IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les prix du cloud public devraient augmenter aux États-Unis et en Europe l'année prochaine,
En raison de l'inflation et de la hausse des coûts de l'énergie

Le , par Bill Fassinou

31PARTAGES

11  0 
Après des années de croissance ininterrompue du cloud, les résultats suggèrent que l'envolée des dépenses des entreprises en matière de cloud pourrait être tempérée par les discussions sur l'imminence d'un ralentissement économique. Pour faire face à l'inflation, et en prévision d'une potentielle récession, les fournisseurs de cloud public seraient en train de réajuster leurs prix. Ainsi, les prix du cloud public devraient augmenter de près d'un tiers en Europe l'année prochaine, car les taux d'intérêt des emprunts et le coût de l'énergie mettent les fournisseurs sous pression. Aux États-Unis, on s'attend à ce que les prix augmentent d'un cinquième.

Le marché du cloud computing a explosé dès les premiers jours de la crise sanitaire, alors qu'une grande partie du monde s'est tournée vers le travail à distance, et il continuerait de croître de plus de 30 % chaque trimestre, les principaux bénéficiaires étant AWS, Microsoft et Google. Dans un rapport publié en mars 2021, Flexera, une entreprise de logiciels basée à Itasca, dans l'Illinois, aux États-Unis, révélait qu'environ 92 % des entreprises interrogées avaient une stratégie multicloud (plusieurs clouds du même type - publics ou privés) et 82 % une stratégie de cloud hybride (clouds de types différents - publics ou privés).

Mais alors que les entreprises progressent dans les transformations numériques qu'elles ont entreprises au début de la pandémie, l'utilisation du multicloud devient de plus en plus lourde et les coûts sont difficiles à gérer dans les environnements hybrides. En outre, une clé a été jetée dans les plans des équipes informatiques au cours des deux derniers trimestres sous la forme du tumulte du marché. La hausse de l'inflation et des taux d'intérêt, ainsi que les craintes d'une récession potentielle, a exercé une pression financière et opérationnelle croissante sur les organisations. Cela concerne aussi bien les petites organisations que les grosses entreprises.



En conséquence, de nombreuses entreprises réévaluent leurs ambitions numériques et les dépenses liées au cloud sont passées au crible. Le rapport de Wanclouds, intitulé 2H 2022 Cloud Cost and Optimization Outlook, examine ce défi actuel pour les équipes informatiques et la pression financière qu'elles subissent de la part de la C-suite et de la FinOps (une discipline évolutive de gestion financière du cloud). Wanclouds a commandé l'enquête auprès de plus de 500 décideurs informatiques américains au troisième trimestre 2022. Le rapport révèle que les décideurs informatiques prennent des mesures pour réduire les coûts.

Trente-neuf pour cent d'entre eux indiquent avoir décidé de déplacer ou de laisser sur place une consommation importante de cloud et des charges de travail à haute performance et 29 % ont indiqué qu'ils ont changé de fournisseur de cloud public au cours du premier semestre 2022 en raison des prix élevés. La visibilité et le suivi des dépenses liées au cloud sont également remis en question par l'adoption par le secteur d'une infrastructure hybride et multicloud, qui peut être plus complexe à gérer. À ce propos, les conteneurs sont de plus en plus utilisés comme plateforme de référence pour les stratégies de cloud hybride.

Toutefois, 70 % de ceux qui mettent en œuvre Kubernetes déclarent que cela a augmenté leurs dépenses globales de cloud. En outre, à peine plus de 4 responsables informatiques sur 10 déclarent avoir aujourd'hui une visibilité sur les coûts et la consommation de l'ensemble de leur environnement cloud. Mais alors que les entreprises tentent de monitorer, optimiser ou réduire les coûts en matière de cloud computing, les prix du cloud public devraient encore augmenter aux États-Unis et en Europe dès l'année prochaine. En raison de l'inflation, les fournisseurs pourraient être obligés de répercuter les prix sur les clients.

Selon Steve Brazier, PDG de l'analyste de canaux Canalys, le coût de l'infrastructure en constante expansion pour le cloud public est "incroyablement cher". « C'est probablement le plus grand déploiement de capital qui n'ait jamais eu lieu dans une industrie et cela se produit trimestre après trimestre, année après année. Nous estimons que cette année, les dépenses totales en capex de nos sept principaux hyperscaleurs seront de 140 milliards de dollars », a-t-il déclaré cette semaine lors du Canalys Channel Forum EMEA 2022 à Barcelone. Cela comprend les bâtiments, les équipements de réseau et les autres équipements informatiques.

Par exemple, il estime que la moitié de tous les serveurs expédiés dans le monde cette année seront consommés par ces sept premiers fournisseurs. « Le cloud public est un énorme succès et il s'est produit à l'époque où l'argent était bon marché. Les choses sont en train de changer », a-t-il déclaré. Mais cette époque semble être révolue. Brazier note que le taux d'intérêt des emprunts augmente en Europe. Il aurait augmenté de 22 % en septembre, et le coût de l'énergie a atteint des niveaux record dans la région le mois dernier. Il a déclaré avoir parlé à des fournisseurs de centres de données dont les coûts énergétiques ont quadruplé.

L'inflation galopante serait également un problème aux États-Unis, et la Banque fédérale devrait relever ses taux d'intérêt à 4,75 % avant la fin de l'année. « C'est un changement majeur sur le marché. Vous devez préparer vos clients à une réaction toute puissante [des hyperscaleurs] », a-t-il déclaré à l'auditoire composé de revendeurs, d'intégrateurs et de fournisseurs de services. Il note que les plus grands fournisseurs de cloud peuvent se procurer des capitaux, optimiser les approvisionnements en énergie et avoir des moyens d'atténuer l'expansion des frais généraux, mais "le changement pour leur activité est assez spectaculaire".

Brazier a ajouté : « nous nous attendons à ce que les prix du cloud public en Europe augmentent d'au moins 30 % en 2023, provoquant un choc tout-puissant pour nombre de leurs clients qui essaient également de réduire leurs coûts et entraînant beaucoup de tensions et d'exaspération entre vous et eux et les fournisseurs ». Mike Norris, PDG de Computacenter, l'un des plus grands revendeurs d'Europe, n'aurait pas commenté le spectre de la hausse des prix, mais a déclaré que la demande la plus fréquente des clients était de savoir comment maîtriser les coûts du cloud. « Le contrôle des coûts est le plus grand défi avec le cloud », a-t-il déclaré.

« Parce que ce n'est pas un logiciel en tant que service, c'est un logiciel en tant qu'otage. Vous n'avez pas le choix, vous ne pouvez pas vous en sortir », a-t-il ajouté. Pour l'heure, AWS, Microsoft et Google n'ont pas annoncé s'ils prévoyaient de revoir leurs prix à la hausse en 2023. Même s'ils sont les trois principaux fournisseurs de cloud public dans le monde, ils ne sont pas épargnés par les vents contraires auxquels est confrontée toute l'industrie technologique. Ils procèdent à des ajustements sur d'autres points. Certains ont préféré geler les embauches, mais d'autres pourraient recourir à licenciements pour réduire les coûts.

De son côté, OVHcloud a déjà prévenu ses clients qu'il augmentera le prix de certains services d'environ 10 % dès le mois de décembre prochain. Le fondateur Octave Klaba et le PDG Michael Paulin ont annoncé que la société avait constaté une inflation de plus de 8,9 % en juillet 2022 en Europe, dont une hausse de près de 40 % des coûts de l'énergie. Ils ont expliqué que la société a un contrat d'achat d'électricité qui expire en décembre 2022 et que le prochain contrat d'OVHcloud sera assorti d'un prix plus élevé. Il s'agit d'un changement majeur chez OVHcloud depuis l'incendie d'il y a un an et son entrée en bourse en octobre dernier.

Source : Steve Brazier, PDG de Canalys, au Canalys Channel Forum EMEA 2022 à Barcelone

Et vous ?

Que pensez-vous des prévisions de Canalys sur la hausse des prix du cloud public ?
Quels impacts cette hausse des prix pourrait avoir sur les entreprises et l'adoption du cloud ?
Comment votre organisation gère-t-elle les dépenses liées au cloud ?
Quelles sont les méthodes qu'elle utilise pour optimiser les coûts liés au cloud ?

Voir aussi

81 % des équipes informatiques ont reçu l'ordre de réduire ou d'arrêter les dépenses liées au cloud, alors que les coûts montent en flèche et que les vents contraires du marché s'aggravent

OVH prévoit d'augmenter ses prix et met en cause l'inflation, notamment les coûts de l'énergie qui auraient augmenté de 40 % au sein de l'Union européenne

92 % des entreprises ont désormais une stratégie multi-cloud contre 82 % pour une stratégie de cloud hybride, selon une étude de Flexera

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Escapetiger
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 20/10/2022 à 21:45
Citation Envoyé par smarties Voir le message
Je dirais que la CI devrait être hébergée sur un serveur interne pour gagner encore un peu.
CI (Continuous Integration)

Intégration continue
L'intégration continue est un ensemble de pratiques utilisées en génie logiciel consistant à vérifier à chaque modification de code source que le résultat des modifications ne produit pas de régression dans l'application développée. Le concept a pour la première fois été mentionné par Grady Booch et se réfère généralement à la pratique de l'extreme programming. Le principal but de cette pratique est de détecter les problèmes d'intégration au plus tôt lors du développement. De plus, elle permet d'automatiser l'exécution des suites de tests et de voir l'évolution du développement du logiciel.

L'intégration continue est de plus en plus utilisée en entreprise afin d'améliorer la qualité du code et du produit final (.../...)

Voir également CD (livraison continue (en anglais : continuous delivery) & CI/CD
4  0