Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Cloud : trois quarts des entreprises décident de faire machine arrière en déplaçant leurs applications du cloud public vers une infrastructure sur site
Selon un rapport de Nutanix

Le , par Bill Fassinou

125PARTAGES

6  0 
Nutanix, une entreprise américaine qui édite des logiciels dédiés au cloud computing, a publié cette semaine l’édition 2019 de son rapport annuel intitulé Enterprise Cloud Index, visant à mesurer la progression des entreprises dans l’adoption du Cloud public, privé ou hybride. Le rapport de Nutanix a conclu que le Cloud hybride reste le modèle d'exploitation informatique le plus performant du marché. Il indique également que les entreprises ont l'intention d'investir massivement dans des architectures hybrides de cloud computing.

Selon le rapport Enterprise Cloud Index 2019, bien que leurs plans de déploiement à court terme aient connu une forte augmentation au cours de l'année écoulée, beaucoup d’entreprises s’emploient majoritaires à adopter le cloud hybride. En effet, la grande majorité des répondants au sondage de 2019, environ 85 % des entreprises interrogées, affirment que le cloud hybride est leur modèle idéal. En outre, 49 % des répondants au sondage ont cité le cloud hybride comme étant l'exploitation informatique répondant à tous leurs besoins.


L’étude de Nutanix a été menée auprès de 2650 responsables informatiques en provenance de 24 pays. Parmi les raisons indiquées dans le choix du cloud hybride, on peut citer la souplesse nécessaire pour faire correspondre le cloud approprié à chaque cas d'application et d'utilisation (citée par 62 % des répondants comme l'un des principaux avantages du nuage hybride) et les niveaux élevés de sécurité perçus associés à ce modèle. Cette flexibilité du cloud hybride amène beaucoup d’entreprises à revoir leurs infrastructures cloud.

Près de trois quarts (73 %) des répondants ont indiqué avoir choisi de faire machine arrière en renvoyant leurs applications du cloud public vers une infrastructure sur site. De même, 22 % affirment avoir transféré cinq applications ou plus sur site. Cette stratégie permet aux entreprises de répondre à leurs besoins en flexibilité. De même, le rapport de Nutanix a précisé que près de neuf participants sur dix, 95 %, estiment qu’il est capital d’être en mesure de déplacer les applications entre les différents environnements Cloud.

Le chiffre de 85 % susmentionné est en baisse par rapport à 91 % de 2018, bien que le cloud hybride reste de loin le modèle le plus en vue en tant que modèle idéal. D’après le rapport, l'une des raisons de ce léger fléchissement pourrait être l'état naissant des outils de gestion des environnements hybrides. Environ 69 % des répondants s'accordent pour dire que même si leur organisation bénéficiait d'un cloud hybride, leurs fournisseurs actuels ne proposaient pas les bonnes solutions pour créer et gérer un environnement hybride.


Par ailleurs, le sondage a révélé que la sécurité est aussi un critère de choix dans l’adoption du cloud computing par les entreprises. Plus de la moitié des personnes interrogées en 2019 (60 %) ont déclaré que l'état de la sécurité intercloud aurait la plus grande influence sur leurs plans de déploiement de cloud computing à l'avenir. En plus, la sécurité et la conformité des données représentaient la principale variable pour déterminer où une entreprise gère une charge de travail donnée (26 %), suivie par le coût, cité par 14 % des répondants.

D’un autre côté, le rapport indique que le déploiement à court terme des infrastructures cloud prévue par les entreprises pour l'année écoulée n'a pas été atteint. Par contre, l'utilisation des centres de données traditionnels a gagné du terrain en 2019, augmentant de 12,5 % dans l'ensemble, malgré les prévisions des répondants il y a un an selon lesquelles elle diminuerait de 20,5 % pendant cette année. Cela dit, près d'un quart, environ 23,5 %, des répondants n'utilisent actuellement aucune technologie de cloud computing.

Cependant, les plans rapportés par les répondants indiquent que dans un an, le nombre d'entreprises sans déploiement en cloud chutera à 6,5 % et dans deux ans, il chutera de plus de la moitié à 3 %. Pour 72 % des répondants, l’implémentation cloud est dirigée par la transformation numérique. De même, la transformation numérique est citée comme une priorité par 64 % d’entre eux. Pour d’autres (60 %), la sécurité inter-cloud est le facteur qui influence le plus l'avenir du cloud computing pour les organisations des répondants.

« L'option de nuage hybride est une bonne option pour équilibrer les charges de travail afin que tous nos œufs ne soient pas dans le même panier », a déclaré Faisal Jawaid, directeur informatique de Telus Spark, Calgary, Alberta, Canada. En gros, l’étude de Nutanix a démontré que la flexibilité et la sécurité sont des composants essentiels pour permettre l’adoption du cloud dans des conditions fiables et fluides. Les entreprises ont mieux compris les avantages du Cloud hybride, mais elles ne profitent pas encore pleinement de tous ses bienfaits.

Source : Rapport de l’étude

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Cloud computing : Microsoft réduit sérieusement l'écart avec Amazon en ce qui concerne l'adoption en entreprise, selon les résultats d'une enquête

Plus de la moitié des entreprises estiment que la sécurité est en retard sur l'adoption du cloud, d'après une enquête de Symantec

Les revenus de l'infrastructure du cloud computing continuent d'augmenter malgré le ralentissement des dépenses en 2019, selon IDC

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de gagaches
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 20/11/2019 à 11:49
Cette étude met simplement en lumière l'orientation générale de faire de l'hybridation entre systèmes existants on-prem, (qui sont moins chers en usage traditionnel que du cloud) et nouveaux besoins qui eux bénéficient directement des avancées du Cloud.

"En effet, la grande majorité des répondants au sondage de 2019, environ 85 % des entreprises interrogées, affirment que le cloud hybride est leur modèle idéal."

Je traduis la grande phrase :
"Près de trois quarts (73 %) des répondants ont indiqué avoir choisi de faire machine arrière en renvoyant leurs applications du cloud public vers une infrastructure sur site."

=> près de 73% ont fait un POC dans le Cloud bercé par les sirènes marketing, ont réalisé que c'est pas si simple, pas si "moins cher que ça" et que cela nécessite un investissement important en ressources humaines.
Donc ils ont arrêté leur POC et déployé leurs VM en interne parce que là, ils maitrisent et n'attendent pas les ops talentueux toujours en recrutement.

- une VM dans le cloud ne coûte pas moins cher qu'une VM sur un cluster vmware internalisé (surcoût moyen de +30%, quand c'est bien configuré)
- pénurie actuelle de talents dans le Cloud, avec augmentation des salaires & une grosse envie de bouger des personnes => manque de talents et de compétences (et elles coûtent cher)
- les technos plébiscités sont encore très récentes
- les clouds actuels font régulièrement des évolutions (qui impactent directement les services déployés, qu'il faut redéployer, refaire, ...)

Au début, le cloud était vendu comme "mettez tout dedans, c'est génial".
Le discours actuel est plutôt "hybridez et profitez des bénéfices des deux".

Sans parler des fuites de données majeures qui a refroidi tout le monde. Le mot d'ordre actuel est "sécurité/sécurité" et là dessus les Cloud sont TRES loin d'être matures.
(essayez de faire une sécurité réseau N7 dans un cloud avec des composants PaaS, vous verrez ce que je veux dire)

Même en IoT où ils vendaient un modèle de centralisation des données/traitements dans leurs clouds, ils commencent à vendre maintenant de "l'edge computing" (compute périphérique), soit finalement de la puissance en local (donc on-prem pour certaines).

Toutes les boites ne sont pas Netflix ou Amazon ou Spotify.

Bref, ces responsables IT ont cru au gros discours commercial qu'on leur a servi.
Ils y sont allé, et là ils déchantent.

Pendant ce temps, les équipes IT ont testé et POCer. Maintenant, ils sont plus murs sur leurs architectures et leurs besoins.
Et beaucoup de ces besoins ne sont finalement pas intéressants à faire dans le Cloud.
5  1 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/11/2019 à 10:22
Si l'étude était fiable, ce serait une bonne nouvelle quoique l'on parle ici de sociétés qui quittent le cloud après avoir laissé leur données à disposition des hackers pendant longtemps (il aurait peut-être fallu réfléchir avant, non?)

Quant à la fiabilité de l'étude, on peut franchement en douter: On a une société fournissant des solutions pour faire du cloud privé qui donne des résultats qui l'arrangent, une société qui dit se baser sur:

L’étude de Nutanix a été menée auprès de 2650 responsables informatiques en provenance de 24 pays.
Quels "responsables informatiques"? Des clients Nutanix? Des mecs qui sont interrogés après avoir décidé de quitter le Cloud "universel"?

Je crois que je vais lancer une étude en interrogeant les clients sortant d'un McDo afin de déterminer le pourcentage de la population qui est végane!
3  0 
Avatar de darklinux
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 20/11/2019 à 0:10
Il s ' agit simplement de bon sens d ' autant que la bande passante est devenu bon marché
0  0 
Avatar de louxorman
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 23/11/2019 à 22:36
Le rapport dit. :
"De même, 22 % affirment avoir transféré cinq applications ou plus sur site. Cette stratégie permet aux entreprises de répondre à leurs besoins en flexibilité."

Assez étrange cet argument de flexibilité à propos du fait de posseder/gerer plutôt que de louer/deleguer.
Je pencherais plutôt pour l'inverse.
0  0