IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google veut à nouveau travailler avec le Pentagone, malgré les inquiétudes des employés.
L'entreprise aurait proposé d'être un fournisseur de cloud militaire

Le , par Stéphane le calme

26PARTAGES

11  0 
Selon le New York Times, Google travaillerait « de manière agressive » à l'obtention d'un contrat avec le Pentagone, même si certains de ses précédents travaux du ministère de la Défense ont déclenché une réaction violente de la part des employés. Selon le rapport, la division Cloud de Google a réaffecté des ingénieurs pour travailler sur une proposition visant à ce que Google contribue au programme Joint Warfighting Cloud Capability, que le DoD décrit comme une tentative de « réaliser une domination dans les domaines de la guerre traditionnelle et non traditionnelle ».

Il s'agit en réalité d'un JEDI 2.0 comme l'explique le DoD :

« Aujourd'hui, le ministère de la Défense (DoD) a annulé la sollicitation du cloud JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure) et a lancé des procédures de résiliation de contrat. Le Ministère a déterminé qu'en raison de l'évolution des exigences, de la maîtrise accrue du cloud et des progrès de l'industrie, le contrat JEDI Cloud ne répond plus à ses besoins. Le Ministère continue d'avoir des lacunes non comblées en matière de capacités cloud pour les services cloud commerciaux à l'échelle de l'entreprise aux trois niveaux de classification qui fonctionnent à la périphérie tactique, à grande échelle - ces besoins n'ont progressé que ces dernières années grâce à des efforts tels que Joint All Domain Command et Control (JADC2) et l'initiative Intelligence artificielle et accélération des données (ADA). »

« Parallèlement à l'annulation de la demande de propositions JEDI, le DoD a annoncé son intention de déployer de nouveaux efforts dans le cloud. Le Joint Warfighter Cloud Capability (JWCC) sera un contrat multicloud/multifournisseurs Indefinite Delivery-Indefinite Quantity (IDIQ). Le Ministère a l'intention de solliciter des propositions auprès d'un nombre limité de sources, à savoir Microsoft Corporation (Microsoft) et Amazon Web Services (AWS), car les études de marché disponibles indiquent que ces deux fournisseurs sont les seuls fournisseurs de services cloud (CSP) capables de répondre aux exigences du département. Cependant, comme indiqué dans son avis de présollicitation, le Ministère s'engagera immédiatement avec l'industrie et poursuivra ses études de marché pour déterminer si d'autres CSP hyperscale basés aux États-Unis peuvent également répondre aux exigences du DoD. Si tel est le cas, ces ministères négocieront également avec ces entreprises. »

« JEDI a été développé à une époque où les besoins du département étaient différents et où la technologie des CSP et notre connaissance du cloud étaient moins matures. À la lumière de nouvelles initiatives telles que JADC2 et AI et l'accélération des données (ADA), l'évolution de l'écosystème cloud au sein du DoD et les changements dans les exigences des utilisateurs pour tirer parti de plusieurs environnements cloud pour exécuter la mission, notre paysage a progressé et une nouvelle voie à suivre est garantie pour atteindre la domination dans les domaines de la guerre traditionnels et non traditionnels », a déclaré John Sherman, directeur de l'information par intérim du DoD .

Google examine un contrat avec le DoD pour Joint Warfighting Cloud Capability

Aussi, le contrat que Google serait en train d'examiner est un contrat qui s'ouvrira à plusieurs entreprises pour soumettre des propositions et travailler, et le DoD estime qu'il pourrait s'agir d'un projet de plusieurs milliards de dollars. Dans un document décrivant ce que les fournisseurs de cloud sont censés faire, le DoD indique que toute personne souhaitant décrocher un contrat devra « 
autoriser l'accès à des données de combat cruciales 
» avec une variété de niveaux de classification (y compris des informations secrètes et top secrètes). De plus, le programme exige que les candidats soient en mesure de « fournir des services d'analyse de données avancés qui permettent en toute sécurité une prise de décision basée sur les données et en temps opportun au niveau tactique ».

Google dit qu'il a des règles sur la façon dont il peut utiliser l'IA en ce qui concerne l'armée, qu'il a définies après le contrecoup des employés. En 2018, des rapports ont révélé que Google développait une technologie d'IA pour analyser les vidéos capturées par des drones militaires dans le cadre de l'initiative Project Maven du Pentagone.


À cette période, Google s'est défendu en expliquant que l'entreprise a depuis longtemps travaillé avec des agences du gouvernement américain pour leur fournir des solutions technologiques. Et d'ajouter que son travail sur le projet Maven est « non offensif », car la technologie ne sera pas utilisée pour des frappes ciblées. Les employés de l'entreprise ne voyaient toutefois pas cette situation de la même manière et ont appelé Google à garder ses distances de ce projet.

Des milliers d'employés de Google, dont des dizaines d'ingénieurs seniors, ont signé une lettre en avril 2018 pour protester contre l'implication de l'entreprise dans le programme du Pentagone. « Nous pensons que Google ne devrait pas être impliqué dans la guerre », peut-on lire dans la lettre. Les auteurs de la lettre estiment que la participation de Google au projet du Pentagone va de manière irrémédiable salir l'image de l'entreprise et réduire sa capacité à rivaliser avec les autres géants de la technologie pour attirer les talents. Ils rappellent en effet que Google luttait déjà pour garder la confiance du public.

Participer à un projet militaire dont la finalité sera probablement condamnée par les institutions comme l'ONU allait donc empirer la situation. Ils pensaient également que Google ne devrait pas essayer de s'en laver les mains, alors qu'il est évident que le Pentagone pourrait faire un mauvais usage de sa technologie. « Nous ne pouvons pas externaliser la responsabilité morale de nos technologies à des tiers », disaient-ils. « Construire cette technologie pour aider le gouvernement américain dans la surveillance militaire – avec des résultats potentiellement mortels – n'est pas acceptable. »

Reconnaissant que l'entreprise a une responsabilité morale et éthique dans cette affaire, et pour préserver sa réputation, les auteurs de la lettre ont demandé « que le projet Maven soit annulé et que Google rédige, publie et applique une politique claire stipulant que jamais Google ni ses sous-traitants ne construiront une technologie de guerre. » La lettre, qui circule au sein de l'entreprise, a déjà recueilli plus de 3100 signatures.

En juin 2018, Google s’est retiré du projet Maven. Puis en octobre de la même année, Google a décidé de ne pas faire de proposition pour décrocher un contrat portant sur le Cloud avec le Pentagone d’une valeur pouvant aller jusqu’à 10 milliards de dollars. L’entreprise a fait valoir que le projet pourrait entrer en conflit avec ses valeurs.

Baptisé JEDI cloud (Joint Enterprise Defense Infrastructure), le projet implique la transition de quantités énormes de données du ministère de la Défense vers un système sur le cloud. L’entreprise devait soumettre une offre pour ce projet qui a finalement été annulé après un litige opposant Microsoft (vainqueur) et Oracle.

Google a publié une déclaration à propos de sa décision :

« Bien que nous travaillions pour aider le gouvernement américain avec notre cloud dans de nombreux domaines, nous n’allons pas soumettre d’offre pour obtenir le contrat JEDI car, tout d’abord, nous n’avons aucune assurance que cela correspondrait à nos principes concernant l’utilisation de l'IA, ensuite, nous avons déterminé qu'il y avait des portions du contrat qui étaient hors de portée avec nos certifications gouvernementales actuelles. Si le contrat de JEDI avait été ouvert à plusieurs fournisseurs, nous aurions présenté une solution convaincante pour certaines parties. »

« Google Cloud estime qu'une approche multicloud est dans l'intérêt des agences gouvernementales, car elle leur permet de choisir le bon cloud pour la bonne charge de travail. À l'heure où de nouvelles technologies deviennent de plus en plus disponibles, les clients devraient pouvoir tirer parti de cette innovation. Nous poursuivrons nos travaux stratégiques pour aider les clients des États, locaux et fédéraux, à moderniser leur infrastructure et à répondre à leurs exigences essentielles. »

Après que Google a annoncé aux employés qu'il n'allait pas renouveler son contrat sur le Project Maven, il a annoncé ses principes d'éthique en matière d'IA, promettant qu'il ne travaillerait pas sur des armes alimentées par l'IA ou des projets de surveillance de l'IA susceptibles de susciter la colère des défenseurs des droits de l'homme ou de la vie privée. La société a cependant déclaré qu'elle continuerait à travailler avec l'armée « dans de nombreux autres domaines ».

À l'époque, Google avait déclaré que tout travail du Pentagone qu'il poursuivrait devrait s'inscrire dans ces principes. À ce stade, selon le Times, il n'est pas clair si ce que veut le DoD serait autorisé en vertu de ces directives.

La société a continué à travailler avec l'armée depuis son engagement, avec certains projets impliquant l'IA. Google a annoncé en août que ses services Cloud seraient utilisés par un entrepreneur pour analyser les images des drones d'inspection afin de déterminer quand les navires de la Marine avaient besoin d'être entretenus. L'Air Force cherche également à utiliser Google Cloud pour aider à gérer la maintenance des avions. Dans une déclaration, un porte-parole de Google a affirmé que la société était « fermement déterminée à servir [ses] clients du secteur public, y compris le DoD ».

De toute évidence, le travail lié à l'armée n'est pas complètement exclu pour Google, mais compte tenu de son histoire, il est probable que les employés accordent une attention particulière lorsque l'entreprise cherche à travailler avec le Pentagone.

Sources : NYT, ministère de la Défense, Joint Warfighting Cloud Capability, principes de l'utilisation de l'intelligence artificielle chez Google, Google Cloud et STS vont automatiser les inspections de maintenance de la marine américaine à l'aide du Machine Learning et de l'intelligence artificielle , L'US Air Force Rapid Sustainment Office s'associe à Google Cloud pour résoudre ses problèmes de maintien en puissance

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !