IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

AWS a refusé de faire un investissement stratégique dans la blockchain, ne voyant pas d'utilité réelle pour les entreprises,
Selon un ingénieur qui a travaillé pour l'entreprise

Le , par Stéphane le calme

11PARTAGES

7  0 
Tim Bray, un ingénieur qui a travaillé chez Amazon à plusieurs postes de 2014 à 2020, raconte comment, en 2016, Amazon a décidé de ne pas faire un investissement stratégique dans la blockchain. Un récit qui intervient dans un contexte bien particulier : l'annulation d'un effort de plusieurs années déployée par la Bourse australienne pour construire un système commercial basé sur la blockchain. « Depuis que j'ai quitté AWS en 2020, j'ai fait très attention à ne pas partager des choses provenant des coulisses. Je ne me souviens pas vraiment des détails de l'accord de non-divulgation, mais j'ai des sentiments très forts à propos de l'éthique », prévient l'ingénieur.

La bourse australienne met fin à son projet sur la blockchain

Australia Securities Exchange, ASX, la principale bourse de valeurs mobilières du pays, a mis fin à un projet de six ans visant à déplacer une grande partie de son flux de travail vers un registre partagé et distribué similaire à la blockchain. La décision va entraîner une charge avant impôts de 165 à 171 millions de dollars au premier trimestre de l'année prochaine, mais n'aura pas d'incidence sur les dividendes, selon un communiqué publié par la bourse jeudi à Sydney.

Lancé en 2016 en tant que mise à niveau du système existant de la Clearing House Electronic Subregister System (ou CHESS), le projet potentiellement révolutionnaire visant à accélérer les délais de règlement et à réduire les coûts devait être mis en service deux ans plus tard. Au lieu de cela, il a été annulé après un examen indépendant par le cabinet comptable Accenture et un examen interne par ASX.

L'annulation est le dernier revers parmi les bourses de valeurs mobilières qui cherchent à tirer parti de la blockchain et d'un certain nombre d'autres efforts pour mettre en œuvre des versions autorisées de la technologie ouverte popularisée par le bitcoin.

« Nous avons commencé ce projet avec les dernières informations disponibles à ce moment-là, déterminés à fournir au marché australien une solution post-marché qui équilibrait l'innovation et la technologie de pointe avec la sécurité et la fiabilité », a déclaré le président d'ASX Damian Roche. « Cependant, après un examen plus approfondi, y compris l'examen des conclusions du rapport indépendant, nous avons conclu que la voie sur laquelle nous étions ne répondra pas aux normes élevées d'ASX et du marché ».

ASX est bien loin des jours grisants de 2016, lorsque le projet a été annoncé comme le fleuron de l'adoption institutionnelle de la blockchain, aidant son partenaire technologique, Digital Asset Holdings, basé à New York, à lever 307 millions de dollars auprès de JPMorgan, Goldman Sachs et International Business Machines. L'énorme client a également aidé Blythe Masters, alors PDG de Digital Asset, ancien responsable de l'activité mondiale des matières premières de JPMorgan, à se forger une réputation de leader dans le mouvement visant à capturer le meilleur des blockchains dites publiques comme Bitcoin et Ethereum ETH, mais dans une implémentation privée plus rapide.

En tant que l'un des premiers et des plus importants efforts pour mettre en œuvre la technologie du grand livre distribué, ASX a ouvert la voie à l'adoption d'autres applications de blockchain par les institutions, dont beaucoup hésitaient même à dire le mot « bitcoin » en public par peur d'effrayer les investisseurs. En déplaçant les transactions complexes impliquant plusieurs systèmes comptables vers un registre partagé et distribué auquel seuls les membres invités pouvaient accéder, l'espoir était que les délais de règlement pourraient être réduits, ce qui entraînerait des réductions de coûts et, éventuellement, des types de produits entièrement nouveaux.

En décembre 2018, cependant, le projet se heurtait à un certain nombre d'obstacles, notamment la résistance des entreprises de la plateforme à utiliser le registre partagé. Ce mois-là, Masters a démissionné sans ménagement de Digital Asset et le projet languit depuis. Le dernier clou dans le cercueil semble être le rapport Accenture commandé par ASX qui a noté « l'absence d'artefacts de conception appropriés, de rigueur ou de discipline de conception incohérente pour modéliser le comportement attendu dans les limites de la technologie ».

La mise à niveau de CHESS n'était pas le seul projet de blockchain d'entreprise à rencontrer des difficultés. Un autre client précoce des actifs numériques est la Depository Trust & Clearing Corp (DTCC). DTCC se tourne vers le registre partagé et distribué pour accélérer ses activités de traitement. Le travail de la DTCC a été retardé pendant des années et après avoir décidé de travailler avec un autre client, ce n'est que récemment qu'il a commencé à utiliser une autre technologie de blockchain pour traiter quotidiennement 100 000 à 160 000 transactions opérations sur capitaux propres.

CHESS a également utilisé la technologie de consensus conçue par VMWare qui était également au cœur de l'échec du projet de cryptomonnaie Libra/Diem de Facebook.


Ce qui s'est-il passé dans les coulisses d'AWS concernant un investissement stratégique sur la blockchain

Tim Bray explique qu'à un moment donné à la mi-2016, il a été entraîné dans une conversation avec Andy Jassy (Directeur général d'Amazon). Bien qu'il ne se rappelle pas le canal employé (appel vidéo ou en face à face) ni le nombre d'employés qui étaient présents, il se rappelle « qu'il y avait quatre d'entre nous présents qui étaient des techniciens supérieurs, pas du personnel de Jassy ».

Citation Envoyé par Tim Bray
Andy est un communicateur hors pair et a été éloquent à cette occasion. Vous devez comprendre que l'une des parties les plus importantes de son travail consistait à écouter les DSI et les CTO des grandes entreprises expliquer leurs problèmes et leurs préoccupations.

Il a dit quelque chose comme ça : « Tous ces dirigeants me demandent quelle est notre stratégie blockchain. Ils me disent que tout le monde dit que c'est le futur, la plateforme qui va rendre tout le reste obsolète. J'ai besoin d'avoir une bonne réponse pour eux. Je vais être honnête, quand ils expliquent pourquoi c'est merveilleux, je ne comprends tout simplement pas. Vous devez aller le découvrir pour nous ».
Tim Bray explique qu'ils ont répondu au Directeur général : « Nous pensons surtout que c'est surtout des conneries et probablement pas stratégique pour AWS, mais nous allons regarder de plus près ».

L'analyse du marché

Nous avons fait le tour du secteur derrière nos écrans et avons découvert quelques éléments :
  1. Les applications professionnelles réelles de la blockchain étaient vraiment, vraiment difficiles à trouver ;
  2. De nombreux produits de blockchain étaient proposés, caractérisés comme « polis », « robustes », « prêts pour la production » et « approuvés par les régulateurs ». Mais si vous avez regardé attentivement leurs histoires de clients, cela est devenu assez vaporeux assez rapidement ;
  3. Le débit des blockchains de preuve de gaspillage était tout aussi mauvais que nous le pensions ;
  4. En pratique, la technologie est une base de données. Tous ceux qui faisaient quoi que ce soit avaient une sorte de structure de base de données mappée sur la blockchain réelle, avec les arbres B habituels, etc. Il n'était pas évident que tout serait différent s'il y avait autre chose qu'une blockchain derrière les arbres B ;
  5. La bourse australienne pariait la ferme sur la blockchain, ce qui semblait prouver que ce n'était pas une blague ;
  6. Un volume énorme, presque incompréhensible, de capital-risque affluait dans le secteur, et cet argent était localisé dans le secteur financier, plus précisément à Manhattan ;
  7. AWS gagnait déjà beaucoup d'argent grâce à la blockchain. Toutes ces entreprises financées par du capital-risque ont dû construire une infrastructure, et la plupart d'entre elles étaient all-in sur le cloud, que ce soit AWS ou GCP. Il y a donc eu un important flux de trésorerie des sociétés de capital-risque vers AWS.

Nous nous sommes retrouvés en conversation avec l'organisation commerciale du secteur Finance, naturellement basée à Manhattan. Nous avons tout de suite attiré toute leur attention, car ils avaient remarqué le flux insensé de capital-risque, et ils recevaient des questions, du même genre que celles décrites par Andy, de la part de leurs clients institutionnels.

La bonne chose à faire était évidente.

Les questions

En août 2016, quatre d'entre eux sont allés parler à de grandes entreprises établies de Wall-Street et à quelques startups.

Tim Bray explique qu'ils n'avaient que deux questions, à la fois pour les acteurs de la grande finance et pour les startups : « Que voulez-vous faire ? » et « Comment la blockchain aide-t-elle à le réaliser ? ».

Les réponses, à notre grande déception, n'ont pas réussi à briser les idées préconçues. Les choses qu'ils voulaient faire étaient parfaitement raisonnables. Certaines d'entre ces choses étaient sacrément intéressantes. Ils avaient tous besoin de bases de données. Ils pourraient tous utiliser des structures de données de type grand livre, ainsi que le hachage et la signature cryptographiques. Mais, euh, pourquoi avaient-ils besoin de la blockchain ? Gros manque de clarté là-dessus.

Le moment clef a été lorsque nous sommes entrés dans une pièce avec le CTO de cette startup, à Tribeca je pense. Quand j'ai entendu le montant de financement du capital-risque, j'ai pensé que c'était sa valorisation boursière, pas des dollars investis. La liste des clients était tellement longue.

Ils ont présenté certains des systèmes qu'ils avaient construits et oui, nous avons été impressionnés. Puis, avec le CTO de la startup dans la salle, un de mes collègues ingénieurs a posé la question clef : « Tous ces systèmes, y en a-t-il qui ne fonctionneraient pas sans la blockchain ? » Le gars n'a même pas hésité : « Non, pas vraiment ».

Et c'était à peu près ça.

Évidemment, nous avons également parlé à quelques chefs de file de la scène crypto. Cela n'a pas été très utile, car ils semblaient principalement préoccupés par les aspects qui vous sortaient de la réglementation gouvernementale et du droit des contrats gênants ; tout cela avait eu un arôme peu subtil de libertarianisme.

Beaucoup d'entre eux ont mentionné la bourse australienne et ont dit que vous deviez être un paysan si vous remettez en question la technologie qui était sur le point d'être adoptée dans une entreprise aussi sérieuse pleine de gens sérieux. Après tout, elle était construite par Accenture, rien de moins !

Le Directeur général d'Amazon estime que ce n'est pas une bonne idée d'y engager énormément de ressources

Nous n'avons pas seulement essayé de connaître les réalités du marché. Nous nous sommes demandé « OK, si nous avions une technologie de grand livre distribué, que ferions-nous avec ? » Puis nous avons pensé à quelques services AWS.

Je ne me souviens pas des détails de la façon dont nos découvertes sont parvenues à Andy. Ils étaient de la forme « Les registres sont utiles, la technologie de cryptographie est utile, la blockchain ne l'est pas, le domaine est plein d'escrocs, mais nous pourrions construire une infrastructure de registre distribué et ensuite ces services sympas en plus ».

Il me semble me rappeler qu'environ un an plus tard, nous avons reçu une autre communication du bureau d'Andy disant que la perspective de la blockchain semblait toujours intéressante, évoquant le développement de la Bourse australienne. Pourrions-nous jeter un autre coup d'œil et revenir vers lui ? Nous l'avons fait et je pense que la seule chose qui a changé, c'est que nous avons dit « il faut garder un œil sur Ethereum ».

Par la suite, un autre groupe a décidé que si les gens dépensaient leur argent VC pour construire une infrastructure de cryptographie sur AWS, nous devrions les aider à le faire plus efficacement, et c'est ainsi qu'est né Amazon Managed Blockchain, offrant les plateformes Hyperledger et Ethereum en tant que service géré, dans le style typique d'AWS.

Je n'étais pas impliqué et je n'ai aucune idée de ce que faisait ce produit ; ne me surprendrait pas si cela rapportait une somme d'argent agréable mais non stratégique, car le spasme cryptographique du VC ne s'est arrêté que cette année.

Maintenant, en novembre 2022, je ne peux pas imaginer que le service a un avenir radieux, mais je me suis trompé auparavant.

Je ne suis pas prêt à dire qu'aucun système basé sur la blockchain ne sera jamais utile à quoi que ce soit. Mais je vais rester négatif jusqu'à ce que j'en voie un réellement en train de faire quelque chose d'utile et je suis content qu'AWS n'ait pas fait un gros pari là-dessus à l'époque.

Je suis désolé pour les gens de l'Australian Stock Exchange qui ont fait tant d'efforts pendant si longtemps.

Source : Tim Bray

Et vous ?

Que pensez-vous de la blockchain en général ?
La trouvez-vous utile ? Dans quelle mesure ?
Comment pouvez-vous expliquer la propagation de cette technologie au sein de plusieurs industries ?
Qu'est-ce qui peut, selon vous, expliquer les échecs qu'on connu de nombreux projets à l'instar de la Bourse australienne ?
Le travail en amont effectué pour analyser le marché et les potentielles utilités de la blockchain vous semble-t-il pertinent ? Pourquoi ?
Comprenez-vous pourquoi Amazon a hésité à parier gros sur la blockchain ? L'entreprise a-t-elle eu raison de le faire ?

Voir aussi :

Le service BaaS Amazon Managed Blockchain est disponible. Il offre aux clients un moyen de mettre en place un réseau de blockchain en quelques minutes
La blockchain est-elle une dangereuse absurdité ? Une analyse de Nicolas Lenz
109 ans après sa création, IBM va scinder son infrastructure en deux sociétés cotées en bourse d'ici 2021 pour se concentrer sur le cloud et l'IA

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !