Au final, cela montre que l’importance des infrastructures de fournisseur de services cloud, de ses offres natives et des offres tierces qui y sont exécutées sont assurées », a déclaré M. Feinberg. « Une étude récente sur l’adoption du cloud de Gartner a montré que 81 % des utilisateurs du cloud public utilisaient plus d’un CSP. L’écosystème cloud s’étend au-delà de la portée d’un seul fournisseur de services de communication ; pour en inclure plusieurs pour la plupart des consommateurs de cloud ».

Source : Gartner

Et vous ?

Allez-vous vous orienter vers le cloud pour les bases de données ou allez-vous continuer à utiliser les bases de données classiques hébergées par vos soins ?

Êtes-vous pour ou contre la migration des SGBD dans le cloud ? Pourquoi ?

Voir aussi

28% des dépenses sur les segments clés de l'IT vont migrer vers le cloud d'ici 2022, d'après des prévisions de Gartner

Microsoft propose un outil pour évaluer le coût d'une migration vers le cloud, à partir d'un inventaire de leurs ressources existantes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de blbird
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 02/07/2019 à 18:11
Gartner a été et reste toujours une nullité absolue en prévision dans le domaine de l'informatique, je dirais donc que leur "prévision" ne se produira pas.
1  2 
Avatar de darklinux
Membre averti https://www.developpez.com
Le 03/07/2019 à 3:11
On en reviendra du cloud , on en reviendra ...
1  2 
Avatar de petdelascar
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 03/07/2019 à 0:28
Ce n est pas une prevision, c est un constat : c est deja le cas.
0  0 
Avatar de tanaka59
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 04/07/2019 à 10:21
Le cloud est une solution au départ vu comme "annexe". Par exemple travailler dessus en mode "nomade" , "a distance" , "en télétravail". On constate que ces modes de travail sont assez limités et réservés encore à certains profil. Le cloud reste une "solution" de dépannage, certainement pas une solution de remplacement.

En cas de coupure, problème réseau, piratage, problème de droit et sécurité , en cas de manque de connectivité ... il y a encore pas de progrès a faire dans ce domaine car on très tributaire d'un grand nombre de facteur.

Des cas pratiques ou le cloud est "bien" , des profils nomades ou commerciaux, avoir certains documents sous la main (cv numérique au lieu de papier lors d'un entretien), avoir des documents administratifs sous la main au lieu de ramener une énorme boite papier ...

Bref le cloud est certes très démocratisé mais aussi cantonné a des cas bien précis.
0  1 

 
Contacter le responsable de la rubrique Cloud Computing

Partenaire : Hébergement Web