IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google Cloud lance AlloyDB, un nouveau service de base de données PostgreSQL entièrement géré,
Qui serait 100 fois plus rapide pour les requêtes analytiques que la version standard de PostgreSQL

Le , par Bill Fassinou

53PARTAGES

3  0 
Lors de la première journée de l'édition 2022 de la conférence annuelle I/O mercredi, Google Cloud Platform (GCP) a annoncé une nouvelle option de base de données appelée AlloyDB, construite autour de la base de données open source PostgreSQL qui est devenu un choix populaire pour les développeurs. La nouvelle base de données est conçue pour attirer les utilisateurs dont la pile de code repose sur une base de données complète offrant des options telles que des transactions, des procédures stockées ou des déclencheurs conformes à la norme ACID (atomicité, cohérence, isolation et durabilité).

Alors qu'AWS (Amazon Web Service) reste le leader mondial du cloud computing, GCP a annoncé hier de nouvelles solutions de stockage et de traitement des données dans le but de réduire l'écart entre les deux entreprises. Avec AlloyDB, GCP pense qu'il pourra concurrencer directement les offres existantes de sociétés telles qu'Oracle, IBM ou Microsoft en offrant les fonctionnalités classiques dans un package moderne et natif du cloud. Il estime qu'AlloyDB est deux fois plus rapide pour les charges de travail transactionnelles qu'Aurora PostgreSQL d'AWS et quatre fois plus rapide que PostgreSQL standard pour les mêmes charges de travail.

En outre, AlloyDB serait jusqu'à 100 fois plus rapide pour les requêtes analytiques que la version standard de PostgreSQL. « Nous avons beaucoup de clients, dont des agences de voyages, des détaillants, des constructeurs automobiles ou des services financiers qui ont acheté ces bases de données propriétaires très coûteuses et qui essaient vraiment de s'en libérer et de passer à l'open source. On peut deviner les raisons pour lesquelles les clients veulent changer de fournisseur. Le coût en est certainement une partie, mais il y a beaucoup de conditions de licence prohibitives », explique Andi Gutmans, directeur général et vice-président des bases de données de GCP.



« Ils font l'objet d'audits. Il y a beaucoup de pratiques, je dirais, peu amicales », a-t-il ajouté. Gutmans a passé plusieurs années chez AWS avant de rejoindre Google en tant que directeur général et vice-président de l'ingénierie pour ses produits de base de données en 2020. Si l'on ajoute aux points énumérés par Gutmans le fait que Postgres est aujourd'hui devenu une sorte de standard de facto pour les bases de données relationnelles open source (et un déclin de MySQL), on comprend mieux pourquoi Google a décidé de proposer un service PostgreSQL dédié et performant. Gutmans estime que les clients devraient être séduits par AlloyDB.

AlloyDB est un service de base de données entièrement géré et compatible avec PostgreSQL. Si vous êtes habitué à l'écosystème GCP, un service de base de données PostgreSQL entièrement géré peut vous sembler familier. Après tout, l'entreprise propose déjà CloudSQL pour PostgreSQL et Spanner, le service de base de données relationnelle entièrement géré de Google Cloud, offre également une interface PostgreSQL. Mais ces différents services offrent simplement une interface compatible avec PostgreSQL pour permettre aux développeurs ayant ces compétences de les utiliser.

AlloyDB est la base de données PostgreSQL standard à la base, bien que l'équipe ait modifié le noyau pour lui permettre d'utiliser au mieux l'infrastructure de Google, tout en permettant à l'équipe de rester à jour avec les nouvelles versions dès leur lancement. Ensuite, sur le plan technique, l'équipe d'AlloyDB s'est appuyée sur l'infrastructure existante de Google, qui désagrège le calcul et le stockage. Il s'agit de la même couche d'infrastructure qui fait fonctionner Spanner, BigQuery et pratiquement tous les services de Google. Selon Gutmans, cela donne déjà au service une longueur d'avance sur ses concurrents.



Il a expliqué qu'AlloyDB se concentre spécifiquement sur PostgreSQL et rien d'autre. « Vous n'avez pas toujours la possibilité d'optimiser autant lorsque vous devez supporter plus d'un [moteur de base de données et langage de requête]. Nous avons décidé que ce que les entreprises nous demandent [c'est] Postgres pour ces migrations de bases de données patrimoniales, alors faisons simplement le meilleur dans Postgres », a-t-il déclaré. Par exemple, les modifications apportées par l'équipe au noyau Postgres lui permettent désormais de faire évoluer le système de façon linéaire vers plus de 64 cœurs virtuels.

Du côté analytique, l'équipe a mis au point un service de mise en cache personnalisé basé sur l'apprentissage automatique pour apprendre les schémas d'accès d'un client, puis convertir le format de lignes de Postgres en un format en colonnes en mémoire qui peut être analysé beaucoup plus rapidement. AlloyDB sera hébergé dans Google Cloud et facturé en tant que service. À ce propos, Gutmans a déclaré lors de la conférence mercredi que le nouveau modèle de tarification est conçu pour être plus simple et exempt du genre de frais cachés qui créent souvent des factures importantes et inattendues.

Par exemple, le modèle de Google ne prévoit pas de frais d'entrée/sortie (I/O), un supplément courant dans certains contrats de fournisseurs de services cloud comme AWS. La nouvelle offre de Google s'ajoute à celles de plusieurs autres entreprises qui développent des produits de base de données autour de PostgreSQL. Certains fournisseurs de services cloud, tels que DigitalOcean, Vultr et AWS, proposent des versions gérées de bases de données open source populaires comme MySQL, Redis et PostgreSQL. Ces produits fournissent la version standard de la base de données.



Ces solutions prennent également en charge une grande partie des tâches d'installation du logiciel, de configuration du serveur et de mise à jour au fur et à mesure de l'apparition de nouveaux correctifs de sécurité. Pendant ce temps, d'autres entreprises construisent des versions plus élaborées autour de la base de données open source, tout en ajoutant quelques nouvelles fonctionnalités qui leur permettent de créer une nouvelle marque. Des entreprises comme Yugabyte et Fly.io créent des versions de PostgreSQL qui s'adaptent aux grands ensembles de données distribués dans le monde entier.

Elles gèrent une grande partie des tâches de synchronisation des données entre les différentes instances et shards. Certaines entreprises comme Oracle et PlanetScale font quelque chose de similaire avec MySQL, une autre option open source populaire. Google entend se distinguer par des performances plus rapides et un accord de niveau de service solide comme le roc. La société a réécrit certaines routines de stockage de base pour accélérer les requêtes transactionnelles et analytiques. AlloyDB offrira aux utilisateurs la possibilité de configurer le stockage en fonction de leur mode d'utilisation.

Source : Google Cloud

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous du nouveau produit AlloyDB de Google ?
Que pensez-vous des résultats des tests comparatifs d'AlloyDB à AWS Aurora et à la version standard de Postgres ?

Voir aussi

Google fermera les comptes G Suite gratuits si le titulaire du compte ne passe pas à un compte payant, les utilisateurs ont jusqu'au mois de mai pour passer à la caisse

86 % des comptes Google Cloud piratés sont utilisés pour du cryptomining illégal, les autres attaques consistant à effectuer un balayage des ports d'autres cibles sur Internet, selon AtlasVPN

Google annonce des machines virtuelles Cloud TPU pour les charges de travail d'IA, conçu pour exécuter des modèles d'apprentissage automatique avec des services d'IA sur Google Cloud

Google présente CloudSQL pour Microsoft SQL Server, un service entièrement géré, qui sera proposé aux clients de Google Cloud Platform

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !