IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Quelle solution de cloud computing utilisez-vous ? Quel modèle de service cloud correspond le plus à vos besoins ?
Tour d'horizon du marché

Le , par Stéphane le calme

756PARTAGES

31  0 
Quelle solution de cloud computing utilisez-vous ?
Je n'utilise pas de solution cloud et je ne l'envisage pas
18 %
OVH Cloud
15 %
Microsoft Azure
15 %
Je n'utilise pas de solution cloud mais je l'envisage
14 %
Google Cloud Platform
13 %
Amazon Web Services
10 %
Technologies Dell/VMware
1 %
ServiceNow
1 %
Oracle Cloud
1 %
IBM Cloud
1 %
Adobe Creative Cloud
0 %
Alibaba Cloud
0 %
Workday
0 %
SAP
0 %
Hewlett Packard Enterprise
0 %
Cisco Cloud
0 %
Salesforce / Customer 360
0 %
Tencent Cloud
0 %
Autres
11 %
Voter
Le Cloud Computing est un service qui permet d’accéder aux ressources physiques et applicatives via un partage en ligne. Ces ressources sont techniquement situées sur des serveurs distants. C’est une forme d’externalisation des serveurs et services rattachés pour une entreprise donnée.

Le Cloud Computing est donc une nouvelle façon de concevoir l’informatique, du réseau aux applications, entraînant une nouvelle forme de consommation. Le Cloud permet aux organisations d’activer et de stopper les ressources suivant l’évolution des besoins, et de mettre dynamiquement à jour des éléments d’infrastructure et applications. Cela permet d’améliorer l’efficacité des salariés, sans devoir s’inquiéter de la création de nouvelles infrastructures pour chaque nouvelle demande.

Le concept du Cloud Computing permet d’économiser des charges qui sont généralement assez importantes. Le fournisseur, profitant généralement d’économies d’échelle, se retrouve alors en position d’offrir le même service à un tarif particulièrement avantageux. Le fournisseur peut également, dans ce cas, garantir le développement et la maintenance de son service.

Modèles de services cloud

Il existe plusieurs modèles de services cloud.

IaaS (Infrastructure as a Service)

C’est le premier niveau de service cloud. Grâce à un cloud en IaaS, vous avez accès à une infrastructure informatique externe pour stocker vos données. Le fournisseur cloud met donc à votre disposition le matériel serveur, les réseaux, le stockage et les couches de virtualisation. Autrement dit, ce type de cloud vous dispense d’investir dans certains matériels informatiques. Il s’adapte également à vos besoins de stockage facilement pour que vous puissiez les réduire ou les augmenter et vous permet un gain de place certain.

L’IaaS est souvent choisi par les grands groupes, car il nécessite des compétences pointues en interne pour gérer tout ce dont ne s’occupe pas le fournisseur de cloud.

SaaS (Software as a Service)

C’est le système le plus abouti, car il dépend entièrement du fournisseur de cloud. Le logiciel est installé sur un serveur plutôt que directement sur votre ordinateur. Vous pouvez y accéder à partir d’un site web depuis n’importe quel ordinateur. Plus besoin d’acheter des logiciels et de les mettre à jour sans cesse, il suffit de payer un abonnement pour avoir accès au service. Ici, vous avez une mise à disposition d’applications (messagerie, antivirus, logiciel de gestion : comptabilité, gestion commerciale, CRM, Office 365).

L’intérêt réside surtout dans la rapidité de déploiement et la facilité avec laquelle les entreprises peuvent s’approprier le SaaS. C’est la forme de cloud computing préférée des entreprises aujourd’hui.

Paas (Platform as a Service)

Avec le PaaS, vous montez d’un degré supplémentaire par rapport à l’infrastructure comme service. Les applications middlewares comme le système d’exploitation, les bases de données, les serveurs web, etc. passent sous la responsabilité du fournisseur de cloud.

Vous pouvez accéder facilement à l’environnement cloud en PaaS via Internet. Les entreprises ayant besoin d’applications métiers spécifiques font souvent ce choix, car le PaaS permet de garder ses propres applications.

DaaS (Desktop as a Service - bureau virtuel) Toute infrastructure du client est hébergée. Chaque utilisateur peut accéder à son bureau depuis n’importe quel terminal PC, Mac, tablette, smartphone, connecté à internet.

Modèle de déploiement

Une fois que vous avez sélectionné le ou les services de Cloud Computing que vous avez choisi, vous avez le choix entre trois principaux modèles de déploiement de Cloud Computing : le Cloud public, le Cloud privé et le Cloud hybride. Comme les modèles de services dans le Cloud, chaque modèle de déploiement dans le Cloud a sa propre configuration unique avec une série d’exigences différentes et d’avantages associés.

Cloud public

Le Cloud public est la fourniture de services informatiques sur l’internet public par un fournisseur tiers. Les services du Cloud public sont à la disposition de toute personne qui souhaite les utiliser et leur utilisation peut être gratuite ou payante.

Dans un déploiement de Cloud public, la responsabilité de la gestion et de la maintenance des systèmes incombe directement au fournisseur. Bien que l’architecture des Cloud publics et privés puisse être identique, il peut y avoir des différences importantes dans les exigences de sécurité de chaque déploiement de Cloud.

Un modèle de déploiement du Cloud public supprime les coûts initiaux élevés d’achat, de gestion et de maintenance des infrastructures matérielles et logicielles sur site. Il offre également un déploiement rapide et une extensibilité presque infinie grâce à la taille même des fournisseurs de technologies de Cloud public que sont Google, Microsoft et Amazon.

Cloud privé

Le Cloud privé est la fourniture de services informatiques à une seule organisation qui y accède via l’internet ou un réseau interne privé. Un Cloud privé peut être géré en interne ou par un fournisseur tiers.

Un déploiement de Cloud privé vous offrira bon nombre des mêmes avantages que le Cloud public, notamment le libre-service et l’évolutivité. Par rapport au Cloud public, vous aurez également un plus grand contrôle et une meilleure personnalisation des services que vous consommez dans votre Cloud privé. Cela signifie que vous pouvez mettre en œuvre un niveau de sécurité et de confidentialité plus élevé, ce qui est idéal si vous travaillez dans un secteur où la conformité est une exigence.

Toutefois, ces avantages supplémentaires ont un coût. Dans la plupart des déploiements, la responsabilité des coûts et de la gestion du Cloud privé restera celle de votre service informatique. Cela signifie que les Cloud privés sont plus lents à déployer et entraînent les mêmes dépenses – personnel, gestion, maintenance – que la propriété traditionnelle d’un centre de données.

Cloud hybride

Le Cloud hybride est la fourniture de services informatiques par une combinaison de déploiements de Cloud public et de Cloud privé. Ce type de déploiement permet le partage de données et d’applications entre les deux environnements de Cloud.

Le Cloud hybride vous offre la possibilité de faire évoluer en toute transparence les ressources depuis l’infrastructure privée sur site jusqu’au Cloud public pour répondre aux fluctuations de la demande de traitement informatique. Cela vous permet d’utiliser les ressources du Cloud public pour des tâches informatiques non sensibles tout en maintenant la sécurité des applications critiques de l’entreprise dans le cadre d’un déploiement de Cloud privé.

Utilisé efficacement, un déploiement de Cloud hybride vous permet de faire face à des pics de demande de ressources à court terme sans avoir à investir à long terme. L’informatique hybride est une plateforme qui offre le « meilleur des deux mondes », vous donnant accès à toute la gamme des avantages de Cloud Computing : flexibilité, évolutivité et rentabilité, associées à une exposition au risque la plus faible possible.


Gartner: 2020 Magic Quadrant Cloud Infrastructure & Platform Services

Acteurs du marché

Amazon Web Services (AWS)

Amazon présente son service comme suit : « Amazon Web Services (AWS) est la plateforme cloud la plus complète et la plus largement adoptée au monde. Elle propose plus de 175 services complets issus de centres de données du monde entier. Des millions de clients dont certaines des startups les plus dynamiques au monde, de très grandes entreprises et des agences fédérales de premier plan utilisent AWS pour réduire leurs coûts, gagner en agilité et innover plus rapidement. »

Lancé en 2006, AWS regroupe une centaine de services répartis en diverses catégories telles que le stockage cloud, la puissance de calcul, l’analyse de données, l’intelligence artificielle ou même le développement de jeux vidéo. Les services les plus populaires sont Amazon Elastic Compute Cloud (EC2) - un service permettant à des tiers de louer des serveurs sur lesquels exécuter leurs propres applications web - et Amazon Simple Storage Service (S3) - un service d'hébergement de fichiers qui propose du stockage à travers des services Web (REST, SOAP et BitTorrent) -.

Microsoft Azure

Microsoft Azure est la plateforme applicative Cloud de Microsoft. Il s'agit d'un vaste ensemble de services informatiques cloud en constante expansion qui sont à la disposition des entreprises, des développeurs, des organismes gouvernementaux et de tous ceux qui veulent créer une application ou exécuter une entreprise sur Internet sans avoir à utiliser de matériel ou de logiciel serveur.

Microsoft présente sa plateforme comme suit : « La plateforme cloud Azure compte plus de 200 produits et services cloud conçus pour vous aider à donner vie à de nouvelles solutions, afin de relever les défis actuels et de créer l’avenir. Créez, exécutez et gérez des applications sur plusieurs clouds, localement et à la périphérie, avec les outils et infrastructures de votre choix ».

Google Cloud Platform

Google Cloud Platform (GCP) est une plateforme de cloud computing fournie par Google, proposant un hébergement sur la même infrastructure que celle que Google utilise en interne pour des produits tels que son moteur de recherche. Cloud Platform fournit aux développeurs des produits permettant de construire une gamme de programmes allant de simples sites web à des applications complexes

La Google Cloud Platform est composée d'une famille de produits, chacun comportant une interface web, un outil de lignes de commande, et une interface de programmation applicative REST. On y trouve par exemple
  • Google App Engine, une plateforme en tant que service pour tester des applications dans un bac à sable. App Engine offre du changement d'échelle automatique, augmentant les ressources pour faire face à la charge du serveur.
  • Google Compute Engine, le composant infrastructure en tant que service de la Google Cloud Platform permettant aux utilisateurs de lancer des machines virtuelles (VMs) à la demande.
  • Google Kubernetes Engine, une version commerciale de Kubernetes, un logiciel open source de gestion de conteneurs.
  • Google Cloud Storage, un système de stockage en ligne de fichiers.
  • Google BigQuery, un entrepôt de données à très grande échelle basé sur Dremel.
  • Plusieurs API de haut niveau

Conclusion

Le Cloud Computing est devenu une technologie courante, avec de nombreux types de Cloud Computing parmi lesquels on peut choisir. Selon le dernier rapport « State of Cloud », 94 % des entreprises utiliseraient au moins un service de Cloud Computing.

Néanmoins, la capacité de croissance du Cloud reste exponentielle, une étude commandée par IBM faisant état de seulement 20 % des charges de travail des entreprises fonctionnant actuellement dans le Cloud. N’ayant migré que les charges de travail les plus simples, les entreprises ont encore un long chemin à parcourir dans le Cloud.

Et vous ?

Vers quel modèle de déploiement êtes-vous le plus porté (cloud public, privé, hybride ou autre) ?
Quel modèle de service cloud correspond le plus à vos besoins (IaaS, PaaS, SaaS) ?
Quelle solution de cloud computing utilisez-vous ?
Un tutoriel sur le Cloud

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de ok.Idriss
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 28/01/2021 à 0:53
Je m'effraie de voir à quel point certaines réponses sont déconnectées des réalités de notre société d'aujourd'hui. On voit par exemple, dans les réponses que beaucoup associent le cloud au simple stockage de sauvegardes de fichiers dans "les nuages" (dropbox & google drive & cie).

Or ça va bien au delà, aujourd'hui le cloud c'est : IaaS, PaaS et SaaS. Dès lors que vous utilisez de l'hébergement qui provisionne pour vous des machines virtuelles, du déploiements d'applications conteneurisés, des cluster de bdd managées pour vous en tout genre, du serverless, de l'IA, de l'IoT, etc ou même des choses plus simple: une boîte mail comme gmail, une solution d'outil managée telle que jira, gitlab, un ERP en mode SaaS vous utilisez du cloud.

Et clairement les fuites de données c'est loin d'être les dropbox likes qui sont en première ligne ! La fuite de données est souvent avant tout un problème de souveraineté régalienne pour tout les types de services (y compris un ecommerce), donc être soumis en même temps à la loi de plusieurs pays qui se contredise, et clairement le cloud act US + le dernier décret cadeau de Trump sont clairement en contradiction avec les lois européennes.

Donc à toutes les personnes qui répondent "Aucun" ou qui défendent le "0 cloud, le cloud c'est mal", je les invite à reconsidérer leur réponse déjà en vérifiant qu'ils n'utilisent pas une boite mail, un whatsapp, un abonnement canal, netflix ou amazon prime ou autre chose dans ce style ou fait un achat en ligne quelconque... et au boulot pareil : les trello, jira, github/gitlab & cie. Vos enfants pareil : réseaux sociaux, etc.

Si vous utilisez des services numériques qui ne tournent pas sur votre machine ou une infra privative (encore que certains parlent de "cloud privatif" à 100% dans tout vos services, vous utilisez du cloud d'une façon ou d'une autre. A une époque on pouvais distinguer de l'hébergement classique du cloud, aujourd'hui clairement non. N'importe quel site sur lequel vous passez, 99,9% de chance que y ait un tracker qui push des données qui vous concernent sur un service cloud X ou Y. Votre navigateur se synchronise sur le cloud !

La question pertinente n'est donc pas de "oulala le cloud jamais", c'est dépassé, la guerre est perdue, vous utilisez tous du cloud d'une façon ou d'une autre. Même votre déclaration d'impôts !
Et même ceux qui achètent en magasin à la Fnac ou autre avec une facture... vous croyez vraiment que leur compta elle utilise pas de cloud du tout ?

Maintenant la bataille c'est comment assurer une souveraineté de nos données vis à vis des clouds providers et des lois des nations qui les régissent. Et la réponse qui doit se construire c'est de travailler avec nos entreprises locales pour avoir une offre complète en terme de IaaS, PaaS, SaaS pour qu'on puisse déclarer certaines organisations comme "souveraines" vis à vis de nos lois sans ingérence étrangères. Mais vouloir interdire le cloud, comme la 5g ou comme d'autres choses au lieu de se positionner fortement dans cette course (pour ne pas dire cette guerre alors que s'en est une) conduira inévitablement à un déclassement de votre pays sans le protéger dans sa souveraineté.

Et ma réponse est toujours la même depuis plus de 10 ans pour y arriver : si vous voulez garder votre souveraineté, votre liberté et avoir une qualité équivalente aux services managés US : appuyez vous sur l'OpenSource et les standards consensuels. Y-a 20 voire 30 ans on disait "si tu veux rester libre, utilise du logiciel libre, utilise Linux". Maintenant "si tu veux rester libre, utilise les standards CNCF" pour les mêmes raisons : ces standards n'appartiennent pas à un pays mais à tous comme les logiciels libres. Donc si vous ne pouvez pas faire autrement que d'utiliser AWS ou GCP ou Azure :

  • Utilisez Kubernetes pour orchestrer et déployer vos applications plutôt que des orchestrateurs propriétaires comme ECS
  • Utilisez les ingress ngnix/traefik pour gérer le load balancing/reverse proxy plutôt que Route53, ELB, ALB
  • Utilisez OpenFaas ou Knative plutôt que aws lambda
  • Utilisez des bases SQL ou NoSQL connues plutôt que des solutions propriétaires : documentdb, aurora, firebase, etc => Elasticsearch, MongoDB, MySQL, PostgreSQL, InfluxDb, Prometheus vous allez les trouvez chez tout le monde y compris en France
  • Utilisez des solutions de monitoring reconnues : Elasticstack, Prometheus+Grafana+Loki, etc plutôt que Stackdriver, Cloudwatch, etc
  • Utilisez dans vos codes des clients d'object storages portables comme celui de Minio plutôt que de vous coupler fortement à S3 avec un sdk ou GCS
  • Votre appli doit envoyer des mails ? Utilisez un protocole standard comme SMTP même si c'est "vieux", pas les API d'une service type sendgrid ou vous n'aurez plus la liberté de les quitter
  • Mixez vos environnements sur différents clouds pour vous assurer que vous marchez partout. Votre prod doit être sur aws ? Fine, vos envs de devs par contre prenez moins cher : Scaleway par exemple et ça permettra de vérifier votre niveau de portabilité


La souveraineté commence par avoir au moins la liberté de divorcer de son fournisseur et voire même à la limite d'être capable de monter une infrastructure privative qui va supporter toutes ces mêmes solutions que je viens de mentionner et qui ne sont pas exhaustives.

Bref, c'est encore une fois la portabilité facilitée par l'opensource qui assurera une certaine souveraineté ou du moins une liberté de pouvoir divorcer de son ou ses clouds providers.

C'est la dessus qu'il faut se battre dans les DSI et sur les plateaux de developers : ne vous couplez pas trop fortement, utilisez les standards reconnus par les communauté OSS, CNCF, etc. Se battre contre l'innovation ne rime à rien : elle arrivera derrière votre dos et vous ne la maitriserez plus tout simplement. Après on se retrouve avec des services publiques qui sont soit pas souverain et qui passent par les USA ou la Chine (parfois sans le savoir), soit moyenageux et qui donc font perdre des financements pour rien puisque personne ne les utilises, voire qui font fuir les entreprises ailleurs. Je pense notamment aux "hebergeurs responsables et tiers de confiance" qui mettent 3 semaines à te livrer une machine virtuelle
19  0 
Avatar de ok.Idriss
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 26/01/2021 à 9:06
Hello.

Bon dommage pour le vote:
  • le choix n'est pas multiple: pourtant je suis certain qu'on est nombreux à faire du multicloud
  • il manque nos meilleurs compétiteurs Français qui apportent un niveau de fonctionnalité équivalent voire au delà de certains cloud US : CleverCloud dans la même catégorie que Heroku ou Netlify, Scaleway dans la même catégorie que AWS ou GCP (bon il manque d'autres gros compétiteurs aussi dont DigitalOcean, Heroku, Netlify, etc)


Pour ma part, c'est en fonction de mes clients: GCP (GKE), AWS (EKS), Scaleway (kapsule), CleverCloud.

J'essaye de garder une approche "cloud native friendly" en me basant essentiellement sur des technos poussées par la CNCF ou l'opensource et qui tournent de manière agnostique dès lors que le cloud fournit des instances de Kubernetes managées (ou à minima une orchestration de conteneurs OCI équivalente).

Ainsi on redonne la liberté de pouvoir changer de cloud provider sans être fortement couplé aux solutions propriétaires (par exemple même sur aws on va privilégier du knative/openfaas par rapport à aws lambda, etc). Et surtout même quand il y a un choix politique vis à vis des environnements de production : il FAUT que ça soit aws ou gcp... on donne la possibilité d'avoir des environnements de tests alignés en terme de composants techniques ailleurs (chez Scaleway par exemple qui est beaucoup moins cher sur son offre de K8S managé) ou on a pas les mêmes contraintes techniques de haute dispo sur ces environnements par exemple.

Kubernetes s'impose aujourd'hui comme le standard de déploiement agnostique qui favorise cette approche multicloud en dehors de son utilisation première qui est pour la scalabilité dynamique d'apps stateless.
10  0 
Avatar de mickael.be
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 26/01/2021 à 13:30
Aucune réponse "Mon propre Cloud" ? Les vrais informaticiens qui savent encore mettre des serveurs dans un rack et installer OpenStack, configurer un routeur avec BGP, ont définitivement migré sur Mars?
11  3 
Avatar de mediaf
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 26/01/2021 à 14:01
J'ai installé pour ma société Nextcloud sur un serveur Linux Debian hébergé chez une société partenaire à proximité.
Ainsi j'ai la garantie que nos données sont stockées en France, je peux étendre la capacité de stockage en fonction des besoins. Bref j'ai la maîtrise totale.
Et Nextcloud n'a rien à envier aux autres solutions et en plus c'est gratuit !
9  1 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 27/01/2021 à 15:18
Il ne suffit pas d'avoir un cerificat Let's encrypt pour être à l'abri. Dans le cas de nextcloud, si le produit a une faille, l'exposition sur Internet risque de poser un gros problème. cf nextcry, rançonware qui ciblait les instances Nextcloud, qui à la décharge de Nextcloud était du à Nginx. Il y a déjà eu des failles avec Owncloud dont Nextcloud est un fork. Owncloud.com propose un hébergement, et là on est dans du cloud pur, ou du coup on a pas à gérer l'aspect serveur et administration système : un des intérêt du cloud.

La première des règles de sécurité, c'est pas de connexion.

A partir du moment ou on ouvre des accès, on ouvre une faille potentielle.

L'idée principale étant de ne pas ouvrir d'accès vers l’extérieur dans la mesure ou on peut s'en passer.
L’avantage d'utiliser un drive, c'est d'avoir une sauvegarde/synchro en ligne avec accès aux versions précédentes des documents, l’inconvénient, c'est qu'en cas de piratage, les données sont accessible dans et depuis le monde entier. Le risque est limitable en utilisant des outils de cryptage à la volée dédiés aux drives.

L’avantage d’être dans le cloud, est aussi de bénéficier de la surveillance réseau du fournisseur de service, qui a normalement plus de moyens qu'une petite structure.

Le cloud c'est à la foi génial et problématique.
7  0 
Avatar de ok.Idriss
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 28/01/2021 à 9:15
Citation Envoyé par pifou25
Moi quand je m'inscris à Gmail [...] je n'utilise pas le cloud
Bah on ne va pas être d'accord, gmail comme un jira as a service est une solution SaaS grand publique comme n'importe quelle autre. Netflix aussi...
D'ailleurs toutes les pièces jointes dans ton gmail sont aussi dans drive par dessus le marché.

Tu fait cette distinction à partir d'un biais qui est "le cloud c'est quand moi même je fait mes sauvegardes sur un service managé de sauvegardes" ou alors "j'utilise du cloud pour créer de la valeur marchande". Or le cloud c'est loin loin d'être que ça. Et les enjeux de souveraineté de tes données sont loin loin de n'être scopée que sur ces services. T'envoi jamais de pdf en pièces jointes sur ton gmail ? Elles y restent à vie comme sur ton drive (d'ailleurs c'est drive). T'upload jamais des documents d'identités sur certains services commerciaux comme des banques en ligne ? Etc

On est pas tous experts du cloud ou utilisateurs "avancés" du cloud, c'est à dire qui utilisent le cloud pour eux-même créer de la valeur marchande mais on est tous consommateur de cloud d'une façon ou d'une autre et c'est la dessus que je pense qu'il faut bien insister pour que le plus grand nombre en soit déjà conscient pour ne pas créer de faux sentiment de sécurité. Quand on lit beaucoup des commentaires on a l'impression que beaucoup on un faux sentiment de sécurité en n'utilisant que des HDD chez lui à sa maison.

Et encore une fois : sauvegardes de fichiers dans le cloud != utiliser du cloud. C'est un cas particulier d'utilisation du cloud dans l'infiniment grand des cas d'utilisations possible du cloud.

Citation Envoyé par chrtophe
Ce fameux grand-public, tu l'as déjà largué.
Oui mais la on est sur un des forums IT francophones les plus fréquentés et donc ce décalage avec la réalité est effrayant au sein de notre corporation. Je le dit car ça reflète ce qui se passe aussi dans certaines grandes DSI pour l'avoir vécu.

Citation Envoyé par chrtophe
Quand je vois la difficulté à passer les gens d'Outlook à Thunderbird, c'est pas gagné
La je te rejoins et t'aura le même argument de conforts vis à vis de certains services managées propriétaires. Exemple : utiliser un server d'authentification OpenId connect sur GCP ou Azure, compatible SAML et LDAP ça va être beaucoup plus simple que de l'implémenter soi-même avec du Keycloack & cie. Par contre perso j'essaye de pousser à l'autosuffisance dans tout les cas. Et dans le cas d'OpenId connect on est sur un protocole qui est standard donc ça me dérange moins car je sait que je peux le ré-implementer ailleurs. D'ailleurs c'est une des qualité générales que j'apprécie chez les services de Google, ils en font des standards ouverts (Kubernetes, Tekton, Knative, Anthos, OpenId connect, etc) qui s'implémentent partout, comparé à AWS qui lui te vend pleins de solutions fermées auxquelles tu deviens une victime de consommation (et aws finit toujours par implémenter les standards CNCF poussés par Google de toute façon). Donc oui vis à vis des services managés IaaS, PaaS, SaaS : il existe des standards déjà implémentés par les différents cloud et je pense que la plupart du temps on peut faire l'effort de vérifier si on a prix un standard ou pas. Même du S3 on est à peu près sûr que tout le monde à un truc équivalent donc utiliser un client dans son code "standard" nous donnera la garantie qu'on peux bouger ailleurs. Tester ses applications sur différents services managés concurrents (multicloud) est aussi un bon moyen de vérifier notre portabilité en continu.

Bref poser la question de qui utilise le cloud en 2021... la vraie réponse s'est à peu près du même ordre de grandeur de qui à une connexion internet/qui utilise un smartphone (un concentré de services clouds / SaaS et d'IoT+géolocalisation dans votre poche).
7  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 27/01/2021 à 22:24
Citation Envoyé par edibos Voir le message
Il ne faut pas considérer le cloud comme une simple sauvegarde. Ce sont des outils complémentaires. Et un cloud ne dispense pas de faire des sauvegardes sur un support externe
Ca c'est une application du cloud mais pas tous le Cloud.
Si tu utilises Azure ou AWS par exemple c'est pas du tout une sauvegarde, mais une API qui propose un tas de services, pas seulement des services d'hébergements mais aussi des services de bases de données, d'IA, etc, donc rien à voir.
7  1 
Avatar de ok.Idriss
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 28/01/2021 à 9:43
Citation Envoyé par chrtophe
Mais finalement c'est comme dans la vrai vie, quand tu loue quelque chose, t'en fais pas absolument ce que tu veux. C'est pas parce que tu as une porte blindée que tu ne te fera pas cambrioler, tu diminueras les risques.
Il y a la sécurité d'un côté. D'ailleurs on a généralement beaucoup plus de risques à être compromis sur son infra perso que sur un cloud publique si on ne fait pas fuiter ses mots de passes.
Ils sont quand même généralement plus armés que nous contre les attaques.

Mais il y a la souveraineté de l'autre : et la souveraineté c'est être capable de dire "non ça ne me va pas, je pars ailleurs" sans pour autant à avoir à tout re-développer parce qu'on s'était couplé fortement à des API propriétaires pas portable. On peut avoir comme contrainte d'héberger sur un cloud US (ou autre pays) parce qu'on nous demande de le faire, mais au moins s'assurer que ce qu'on fait marchera le jours ou ce cloud US dira "je fait pas affaire avec vous parce que X ou Y" (X ou Y étant "vous êtes faite affaire avec un pays avec lequel on vient de le mettre sur notre liste d'embargo" ou même pire "on a crée une offre concurrente à ce que vous faite et du coup on va vous couler" ou même plus simplement "je vous augmente votre facture car on nous oblige à payer nos impôts ici".

Et donc la bataille à mener est la suivante :
  • Etre capable en tant que consommateur, d'essayer de prendre des solutions "standards" (parmi les standards, tout ce qui est opensource et cloudnative friendly) même si elles sont managées, même si on prend du cloud US parce que les offres locales ne tiennent pas la route sur certains aspects. Ca c'est la responsabilité de tout ceux qui bossent dans des DSI ou des gens qui vendent des solutions sur mesure qui sont couplées à des offres clouds. Utiliser des standards influe aussi sur les offres de ces clouds. Amazon tout puissant qu'ils sont ont été obligés de sortir une offre Kubernetes alors qu'ils avaient leur orchestrateur ECS de conteneurs.
  • Favoriser nos pépites locales et les inciter à suivre les standards: elles existent et quand on les découvre on s'aperçoit qu'on a quasiment tout : Clever, Scaleway, Ovh et elles commencent à travailler ensemble car elles ont tous des forces et faiblesses (par exemple Ovh c'est le SAV et les services managés ou ils sont pauvre alors que côté infra c'est une des plus grosses infra au monde, donc s'ils s'associent comme opérateur d'infra à des clouds plus "high level" comme Clever, etc, on aura notre vrai aws local. Clever faudrait qu'ils s'alignent un peu plus sur l'orchestration de conteneurs sur K8S (le reste est parfait) : tout est standard sauf ça et c'est dommage, etc). Mais au moins même avec l'état des lieux actuels on peux délivrer 99% de nos service de façon efficiente. Maintenant quand on demande à Ovh de faire autre chose que de l'infra, faut le voir comme si on demandait aux opérateurs telecom de faire autre chose que du telecom ou EDF autre chose que de la production énergie : ce n'est pas leur métier, ils ne le feront jamais aussi bien que les autres donc faut qu'ils s'associent


Citation Envoyé par chrtophe
Combien de temps te faut il pour monter une machine avec un apache/Mysql de base avec le cloud ? : 3 clics et souvent moins d'une minute.
Au moins t'as choisis deux solutions "standards" et opensource même si elles sont managées par quelqu'un d'autre. Tu as donc la souveraineté du choix de ton cloud déjà... et tu aura la liberté de les quitter grâce à ce choix ou de fonctionner avec plusieurs concurrents. C'est pas le cas de tout le monde (firebase, aurora, aws lambda, etc... vous noterez que c'est souvent AWS d'ailleurs ^^ ).

Citation Envoyé par chrtophe
Certes, mais tous les utilisateurs de developpez.com ne sont pas tous des informaticiens. Et en tant qu'informaticien, il faut savoir s'adapter.
J'entends, et je pense que c'est pour ça qu'il faut faire de la pédagogie. Mais y-a pas que le cloud qui est concerné par cette "perte de savoir" qui conduit à l'adhésion de mauvaises solutions. On va retrouver le même problème avec la souveraineté énergétique (nucléaire, etc) vs l'écologie. Tout le monde n'est pas expert du secteur énergétique (moi le premier) pourtant quand on adhère à "stop au nucléaire" on évalue mal les conséquences derrières (encore sur la souveraineté mais aussi même sur l'écologie et les emissions carbone que cela engendre) et donc ces conséquences deviennent réalité.

=> A la fin c'est le déclassement et en plus on ne gagne pas ce qu'on pensait gagner (mieux contrôler nos données, émettre moins de CO2, etc).
6  0 
Avatar de vanquish
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 26/01/2021 à 11:07
Google Cloud Plateform pour une raison simple.

Quand j'ai appelé MS pour avoir un renseignement plus contractuel que techniques tout ce qu'ils ont su faire (à 2 reprises) c'est m'envoyer vers des sociétés de services "partenaire MS".
Non seulement, cela ne correspondait pas réellement à ma demande et mon besoin, mais en plus aucune des sociétés en question n'a pris la peine de me contacter ou de répondre à mes courriels.

Google a immédiatement répondu à ma questions et fourni l'url où trouver les documents contenant l'informations dont j'avais besoin.
8  3 
Avatar de quicky2000
Membre actif https://www.developpez.com
Le 26/01/2021 à 16:14
J ai voté AWS. Je m'en sers pour des expérimentations en CUDA. Ça me permet d'avoir ponctuellement acces a un gros GPU pour bien moins cher que monter mon propre serveur a la maison.
J'ai pris AWS parce que des connaissances a moi me l'ont recommandé pour la "simplicité" d'utilisation meme pour un non administrateur systeme/reseau.
J ai regardé vite fait coté Scaleway, Google et Azure mais rien que trouver les conditions de tarifications pour avoir acces a un serveur avec GPU performant c'était galère
5  0