Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Microsoft remporte le contrat JEDI de 10 milliards de $ du Pentagone pour le cloud computing,
En battant Amazon, le leader du marché

Le , par Stan Adkens

67PARTAGES

10  0 
C’est enfin l’aboutissement d’une bataille qui a duré plus d’un an. Le Pentagone a désigné, vendredi, Microsoft comme le vainqueur d'une compétition spectaculaire pour les ressources du cloud public pour le ministère américain de la Défense, battant le leader du marché Amazon Web Services. Le contrat de 10 ans pour l'infrastructure conjointe de défense d'entreprise, connue sous le nom de JEDI, avait déclenché un affrontement entre Amazon, Microsoft, IBM, Oracle et Google afin de remporter le prix et aider le Pentagone à créer un environnement de cloud standard au sein de son département de la Défense qui couvrira toutes les branches de l’Armée US. La Défense avait lancé un appel d’offres en juillet 2018.

Ce contrat est d'une importance capitale, car il est au cœur des efforts du Pentagone pour moderniser sa technologie. Une grande partie de l'armée utilise des systèmes informatiques des années 1980 et 1990, et le ministère de la Défense a dépensé des milliards de dollars pour essayer de les moderniser, a rapporté Reuters. Selon Reuters, les fonctionnaires se sont plaints d'avoir des systèmes informatiques désuets et d'être incapables d'accéder aux dossiers ou de partager l'information aussi rapidement que cela se fait dans le secteur privé.


L'unification de l'information dans le nuage présente, par conséquent, des avantages évidents pour le Pentagone à mesure que les militaires utilisent davantage les capteurs à distance, les armes semi-autonomes et l'intelligence artificielle. Selon Reuters, le Pentagone a déclaré qu'il avait accordé plus de 11 milliards de dollars dans le cadre de 10 contrats de cloud distincts au cours des deux dernières années. « Alors que nous poursuivons l'exécution de la stratégie cloud du DoD, d'autres contrats sont prévus pour les services cloud et les solutions complémentaires de migration et d'intégration nécessaires à une adoption efficace du Cloud », a déclaré le Pentagone.

Mais la décision d’attribution de JEDI à Microsoft devant Amazon a surpris plus d’un. Car, d’une part, AWS avait été considérée comme le chef de file pour avoir construit des services de cloud computing pour la Central Intelligence Agency, et d’autre part, parce qu’Amazon avait été certifiée au plus haut niveau d'habilitation de sécurité existant, tandis que Microsoft s'efforçait de rattraper son retard dans le cloud computing, selon le News York Times. Il faut noter également que le processus d’attribution, qui a duré longtemps que prévu, a aussi été émaillé par des intrusions de la Maison-Blanche, le président Trump devenant parfois publiquement hostile à Jeff Bezos, PDG d’Amazon. M. Bezos possède également le Washington Post qui n’hésite pas à critiquer l’administration Trump. JEDI a aussi fait l’objet de critiques dès le départ par les employés de certains fournisseurs.

JEDI a suscité de la controverse dès le début de la période soumission

Dès début octobre 2018, Google avait décidé de se retirer de la course à JEDI, faisant valoir que le projet pourrait entrer en conflit avec ses valeurs. Dans une déclaration, Google avait dit : « Bien que nous travaillions pour aider le gouvernement américain avec notre cloud dans de nombreux domaines, nous n’allons pas soumettre d’offre pour obtenir le contrat JEDI car, tout d’abord, nous n’avons aucune assurance que cela correspondrait à nos principes concernant l’utilisation de l'IA, ensuite, nous avons déterminé qu'il y avait des portions du contrat qui étaient hors de portée avec nos certifications gouvernementales actuelles ».

En juin, Google s’est retiré du projet Maven, un autre projet du DoD utilisant l’intelligence artificielle pour analyser les images de drones, après des critiques internes de milliers de travailleurs, soutenus par des associations de droits de l’homme. Ces critiques ont incité le PDG, Sundar Pichai, à énoncer les principes de l’intelligence artificielle de la société, qui s’opposent à l’utilisation d’IA de Google dans les armes.

Après la publication en octobre 2018 d’un billet intitulé « activation du cloud intelligent et des solutions de pointes intelligentes pour le gouvernement », dans lequel Julia White, Corporate Vice President de Microsoft Azure, s’est largement étendue sur « la transformation de la technologie qui ouvre de nouveaux scénarios de mission pour les agences gouvernementales », certains employés de Microsoft ont fait un lien avec JEDI et ont exprimé leur mécontentement. Dans une lettre ouverte, ces employés ont demandé à leur employeur de ne pas participer à la compétition : « Microsoft ne doit pas soumissionner sur JEDI ».

Dès le lancement de l’appel d’offres, les plans pour le contrat JEDI suscitaient déjà la controverse de la part de certains fournisseurs. Pour sa part, Oracle Corporation avait choisi de déposer une plainte auprès du gouvernement américain pour protester contre l'idée d’attribuer le contrat de cloud du Pentagone à un seul fournisseur. Pour Oracle, cela pourrait nuire à l'innovation, à la concurrence et à la sécurité.

L'action en justice d’Oracle affirmait également que le processus d’attribution a été entaché par de nombreux conflits d'intérêts, y compris des liens entre d'anciens fonctionnaires du ministère de la Défense et Amazon. A l’époque, certaines personnes pensaient qu’Oracle, qui faisait partie des derniers arrivants sur le marché du cloud, craignait que l’un de ses concurrents se procure à lui seul tout le contrat, alors que l'entreprise essaie de rattraper son retard sur le marché du cloud. Mais en juillet, un juge a définitivement écarté Oracle de la compétition en rejetant sa poursuite. Bien plus tôt en avril 2018, le ministère américain de la Défense l’avait écarté en choisissant Microsoft et Amazon comme finalistes dans le projet militaire JEDI Cloud.


L’implication critiquée de la Maison-Blanche dans le processus d’appel d’offres

Selon The New York Times, l'attribution à Microsoft est susceptible d'alimenter les soupçons que M. Trump aurait pu jouer un rôle important en privé aussi bien qu'en public pour éliminer Amazon. Les experts en passation de marchés fédéraux ont dit qu'il serait tout à fait inapproprié qu'un président intervienne dans l'attribution d'un marché, a rapporté le journal. Pour rappel, en août dernier, M. Trump a déclaré que son administration examinait l'offre d'Amazon à la suite de plaintes déposées par d'autres entreprises.

Selon Reuters, dans un livre dont la publication est prévue pour le 29 octobre, Guy Snodgrass, un commandant de la marine à la retraite, qui a été rédacteur de discours pour l'ancien ministre de la Défense Jim Mattis, a déclaré que Trump avait appelé Mattis et lui avait demandé de « mettre la pression sur Amazon » en lui interdisant de soumissionner pour le contrat JEDI, selon un extrait du livre lu par Reuters avant sa sortie. Mais l’extrait du livre montre que Mattis n’a pas exécuté cette demande. « Nous n'allons pas faire cela », a déclaré plus tard Mattis à d'autres responsables du Pentagone, selon la lecture de Reuters. « Cela se fera dans les règles de l'art, tant du point de vue légal qu'éthique ». M. Snodgrass n’a pas commenté la nouvelle en attendant que son livre sorte.

Il y a quelques jours, le ministre américain de la Défense, Mark Esper, s'est retiré de l'examen du dossier en raison de l'emploi de son fils adulte chez IBM Corp, l'un des premiers demandeurs de contrat, alors qu'il avait dit plus tôt qu’il voulait prendre plusieurs mois pour examiner la question. Ce retrait, sur lequel Reuters n’a pas donné plus de détails, est intervenu alors que le ministère américain de la Défense avait éliminé IBM du challenge depuis le mois d’avril.

Dans un communiqué attribuant le contrat à Microsoft vendredi, le ministère de la Défense a déclaré : « Le processus d'acquisition s'est déroulé conformément aux lois et règlements en vigueur ». « Toutes les (offres) ont été traitées équitablement et évaluées conformément aux critères d'évaluation énoncés dans la demande de soumissions. Avant l'attribution du prix, le ministère s'est entretenu avec l'inspecteur général du ministère de la Défense, qui a éclairé la décision d'aller de l'avant », a ajouté le ministère.

Selon le New York Times, Price Floyd, un ancien chef des affaires publiques du Pentagone qui a brièvement consulté Amazon, a déclaré qu'il pensait que les critiques virulentes de M. Trump à l'égard d'Amazon lui donneraient de bonnes raisons de protester contre le choix de Microsoft. « C'est le commandant en chef, et il n'a pas été subtil au sujet de son hostilité envers Amazon », a dit M. Floyd.

Le sénateur démocrate Mark Warner a déclaré sur Twitter qu'il était « important que nous maintenions un processus équitable et compétitif » et que « le fait que le président utilise le pouvoir de son bureau pour punir les critiques dans les médias serait un abus de pouvoir total ».


Repositionnement sur le marché de cloud pour Microsoft, mais victoire surprise pour plusieurs

Selon le New York Times, pas plus tard que ce mois-ci, d’aucuns auraient parié que Microsoft n'obtiendrait tout au plus qu'une partie du contrat et que le Pentagone ferait appel à plusieurs fournisseurs pour ses services cloud. En effet, Amazon a longtemps été l'acteur dominant, avec environ 45 % du marché de cloud computing, suivi par Microsoft avec environ 25 %, a déclaré Daniel Ives, un analyste pour Wedbush Securities qui a suivi de près la saga JEDI. M. Yves a aussi déclaré que les revenus d'Amazon provenant des contrats du gouvernement fédéral, environ 200 millions de dollars en 2014, avaient atteint 2 milliards de dollars cette année, en grande partie grâce à la C.I.A. et à d'autres agences de renseignement.


Selon le New York Times, ce n'est que récemment que Microsoft a ouvert suffisamment d'installations de serveurs classifiés pour être en mesure de traiter des données à l'échelle du contrat avec le Pentagone. Toutefois, Microsoft a été considéré comme le chef de file d'autres programmes cloud gouvernementaux, y compris un contrat de renseignement. Microsoft honore en ce moment un contrat HoloLens US Army de 480 millions de dollars pour fournir à l'armée américaine plus de 100.000 casques de réalité augmentée destinés à être utilisés sur les champs de bataille et à servir pour la formation dans l'armée.

Selon le New York Times, l'obtention du contrat JEDI place Microsoft, qui lutte contre Amazon pour la domination du cloud, dans une position privilégiée pour gagner les quelque 40 milliards de dollars que le gouvernement fédéral devrait dépenser en informatique dans les nuages au cours des prochaines années. Tandis que le fait qu’Amazon n’ait pas été choisi est un coup dur pour la réputation d'Amazon, qui a décidé l'année dernière d'ouvrir un grand avant-poste en Virginie du Nord qui emploiera au moins 25.000 personnes à terme.

Dans un communiqué, Drew Herdener, porte-parole d'Amazon, a déclaré : « AWS est le leader incontesté de l'informatique dans les nuages, et une évaluation détaillée portant uniquement sur les offres comparatives a clairement conduit à une conclusion différente ». « Nous restons profondément engagés à continuer d'innover pour le nouveau champ de bataille numérique où la sécurité, l'efficacité, la résilience et l'évolutivité des ressources peuvent faire la différence entre succès et échec », a-t-il ajouté.

Selon Reuters, les actions de Microsoft ont augmenté de 3 % à 144,98 dollars après les heures de négociation qui ont suivi les nouvelles. Tandis que les actions d'Amazon ont baissé de 0,92 % pour s'établir à 1 745,12 dollars.

Sources : DoD

Et vous ?

Que pensez-vous de l’issue de la compétition JEDI ?
Quel commentaire faites-vous du choix de Microsoft – le rejet d’AWS – par le Pentagone ?
Pensez-vous que Microsoft a le meilleur profil cloud pour exécuter au mieux ce contrat ?

Lire aussi

Microsoft : des employés l'exhortent à ne pas soumissionner de proposition pour JEDI, qui ambitionne de créer une force militaire « plus meurtrière »
Un juge rejette une poursuite d'Oracle concernant le contrat JEDI du Pentagone de plus de 10 milliards $, l'écartant définitivement du challenge
Jeff Bezos confirme qu'il prendra le contrat JEDI Cloud avec le DoD, et défend sa coopération technologique avec le Pentagone
Amazon : un employé demande à son patron d'arrêter de vendre le système de reconnaissance faciale à la police, évoquant des dérives

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de
https://www.developpez.com
Le 10/12/2019 à 6:46
Nous sommes les gentils.
Marrant, les 3/4 de la planète pense le contraire.

mais voulez-vous une défense nationale forte ou pas ?
C'est quand même génial d'appeler un système aussi offensif la "défense"
C'est fou cette planète avec autant de génies incompris et qui participent autant à transformer continuellement cette planète en enfer par n'importe quel moyen.

Juste une question, est-ce que toutes les personnes qui travaillent pour amazon ont une vie formidable ? C'est comme les super-marchés, on est passé de milliers de commerçants gagnant correctement leur vie à des milliers de smicards traité comme de la merde sans valeur
9  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 11/03/2020 à 7:09
Contrat JEDI : un juge fédéral estime qu'Amazon Web Service « susceptible de l'emporter sur le fond »,
concernant un de ses arguments dans l'affaire qui l'oppose à Microsoft

Un juge fédéral a déclaré dans des documents judiciaires que le procès de protestation d'Amazon contre son rival Microsoft ayant obtenu un projet de défense très lucratif était « susceptible de l'emporter sur le fond » de l'un de ses principaux arguments, selon un document rendu public.

En octobre, Microsoft a obtenu le contrat de cloud computing JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure) du Pentagone après que l'administration Trump et d'autres législateurs sont intervenus au nom du géant de la technologie.

Le document donne un aperçu de la manière dont la juge Patricia Campbell-Smith de la Cour fédérale des revendications des États-Unis pourrait statuer sur l'affaire. Au grand regret de Microsoft et du ministère de la Défense, Campbell-Smith a interrompu le mois dernier la production sur le système cloud JEDI, déclarant dans sa décision que le Pentagone avait commis une erreur dans la façon dont il a évalué les propositions concurrentes de prix des deux sociétés technologiques.

Dans une déclaration au Post, le porte-parole du Pentagone, le lieutenant-colonel Robert Carver, a déclaré : « nous restons déterminés à mettre cette capacité critique entre les mains de nos combattants aussi rapidement et efficacement que possible ».

Dans le même esprit, un porte-parole de Microsoft a relativisé la procédure judiciaire en cours : « la décision était en désaccord avec une seule conclusion technique du ministère de la Défense concernant le stockage des données dans le cadre de l'évaluation d'un sous-élément d'un scénario de prix », a déclaré le porte-parole de la société, Frank Shaw, dans un communiqué.

« Bien qu'important, il y avait six scénarios de prix, chacun avec plusieurs sous-éléments, et huit facteurs techniques, chacun avec de nombreux sous-facteurs évalués pendant l'approvisionnement », a-t-il ajouté. « La décision ne trouve aucune erreur dans l'évaluation du ministère de la Défense dans tout autre domaine du processus complexe et approfondi qui a abouti à l'attribution du contrat à Microsoft ».

Campbell-Smith n'a pas mentionné le président Trump par son nom dans les documents publiés et n'a pas encore statué sur la question de savoir si le président a interféré avec l'attribution du contrat JEDI, comme Amazon l'a affirmé.


Chronologie des évènements

e 25 octobre dernier, le Pentagone a accordé à Microsoft le contrat sur le programme JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure) qui couvrira toutes les branches de l’Armée US créant un environnement de cloud standard au sein du département de la Défense. Le contrat de 10 milliards de dollars devrait s’étendre sur une période de 10 ans.

Dans un communiqué attribuant le contrat à Microsoft, le ministère de la Défense a déclaré : « le processus d'acquisition s'est déroulé conformément aux lois et règlements en vigueur ». « Toutes les (offres) ont été traitées équitablement et évaluées conformément aux critères d'évaluation énoncés dans la demande de soumissions. Avant l'attribution du prix, le ministère s'est entretenu avec l'inspecteur général du ministère de la Défense, qui a éclairé la décision d'aller de l'avant », a ajouté le ministère.

La Défense avait lancé un appel d’offres en juillet 2018 et les finalistes désignés par le ministère américain de la Défense étaient Microsoft et Amazon.

Mais la décision d’attribution de JEDI à Microsoft devant Amazon a surpris plus d’un. Car, d’une part, AWS avait été considérée comme le chef de file pour avoir construit des services de cloud computing pour la Central Intelligence Agency, et d’autre part, parce qu’Amazon avait été certifiée au plus haut niveau d'habilitation de sécurité existant, tandis que Microsoft s'efforçait de rattraper son retard dans le cloud computing, selon le News York Times. Il faut noter également que le processus d’attribution, qui a duré longtemps que prévu, a aussi été émaillé par des intrusions de la Maison-Blanche, le président Trump devenant parfois publiquement hostile à Jeff Bezos, PDG d’Amazon. Bezos possède également le Washington Post qui n’hésite pas à critiquer l’administration Trump. JEDI a aussi fait l’objet de critiques dès le départ par les employés de certains fournisseurs.

Amazon a décidé de poursuivre le Pentagone en justice. La société allègue un « parti pris incontestable » de la part du gouvernement lors de l'attribution d'un contrat de grande envergure dans le domaine de la technologie militaire à Microsoft.


Dans une déclaration publiée le 14 novembre, l'unité cloud d'Amazon a déclaré que « de nombreux aspects du processus d'évaluation de JEDI comportaient des lacunes, des erreurs et des préjugés évidents - et qu'il était important que ces problèmes soient examinés et corrigés ». La société a fait appel de l'attribution du contrat devant la Cour américaine des réclamations fédérales.

Plus tard, durant le même mois, la société a fait appel de cette attribution de contrat devant une cour fédérale, la United States Court of Federal Claims. Cette Cour a une compétence particulière : elle entend les plaintes pour dommages pécuniaires qui découlent de la Constitution des États-Unis, des lois fédérales, des règlements exécutifs ou des contrats (explicites ou implicites dans les faits) avec le gouvernement des États-Unis. La juridiction principale de la cour se situe au 28 U.S.C. § 1491, connu sous le nom de loi Tucker. En vertu de cette loi et d’autres lois adoptées par le Congrès, elle peut connaître de nombreuses demandes spéciales à l’encontre du gouvernement fédéral, notamment des réclamations relatives à des contrats, des réclamations d’offres, des réclamations de salaires militaires, des réclamations de salaires civils, des réclamations fiscales, des réclamations pour dommages causés par des vaccins, et revendications de brevets et de droits d'auteur.

En janvier, Amazon a demandé officiellement à la Cour de suspendre le travail de Microsoft sur le contrat JEDI du Pentagone jusqu'à ce qu'un tribunal statue sur sa contestation de l'attribution du contrat. En février, la juge fédérale Patricia Campbell-Smith ayant accepté d'ordonner la suspension du contrat fédéral de 10 ans.

La décision de la juge a été critiquée par Microsoft et le Département de la Défense. Frank Shaw, le vice-président de la communication de Microsoft, a déclaré à CNBC : « Bien que nous soyons déçus par le délai supplémentaire, nous pensons que nous pourrons finalement aller de l'avant avec le travail visant à s'assurer que ceux qui servent notre pays puissent accéder à la nouvelle technologie dont ils ont besoin de toute urgence. Nous avons confiance dans le ministère de la Défense, et nous pensons que les faits montreront qu'il a mené un processus détaillé, approfondi et équitable pour déterminer les besoins des combattants qui seraient le mieux satisfaits par Microsoft ».

Quant au ministère de la Défense, son porte-parole, le lieutenant-colonel Robert Carver, a déclaré : « Nous sommes déçus par la décision d'aujourd'hui et pensons que les mesures prises dans le cadre de ce litige ont inutilement retardé la mise en œuvre de la stratégie de modernisation du ministère de la Défense et privé nos combattants d'un ensemble de capacités dont ils ont un besoin urgent. Toutefois, nous sommes confiants dans l'attribution du contrat JEDI à Microsoft et nous restons concentrés sur la mise à disposition de cette capacité critique à nos combattants aussi rapidement et efficacement que possible.

CNBC a rapporté que Microsoft a renforcé ses effectifs en vue de travailler sur le projet d’infrastructures cloud du gouvernement, malgré la contestation en cours d'Amazon. La société a tenté d'attirer des talents parmi les entrepreneurs de la Défense et d'autres entreprises, alors qu'il y avait de nombreuses offres d'emploi pour les personnes ayant une habilitation de sécurité. Brad Smith, président et directeur juridique de Microsoft, a déclaré à CNBC que la société « avançait encore plus vite » depuis que le contrat JEDI a été attribué. Mais elle a été stoppée dans son élan à la demande d’Amazon.

Source : document de la cour, Washington Post
9  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 15/11/2019 à 14:34
Contrat JEDI avec le Pentagone : Amazon veut porter plainte contre le gouvernement US suite à son attribution à Microsoft,
et dénonce un « parti pris incontestable »

Le 25 octobre dernier, le Pentagone a accordé à Microsoft le contrat sur le programme JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure) qui couvrira toutes les branches de l’Armée US créant un environnement de cloud standard au sein du département de la Défense. Le contrat de 10 milliards de dollars devrait s’étendre sur une période de 10 ans.

Dans un communiqué attribuant le contrat à Microsoft, le ministère de la Défense a déclaré : « le processus d'acquisition s'est déroulé conformément aux lois et règlements en vigueur ». « Toutes les (offres) ont été traitées équitablement et évaluées conformément aux critères d'évaluation énoncés dans la demande de soumissions. Avant l'attribution du prix, le ministère s'est entretenu avec l'inspecteur général du ministère de la Défense, qui a éclairé la décision d'aller de l'avant », a ajouté le ministère.

Ce contrat est d'une importance capitale, car il est au cœur des efforts du Pentagone pour moderniser sa technologie. Une grande partie de l'armée utilise des systèmes informatiques des années 1980 et 1990, et le ministère de la Défense a dépensé des milliards de dollars pour essayer de les moderniser, a rapporté Reuters. Selon le quotidien, les fonctionnaires se sont plaints d'avoir des systèmes informatiques désuets et d'être incapables d'accéder aux dossiers ou de partager l'information aussi rapidement que cela se fait dans le secteur privé.

L'unification de l'information dans le cloud présente, par conséquent, des avantages évidents pour le Pentagone à mesure que les militaires utilisent davantage les capteurs à distance, les armes semi-autonomes et l'intelligence artificielle. Selon Reuters, le Pentagone a déclaré qu'il avait accordé plus de 11 milliards de dollars dans le cadre de 10 contrats de cloud distincts au cours des deux dernières années. « Alors que nous poursuivons l'exécution de la stratégie cloud du DoD, d'autres contrats sont prévus pour les services cloud et les solutions complémentaires de migration et d'intégration nécessaires à une adoption efficace du Cloud », a déclaré le Pentagone.

La Défense avait lancé un appel d’offres en juillet 2018 et les finalistes désignés par le ministère américain de la Défense étaient Microsoft et Amazon.


Mais la décision d’attribution de JEDI à Microsoft devant Amazon a surpris plus d’un. Car, d’une part, AWS avait été considérée comme le chef de file pour avoir construit des services de cloud computing pour la Central Intelligence Agency, et d’autre part, parce qu’Amazon avait été certifiée au plus haut niveau d'habilitation de sécurité existant, tandis que Microsoft s'efforçait de rattraper son retard dans le cloud computing, selon le News York Times. Il faut noter également que le processus d’attribution, qui a duré longtemps que prévu, a aussi été émaillé par des intrusions de la Maison-Blanche, le président Trump devenant parfois publiquement hostile à Jeff Bezos, PDG d’Amazon. Bezos possède également le Washington Post qui n’hésite pas à critiquer l’administration Trump. JEDI a aussi fait l’objet de critiques dès le départ par les employés de certains fournisseurs.

Selon le NYT, l'attribution à Microsoft est susceptible d'alimenter les soupçons que Trump aurait pu jouer un rôle important en privé aussi bien qu'en public pour éliminer Amazon. Rapportant les déclarations d'experts en passation de marchés fédéraux, le quotidien a souligné qu'il serait tout à fait inapproprié qu'un président intervienne dans l'attribution d'un marché. Pour rappel, en août dernier, Trump a déclaré que son administration examinait l'offre d'Amazon à la suite de plaintes déposées par d'autres entreprises.

Amazon veut faire appel de cette décision

Amazon a décidé de poursuivre le Pentagone en justice. La société allègue un « parti pris incontestable » de la part du gouvernement lors de l'attribution d'un contrat de grande envergure dans le domaine de la technologie militaire à Microsoft.

Dans une déclaration publiée jeudi, l'unité cloud d'Amazon a déclaré que « de nombreux aspects du processus d'évaluation de JEDI comportaient des lacunes, des erreurs et des préjugés évidents - et qu'il était important que ces problèmes soient examinés et corrigés ». La société a déclaré qu'elle ferait appel de l'attribution du contrat devant la Cour américaine des réclamations fédérales.

Le porte-parole d'Amazon Web Services a déclaré que la société était « particulièrement expérimentée et qualifiée » pour le poste, ajoutant : « Nous pensons également qu'il est essentiel pour notre pays que le gouvernement et ses dirigeants élus gèrent les achats de manière objective et sans influence politique ».

Lors de l'appel d'offres lancé sur JEDI en 2018, Amazon était considéré comme la seule société à posséder les qualifications requises. Son rival, Oracle, a mené une campagne de lobbying qui accusait le Pentagone et Amazon de s’établir dans une relation intime, en montrant les employés du Département de la Défense qui avaient travaillé pour AWS. L'entreprise a également choisi de déposer une plainte auprès du gouvernement américain pour protester contre l'idée d’attribuer le contrat JEDI du Pentagone à un seul fournisseur. Pour Oracle, cela pourrait nuire à l'innovation, à la concurrence et à la sécurité. Mais en juillet, un juge a définitivement écarté Oracle de la compétition en rejetant sa plainte.

Source : Reuters

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Avec un laser, des chercheurs ont piraté Alexa d'Amazon, Google Home, Siri d'Apple, et d'autres appareils à commande vocale, selon un rapport
Wing lance le premier service de livraison commerciale résidentielle par drone aux Etats-Unis, battant ainsi son concurrent Amazon
Migration achevée : Amazon's Consumer Business a déconnecté sa dernière base de données Oracle, conformément à son calendrier
Amazon France répercute la « taxe Gafa » sur ses tarifs aux entreprises françaises comme il l'avait annoncé il y a quelques mois
Amazon présente Sidewalk, un nouveau protocole sans fil à longue portée pour vos appareils connectés, dans un contexte où l'entreprise a reconnu avoir collecté des données de dispositifs IdO
8  0 
Avatar de MaximeCh
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 12/02/2020 à 0:13
Selon vous, quel est le plus triste dans cette dépêche ?

A - Trump est président des USA
B - Microsoft a remporté un contrat de dix milliards
C - La société de Bezos fait chier le monde parce qu'elle est lésée
D - La réponse D
7  0 
Avatar de Christian Olivier
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 10/12/2019 à 5:33
Jeff Bezos estime que les employés activistes de la Tech ont tort
Et que les entreprises de la Silicon Valley devraient continuer à faire affaire avec l'armée US pour l'intérêt national

Le PDG d’Amazon, Jeff Bezos a récemment participé à la conférence Reagan National Defense Forum organisée chaque année en Californie. Au cours de cet évènement, il a été interviewé et a discuté des actions initiées par les employés opérant au sein des grandes entreprises technologiques américaines pour bloquer les contrats avec l’armée américaine (ou DoD pour département US de la Défense). En substance, il en ressort que le patron du géant américain du e-commerce soutient cette assertion : « Il est difficile d’amener une personne à comprendre quelque chose, quand son salaire dépend de son incompréhension vis-à-vis de cette même chose ».


Le patron d’Amazon a expliqué à ce propos : « L’une des choses qui se passe au sein des entreprises technologiques, c’est qu’il y a des groupes d’employés qui pensent, par exemple, que les entreprises technologiques ne devraient pas travailler avec le département de la Défense. Je pense que c’est une question très importante et les gens ont le droit d’avoir leurs opinions, mais c’est à l’équipe de haute direction qu’il revient de dire non ».

Il faisait de toute évidence allusion aux cas de désistement d’entreprises technologiques américaines observés depuis plusieurs mois dans le cadre d’appels d’offres lancés par le DoD ou d’autres organes du gouvernement pour des projets qui touchent aux nouvelles technologies (Infrastructure Cloud, IA…).

L’un des exemples les plus probants en la matière est sans doute celui de Google, la filiale d’Alphabet ayant refusé un contrat de 10 milliards de dollars sur le Cloud avec le Pentagone en 2018 et un autre contrat dans le cadre du Project Maven prévoyant la fourniture de drones militaires au Pentagone à cause des prises de position de ses employés. Le géant du e-commerce a connu lui aussi des déboires similaires lorsque certains de ses employés ont demandé aux dirigeants de l’entreprise de mettre fin à ses relations avec les services de l’immigration et des douanes US.

Bezos a également parlé, lors de sa récente interview, du soutien apporté par la Big Tech à certaines initiatives de l’armée US, le présentant comme un enjeu clé lié à la sécurité nationale : « À mon avis, si les grandes entreprises technologiques veulent tourner le dos au département de la Défense, le pays est en difficulté. Ça ne peut pas arriver, c’est tout ». Aux plus sceptiques, il a rappelé que : « Nous sommes les gentils. Je le crois vraiment. Et je sais que c’est compliqué, mais voulez-vous une défense nationale forte ou pas ? Je pense que oui ».

« C’est à l’équipe de la haute direction de dire aux gens : Écoutez, je comprends que ce sont des questions émotionnelles, ce n’est pas grave et nous n’avons pas à être d’accord sur tout, mais c’est comme ça que nous allons faire. Nous allons soutenir le Département de la Défense », car « ce pays est important », a-t-il ajouté.


Ce n’est pas la première fois que Bezos défend la coopération technologique entre les entreprises technologiques américaines de premier plan comme les GAFAM et le Pentagone. En octobre 2018, par exemple, il était monté aux créneaux pour confirmer qu’il prendra le contrat JEDI Cloud avec le DoD s’il lui était attribué en mettant en avant l’aspect commercial du partenariat et en présentant sa collaboration avec le Pentagone comme une décision patriotique.

Malheureusement, de l’eau a coulé sous les ponts depuis et quelques tensions se sont installées dans les relations entre l’administration Trump et Amazon depuis que le Pentagone a accordé à Microsoft le contrat sur le programme JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure) qui couvrira toutes les branches de l’armée US créant un environnement de cloud standard au sein du département de la Défense. Le mois dernier, Amazon qui conteste toujours cette attribution de marché a officiellement porté plainte contre le Pentagone, alléguant un parti pris incontestable de la part du gouvernement - et du président américain Donald Trump en particulier - dans le cadre de la procédure d’attribution de ce marché de grande envergure.

Source : Youtube

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Amazon France répercute la « taxe Gafa » sur ses tarifs aux entreprises françaises comme il l'avait annoncé il y a quelques mois
Amazon présente Sidewalk, un nouveau protocole sans fil à longue portée pour vos appareils connectés, dans un contexte où l'entreprise a reconnu avoir collecté des données de dispositifs IdO
6  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 10/12/2019 à 10:33
Bon, on savait tous qu'Alibaba Cloud n'avait aucune chance

Toutefois, lors d'un récent témoignage devant le Congrès Dana Deasy, un haut responsable de la technologie du Pentagone, a nié que Trump ou la Maison-Blanche aient influencé le processus de sélection du JEDI.
Dans ce genre de deal colossal, il y a toujours du lobbying en arrière-plan... Avec les petits coups de fil et les parties de golf qui vont bien
Misère de riches quoi
Ce que je trouve ahurissant, c'est qu'AWS qui a déjà une belle part du gâteau porte plainte pour en avoir une plus grosse (part de gâteau hein, commencez pas ). Et s'ils ont gain de cause, je verrais bien M$FT contre-attaquer avec une plainte pour concurrence déloyale. Histoire de faire tourner tous les potos juristes parce que là on est quand même dans des montants à 11 digits

-VX
4  0 
Avatar de SQLpro
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 17/01/2020 à 17:15
Il est clair qu'aucune entreprise ou collectivité d'importance ne passe de l'informatique "on premise" à l'infonuagique en un claquement de doigt. Or Amazon n'existe pas en tant qu'informatique "on premise"....
Et la fiabilité et le professionnalisme de Microsoft sont largement supérieures à celles d'AWS qui s'adresse plus à la masse qu'à l'élite.

A +
5  1 
Avatar de defZero
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 10/12/2019 à 16:43
Que pensez-vous de la plainte d’Amazon ?

Légitime dans le contexte.

Amazon a appelé à une réévaluation des propositions soumises au Pentagone et à une nouvelle décision d'attribution. Pensez-vous qu’il obtiendra cela ?

Non ...Enfin, l'évaluation peut-être, mais le résultat sera le même.

Une fois qu'on a assimilé qu'Oracle & MS ont les faveurs de Donald, tout est dit.
Je vous rappel que nous parlons d'un gars qui sans connaitre aucune des loi de sont pays, arrivent à toutes les enfreindre .
Il est à lui tout seule le résumé d'une étude du comportement chez les jeunes enfants.
Le mec est pris la main dans le sac, la bouche pleine et bien il sera capable de te soutenir qu'il n'en a pas manger, en te regardant droit dans les yeux et en trouvant injuste d'être accusé, forcement à tord.
On est d'accord qu'au temps de l’ancien code, saurait était une bonne tarte dans ça gueule, privé de repas et au lit.
Heureusement pour lui, on est la génération qui doit dire merci à l'enfant pour avoir fait preuve d'autant d'imagination.
3  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/12/2019 à 9:14
Si les grosses entreprises US collaborent de plus en plus avec leur armée, les chinois ont peut-être raison de vouloir s'émanciper un peu des solutions US.
L'ambiance guerre froide s'accentue, on dirait qu'on se rapproche un peu de la troisième guerre mondiale. Le milieu de la technologie collabore beaucoup avec l'armée.
2  0 
Avatar de darklinux
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 10/12/2019 à 12:21
Qu ' Amazon et le reste de la Silicon Valley vont lâcher des Himalaya de dollars sur les démocrates
3  1