IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Amazon va retirer de son service de cloud davantage de contenus qui violent les règles
Tels que les activités illégales ou frauduleuses, la promotion de la violence et l'exploitation des enfants

Le , par Sandra Coret

32PARTAGES

10  0 
Amazon.com Inc prévoit d'adopter une approche plus proactive pour déterminer quels types de contenu violent les politiques de son service de cloud computing, telles que les règles contre la promotion de la violence, et d'en imposer le retrait, une mesure susceptible de relancer le débat sur le pouvoir que les entreprises technologiques devraient avoir pour restreindre la liberté d'expression.

Au cours des prochains mois, Amazon engagera un petit groupe de personnes au sein de sa division Amazon Web Services (AWS) pour développer une expertise et travailler avec des chercheurs extérieurs afin de surveiller les menaces futures.

Selon les experts, cela pourrait faire d'Amazon, premier fournisseur mondial de services cloud avec 40 % de parts de marché selon le cabinet d'études Gartner, l'un des arbitres les plus puissants du monde en matière de contenus autorisés sur l'internet.

Amazon a fait la une du Washington Post la semaine dernière pour avoir fermé un site Web hébergé sur AWS qui présentait la propagande de l'État islamique célébrant l'attentat suicide qui a tué environ 170 Afghans et 13 soldats américains à Kaboul jeudi dernier. Ils l'ont fait après que l'organisation de presse ait contacté Amazon, selon le Post.

Cette approche proactive du contenu intervient après qu'Amazon ait exclu l'application de médias sociaux Parler de son service cloud peu de temps après l'émeute du 6 janvier au Capitole pour avoir autorisé du contenu promouvant la violence.

"AWS Trust & Safety s'efforce de protéger les clients, les partenaires et les internautes d'AWS contre les mauvais acteurs qui tentent d'utiliser nos services à des fins abusives ou illégales. Lorsque AWS Trust & Safety est informé d'un comportement abusif ou illégal sur les services AWS, ils agissent rapidement pour enquêter et s'engager avec les clients à prendre les mesures appropriées", a déclaré AWS dans un communiqué.

"AWS Trust & Safety ne procède pas à un examen préalable du contenu hébergé par nos clients. Au fur et à mesure de l'expansion d'AWS, nous nous attendons à ce que cette équipe continue de s'agrandir", a-t-il ajouté.

Les activistes et les groupes de défense des droits de l'homme tiennent de plus en plus souvent les sites web et les applications responsables des contenus préjudiciables, mais aussi l'infrastructure technologique sous-jacente qui permet à ces sites de fonctionner, tandis que les conservateurs politiques dénoncent la limitation de la liberté d'expression.


Selon sa politique d'utilisation acceptable, AWS interdit déjà que ses services soient utilisés de diverses manières, notamment pour des activités illégales ou frauduleuses, pour inciter ou menacer de violence ou pour promouvoir l'exploitation et l'abus sexuels des enfants.

Amazon demande d'abord à ses clients de supprimer les contenus violant ses politiques ou de mettre en place un système de modération des contenus. Si Amazon ne parvient pas à trouver un accord acceptable avec le client, elle peut retirer le site Web.

Amazon vise à développer une approche des problèmes de contenu auxquels elle et d'autres fournisseurs de services de cloud sont plus fréquemment confrontés, notamment pour déterminer quand la désinformation sur le site Web d'une entreprise atteint une ampleur qui nécessite une action de la part d'AWS, a indiqué la source.

La nouvelle équipe au sein d'AWS n'a pas l'intention de passer au crible les vastes quantités de contenu que les entreprises hébergent sur le cloud, mais elle cherchera à devancer les menaces futures, telles que les groupes extrémistes émergents dont le contenu pourrait se retrouver sur le cloud AWS.

Amazon recrute actuellement un responsable mondial des politiques au sein de l'équipe de confiance et de sécurité d'AWS, qui est chargée de "protéger AWS contre une grande variété d'abus", selon une offre d'emploi publiée sur son site Web.

L'offre comprend le stockage en cloud et les serveurs virtuels. AWS compte parmi ses clients de grandes entreprises comme Netflix, Coca-Cola et Capital One.

Démarches proactives

Une meilleure préparation contre certains types de contenu pourrait aider Amazon à éviter les risques juridiques et de relations publiques.

"Si (Amazon) peut se débarrasser de certains de ces contenus de manière proactive avant qu'ils ne soient découverts et ne fassent la une des journaux, il est intéressant d'éviter ce préjudice de réputation", a déclaré Melissa Ryan, fondatrice de CARD Strategies, une société de conseil qui aide les organisations à comprendre les menaces d'extrémisme et de toxicité en ligne.

Les services de cloud tels qu'AWS et d'autres entités telles que les bureaux d'enregistrement de domaines sont considérés comme la "colonne vertébrale d'Internet", mais ont traditionnellement été des services politiquement neutres, selon un rapport de 2019 de Joan Donovan, une chercheuse de Harvard qui étudie l'extrémisme en ligne et les campagnes de désinformation.

"La plupart de ces entreprises n'ont, de manière compréhensible, pas voulu se lancer dans le contenu et ne pas vouloir être l'arbitre de la pensée", a déclaré Ryan. "Mais quand vous parlez de haine et d'extrémisme, vous devez prendre position".

Source : Amazon

Et vous ?

Que pensez-vous de cette décision d'Amazon ?

Voir aussi :

Facebook va supprimer le contenu négationniste de l'Holocauste, un nouveau durcissement de ses règles de modération de contenus attendu depuis longtemps

Loi contre la haine en ligne : en commission mixte paritaire, le Sénat s'oppose au délit de « non-retrait » des contenus signalés comme « manifestement illicites »

Le Parlement de l'UE vote en faveur d'une amende pour les entreprises du numérique, afin de les obliger à supprimer rapidement le contenu extrémiste

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de disedorgue
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 05/09/2021 à 14:57
Non, c'est que maintenant qu'ils ont fait fortune, ils essayent de se racheter une certaine virginité...
3  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/09/2021 à 18:04
Ca cette soudaine envie de "propreté" c'est depuis qu'un certain ex président Trump postait de la désinformation sur le réseau social Parler, lui même hébergé sous AWS ?
2  0