Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Une entreprise sur 4 pourrait devenir "all-cloud" d'ici l'année prochaine, une adoption favorisée par la pandémie du Covid-19,
Selon un sondage de O'Reilly Media

Le , par Bill Fassinou

21PARTAGES

8  0 
Quel est le taux d’adoption du cloud en 2020 ? O'Reilly Media a voulu répondre à cette question en réalisant un sondage sur la période du 9 janvier au 31 janvier 2020. Ce sondage a révélé qu’une entreprise sur 4 pourrait devenir “all-cloud” d’ici l’année prochaine. Cette conclusion vient de la mise en commun des 1283 réponses de responsables informatiques reçus dans le cadre de ce sondage. Ce dernier a également révélé que la pandémie de Covid-19 pourrait grandement stimuler le passage au cloud computing de nombreuses organisations dans le monde.

Utilisation du cloud : accroître l’infrastructure, ne pas l’essouffler

Une grande partie des organisations interrogées (+ 90 %) prévoient d'accroître leur utilisation de l'infrastructure cloud. Ce résultat est très proche du nombre de répondants (+ 88 %) qui ont déjà adopté le cloud. Le résultat est que l'écrasante majorité des adoptants prévoient d'augmenter, plutôt que de réduire, leur part d'utilisation du cloud. Curieusement, la croissance semble se situer aux extrêmes : environ 1/4 des organisations interrogées prévoient de transférer toutes leurs applications vers le cloud au cours des 12 prochains mois.


Environ 45 % des organisations interrogées prévoient de transférer les 3/4 ou plus de leurs applications vers le cloud au cours de cette même période. Environ 67 % prévoient de transférer la moitié ou plus de leurs applications au cours de cette même période. Si l'on fait un zoom arrière sur 36 mois, près de 40 % des répondants prévoient que toutes leurs applications s'exécuteront dans le cloud, et 63 % prévoient d'exécuter au moins les 3/4 de leurs applications dans le cloud. Ces résultats suggèrent un élan presque irrésistible en faveur du cloud.

Toutefois, il faut garder à l'esprit que la part d'utilisation est basée sur les applications connues des répondants, et que peu de répondants, voire aucun, n'ont une vue complète des déploiements dans l'ensemble de leur organisation. En gardant cette mise en garde à l'esprit, les résultats suggèrent néanmoins une plus large adoption de l'infrastructure cloud et soutiennent l'idée que la plupart des organisations assimilent désormais le cloud à ce qui va suivre pour leurs décisions en matière d'infrastructure.

Le cloud public domine le marché, mais la plupart des organisations choisissent de mélanger les choses

Le cloud public est l'option de déploiement globale la plus populaire, avec une part d'utilisation supérieure à 61 %. Le déploiement traditionnel sur site, avec un peu moins de la moitié (49 %) de la part d'utilisation, vient en deuxième position. Le cloud hybride, qui combine des services de cloud public et une infrastructure de cloud privé sur site, arrive en troisième position, avec une utilisation d'environ 39 %. Dans l'enquête, O’Reilly Media a demandé aux répondants de faire des sélections multiples parmi cinq options de déploiement du cloud.


Près d'un dixième (9 %) ont choisi toutes les options, et près d'un cinquième (19 %) en ont choisi quatre sur cinq. Près des deux tiers (64 %) ont choisi au moins deux options de déploiement du cloud. Cela révèle en effet que, même si le nuage public est de loin l'option la plus populaire, la plupart des organisations interrogées utilisent un mélange de types de nuages. Il faut aussi noter que le multicloud, ou l'utilisation de plusieurs services de cloud computing et de stockage dans une seule architecture de réseau homogène a eu le moins d'utilisateurs (24 %).

Amazon Web Service domine le marché du cloud

L’enquête a révélé qu’Amazon Web Services (AWS) est loin devant le reste du peloton. AWS est utilisé par plus des deux tiers (~67 %) de tous les répondants. Cependant, près de la moitié (~48 %) utilise Microsoft Azure, et environ un tiers (~32 %) utilise Google Cloud Platform (GCP). Une fois encore, O’Reilly a invité les répondants à choisir plusieurs fournisseurs de services dans le nuage. Sur ce, une légère majorité de répondants, 54 %, ont choisi au moins deux fournisseurs. Sur le marché, Amazon, Microsoft et Google dominent leurs rivaux.


Alibaba, BM et Oracle représentant un peu moins de 12 % des parts. O’Reilly a toutefois fait remarquer que la mauvaise performance d'Alibaba Cloud pourrait être attribuée à la prédominance nord-américaine dans le public, tout comme les représentations d'IBM et d'Oracle, qui sont moins nombreuses. Parmi ceux qui utilisent seulement les fournisseurs de cloud public, la part d'AWS est encore plus importante : elle représente 75 % de l'utilisation, contre 52 % pour Azure et 34 % pour GCP. « En fait, AWS est clairement le fournisseur de services d'appui », a déclaré O’Reilly.

« Non seulement AWS a la plus grande part parmi les organisations interrogées, mais, parmi les 54 % qui utilisent au moins deux fournisseurs de services dans le nuage, la plupart d'entre elles, environ 93 % citent AWS comme l'un de ces fournisseurs », a-t-elle ajouté.

Des compétences essentielles pour réussir une migration vers le cloud

Quelles sont alors les compétences qui sont nécessaires pour la migration ou pour la mise en œuvre d'une infrastructure cloud ? À cette question, près des deux tiers des répondants (65 %) ont choisi la sécurité dans le cloud, la surveillance (58 %) étant le deuxième domaine le plus cité. Les résultats de l’enquête montrent que la connaissance générale des nuages arrive en troisième position (un peu plus de 56 %), suivie par les conteneurs et les Kubernetes (un peu moins de 56 %), respectivement. Au total, six compétences distinctes ont été évaluées à 50 % ou plus.


Les dix compétences énumérées ont été évaluées à 45 % ou plus. Près de la moitié (48 %) des répondants ont choisi six compétences ou plus ; 85 % ont choisi au moins trois compétences. Enfin, 15 % ont choisi les dix compétences énumérées. Par ailleurs, O’Reilly a également indiqué que les personnes interrogées ont sélectionné des combinaisons de compétences moins fréquemment que prévu. Selon la maison d’édition, certains de ces résultats se sont révélés déroutants, comme l'absence de corrélation entre les microservices et la sécurité. Par ailleurs, certains exemples de forte corrélation (microservices et Kubernetes ; conteneurs et microservices) sont cohérents.


Près de 36 % des organisations interrogées ont déployé des services d'IA. Environ 47 % d'entre elles prévoient de déployer des services basés sur l'IA à un moment donné au cours des trois prochaines années ; parmi celles-ci, la cohorte la plus importante (près de 20 %) prévoit de le faire au cours des deux prochaines années. Néanmoins, près de 53 % ne prévoient pas de faire quoi que ce soit avec l'IA.

Source : O’Reilly Media

Et vous ?

Que pensez-vous des résultats de ce sondage ? Pertinents ou pas ?
Votre entreprise a-t-elle aussi opté pour le cloud ?
Où en est l'adoption du cloud dans votre entreprise ?

Voir aussi

Cloud computing : Microsoft réduit sérieusement l'écart avec Amazon en ce qui concerne l'adoption en entreprise, selon les résultats d'une enquête

Les professionnels IT sont toujours enthousiastes à l'idée d'adopter le Cloud. 88 % prévoient de transférer au moins une partie de leur charge de travail vers le Cloud, d'après INAP

Le marché mondial du Cloud devrait connaître une croissance à deux chiffres en 2018 grâce à la transformation numérique des entreprises

Cloud : trois quarts des entreprises décident de faire machine arrière en déplaçant leurs applications du cloud public vers une infrastructure sur site, selon un rapport de Nutanix

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !