IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'approche consistant à n'avoir qu'un seul fournisseur de services de cloud computing est "morte",
Selon une étude d'IBM

Le , par Bill Fassinou

5PARTAGES

5  0 
Il n'y a pas si longtemps, les entreprises préféraient des solutions de stockage et d'informatique en nuage tout-en-un et faisaient l'éloge des offres à fournisseur unique, mais une récente étude d'IBM a révélé que les tendances ont radicalement changé ces dernières années. IBM a rapporté que la plupart d'entre elles ont revu leur stratégie en matière d'informatique en nuage et que le cloud hybride est maintenant la stratégie dominante adoptée par les entreprises, reléguant la stratégie du fournisseur unique aux oubliettes. L'approche à fournisseur unique était encore très répandue il y a moins de cinq ans.

Le cloud hybride devient le nouveau standard du secteur

En termes simples, l'informatique dématérialisée (informatique en nuage) consiste à stocker et à accéder à des données et à des programmes sur l'Internet plutôt que sur le disque dur de votre ordinateur. En définitive, le "nuage" n'est qu'une métaphore de l'Internet. Il remonte à l'époque des organigrammes et des présentations qui représentaient la gigantesque infrastructure de serveurs de l'Internet comme un nuage gonflé, acceptant les connexions et distribuant les informations au gré de ses mouvements. Aux premiers jours de l'informatique en nuage, l'approche à fournisseur unique régnait en maître et l'hybride n'était qu'une "annexe".



Cependant, les tendances se sont inversées depuis. Le cloud hybride est devenu la nouvelle réalité, de manière dominante, et il n'est donc pas surprenant que Big Blue lui-même ait décidé de livrer la vérité et d'écrire l'épitaphe de l'approche à fournisseur unique. Une étude publiée par l'IBM Institute for Business Value (IBV) en collaboration avec Oxford Economics - qui porte sur une enquête détaillée auprès de près de 7 200 cadres supérieurs de 28 secteurs d'activité et de 47 pays - a révélé qu'en 2021, à peine 3 % des organisations interrogées ont déclaré qu'elles se basaient toujours sur un seul cloud privé ou public, contre 29 % en 2019.

Cela indique tout simplement que le cloud hybride/multicloud est l'architecture informatique dominante. Selon l'équipe de recherche, cette révélation montre clairement que les avantages inhérents à une approche de cloud hybride ont été remarqués et adoptés par les principaux décideurs de tous les secteurs, surtout à un moment où ils devaient opérer dans un cycle de perturbations. Mais quelles étaient exactement les principales raisons d'un changement aussi radical, qui plus est lorsque le changement d'approche du cloud peut être un processus complexe et chronophage pour les grandes entreprises ? Voici les réponses rapportées par IBM.

Éviter à tout prix le verrouillage des fournisseurs

Le rapport indique que le verrouillage des fournisseurs, le fléau de l'approche du cloud à fournisseur unique, a souvent été tourné en dérision, car il rend les entreprises otages des caprices et des fantaisies de leurs fournisseurs de services. L'équipe de recherche note que cette situation a manifestement laissé un mauvais goût dans la bouche des décideurs du monde entier, car près de 69 % des cadres supérieurs ont déclaré dans le cadre de l'étude que le verrouillage des fournisseurs est un obstacle important à l'amélioration des performances de l'entreprise dans la plupart ou dans toutes les parties de leur parc informatique en nuage.

Selon Howard Boville, responsable d'IBM Cloud Platform, si les entreprises n'ont pas prêté attention au verrouillage des fournisseurs au départ, c'est parce qu'elles ont essayé plusieurs clouds différents pour voir quelle approche leur convenait le mieux. Selon lui, cette stratégie a créé de la complexité et des pièces déconnectées, les ouvrant potentiellement à des menaces de sécurité majeures. Cela explique la tolérance initiale pour une approche à fournisseur unique. Les réalités de l'ère post-pandémique sont différentes. Aujourd'hui, les entreprises déplacent une grande partie de leurs données vers une infrastructure cloud.

Mais elles sont également conscientes des coûts associés, des risques de sécurité et de facteurs, notamment les temps d'arrêt, les latences et les frais de sortie. L'approche du cloud hybride leur offre des avantages en matière de coûts, d'évolutivité et d'efficacité, ce qu'un verrouillage du fournisseur ne permet pas. C'est la raison pour laquelle 79 % des cadres supérieurs ont déclaré à IBM que la portabilité totale des charges de travail et l'absence de dépendance à l'égard du fournisseur étaient importantes ou extrêmement importantes pour la réussite de leurs initiatives numériques.

Seulement 1 % des personnes interrogées dans les secteurs de l'électronique, de l'assurance, de la fabrication, des télécoms, des transports et des voyages ont déclaré utiliser un seul cloud privé ou public en 2021.

La sécurité du cloud reste une préoccupation

Outre le verrouillage des fournisseurs, la sécurité, la conformité et l'interopérabilité sont d'autres raisons qui ont influencé le passage à une approche de cloud hybride. La sensibilisation des cadres de niveau C (la C-suite) aux risques et aux défis de la sécurité du cloud est une conclusion bienvenue de l'enquête. Environ 80 % des décideurs ont déclaré à IBM que la sécurité des données intégrée à l'ensemble de l'architecture en nuage est importante ou extrêmement importante, dans la plupart des cas, pour la réussite des initiatives numériques.

Cependant, la cybersécurité reste à la traîne des autres priorités lorsqu'il s'agit d'attirer les investissements informatiques. Même si la complexité de l'infrastructure, associée aux approches de cloud hybride et multicloud, crée des portes fissurées que les cybercriminels exploitent, plus d'un tiers des cadres dirigeants n'incluent pas les améliorations de la cybersécurité et la réduction des risques de sécurité parmi leurs plus gros investissements commerciaux et informatiques.

La maturité du cloud évolue progressivement

Selon l'étude, la plupart des entreprises sont à mi-chemin, mais pas plus loin, dans leur parcours d'adoption du cloud. En outre, les entreprises seraient en train de franchir la barrière des 20 % de migration des charges de travail à portée de main. Le cloud favorise une nouvelle façon de penser. Selon le rapport, le travail sur la conception du modèle d'exploitation du cloud - et l'approche du cloud non seulement comme une technologie, mais aussi comme un mode de fonctionnement plus proche de celui d'une entreprise axée sur les logiciels - génère des retours positifs et constitue un marqueur de performances plus élevées.

Par ailleurs, le rapport a révélé que les avantages se concrétisent. Soixante-treize pour cent des personnes interrogées ont déclaré que la numérisation des produits et des services basée sur le cloud computing permettait d'obtenir des améliorations de performance positives et transformationnelles à grande échelle. « Au début de leur voyage dans le cloud, de nombreuses entreprises ont tâté de plusieurs clouds différents qui ont créé de la complexité et des pièces déconnectées, les ouvrant potentiellement à des menaces de sécurité majeures », a déclaré le responsable de la plateforme cloud d'IBM dans un communiqué.

« Les résultats d'aujourd'hui réaffirment que les outils de sécurité, de gouvernance et de conformité doivent fonctionner sur plusieurs clouds et être intégrés dès le départ dans les architectures de cloud hybride pour que les transformations numériques soient réussies », a ajouté Boville.

Autres conclusions importantes de l'étude

L'étude a révélé que les entreprises doivent évaluer la manière dont elles utilisent le cloud en matière d'adoption, de vélocité, de migration, de vitesse et de possibilités de réduction des coûts. Les autres recommandations sont les suivantes :

  • concentrez-vous sur la sécurité et la confidentialité : déterminez où résident vos charges de travail critiques et examinez minutieusement qui et quoi y a accès. Vérifiez régulièrement que les contrôles de sécurité et les politiques de confidentialité sont respectés, mais aussi que les actifs mal configurés et les vulnérabilités logicielles sont rapidement corrigés ;
  • demandez quelles charges de travail doivent être transférées vers le cloud : faites l'inventaire de l'environnement informatique afin de déterminer les charges de travail et les applications qui auront le plus de valeur dans le cloud et celles qui sont mieux adaptées pour rester sur place ;
  • faites travailler les données pour vous : analysez les charges de travail à l'aide d'outils et de meilleures pratiques basés sur l'IA pour déterminer où et comment les placer au bon endroit et pour la bonne raison ;
  • définissez une approche tactique : abordez les compromis technologiques, comme le choix de la meilleure approche pour moderniser des applications spécifiques et gérer des questions importantes comme la sécurité, la gouvernance et la reprise après sinistre ;
  • déterminez la bonne équipe : mettez en place une équipe pluridisciplinaire pour repenser la manière dont votre entreprise crée de la valeur pour ses clients.


Sources : IBM, Rapport de l'étude

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la domination du cloud hybride ?
Quelle approche de cloud computing recommandez-vous ? Pourquoi ?

Voir aussi

La France choisit Google et Microsoft pour la protection des données sensibles, Bruno Le Maire, Amélie de Montchalin et Cédric O ont présenté la stratégie nationale pour le cloud

Quelle solution de cloud computing utilisez-vous ? Quel modèle de service cloud correspond le plus à vos besoins ? Tour d'horizon du marché

Informatica et Microsoft lancent le programme Modern Cloud Analytics, offrant une migration automatisée et des incentives pour la modernisation vers Microsoft Azure

Microsoft propose d'utiliser la terre, les algues et le chanvre pour construire des data centers qui stockent le carbone, le béton étant à l'origine de 8 % des émissions de CO2 dans le monde

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/11/2021 à 19:08
Bonjour

L'approche consistant à n'avoir qu'un seul fournisseur de services de cloud computing est "morte", selon une étude d'IBM.

Quel est votre avis sur le sujet ?
Plutôt d'accord. Hormis l'aspect stockage, de plus en plus de formats / applis interagissent sur les réseaux d'entreprises . FAI, cloud, réseau interne, télécom, VPN.

Chez les particuliers on peut sensiblement voir la même chose. Combien sommes nous à avoir un mail chez Google, et Microsoft par exemple ? C'est de la démat , donc 2 providers cloud distinct.

Que pensez-vous de la domination du cloud hybride ?
Microsoft détient les services orientés PC/cloud . Google plutôt l'interaction smartphone-tablette/cloud . Microsoft et Google sont pourtant aussi des providers mail . On y accède sur pc et mobile. L'interopérabilité hybride a lieu en juxtaposant les 2 acteurs.
0  0