IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Basecamp détaille la facture de 3,2 millions de dollars qui l'a forcé à abandonner le cloud,
L'entreprise vise à réduire sa facture de dépenses en 2023 en revenant à une solution sur site

Le , par Bill Fassinou

39PARTAGES

4  0 
La société Basecamp (ou 37Signals) aurait dépensé plus de 3,2 millions de dollars dans le cloud en 2022, ce qui a été l'une des principales raisons qui l'ont forcé à rapatrier de deux de ses principaux produits du cloud vers un hébergement sur site. En octobre 2022, l'entreprise a annoncé que la plateforme de gestion de projets Basecamp et le service de messagerie par abonnement Hey migraient hors d'Amazon Web Services (AWS) et de Google Cloud. Le cloud computing a été une solution à de nombreux problèmes des entreprises ces dernières années, mais la facture peut parfois grimper rapidement et devenir une source de frustration pour ces dernières.

Si l'on en croit les fournisseurs de services cloud, les analystes et même le gouvernement, la direction à prendre est évidente. Toutes vos ressources informatiques côté serveur vont se déplacer vers le cloud, que cela vous plaise ou non. Cependant, David Heinemeier Hansson, directeur technique de la plateforme de gestion de projets Basecamp, n'est pas de cet avis. « La location d'ordinateurs est une mauvaise affaire pour les entreprises de taille moyenne comme la nôtre, à la croissance stable. Les économies promises dans la réduction de la complexité ne se sont jamais matérialisées. Nous faisons donc nos plans pour partir », a-t-il déclaré en octobre 2022.

La semaine dernière, Hansson a détaillé les colossales factures de cloud qui ont conduit l'entreprise à quitter le cloud en octobre dernier. Hansson, qui est également le créateur du framework Web "Ruby On Rails" (RoR), a fait tous les calculs et est parvenu à une facture de cloud computing exorbitante de 3 201 564 dollars en 2022, soit 266 797 dollars par mois. Une grande partie de ces dépenses (759 983 $) est consacrée à l'informatique, sous la forme des services EC2 et EKS d'AXS. Hansson a comparé ce coût aux dépenses nécessaires pour acquérir des serveurs dotés de 288 vCPU et bien d'autres équipements encore sur une période de trois ans.


Hansson a souligné que même cette facture était le résultat d'un effort concerté pour la maintenir basse. « Il a fallu beaucoup de travail pour maintenir ces dépenses massives à seulement 3,2 millions de dollars. L'équipe d'exploitation gère un programme vigilant d'inspection des coûts, avec des rapports et un suivi mensuels, et nous avons conclu des accords à long terme sur des instances réservées et une utilisation engagée, dans le cadre d'un accord de tarification privé. C'est un budget hautement optimisé », a-t-il écrit. L'entreprise a donné la semaine dernière plus de détails sur cette facture dans un billet de blogue sur son site Web.

Fernando Álvarez Calleja, ingénieur principal chargé de la fiabilité des sites chez Basecamp, a expliqué que la plupart des applications de l'entreprise fonctionnent sur ses propres serveurs. Mais la recherche (OpenSearch), le stockage de fichiers (S3) et les services CDN (CloudFront) sont basés dans le cloud. Dans le même temps, la quasi-totalité de Hey - à l'exception de certains services de messagerie et de traitement d'images - fonctionne sur AWS. Hey est un service de messagerie premium multiplateforme lancé par Basecamp en juin 2020. Il est accessible via le site Web Hey et via des applications pour macOS, Windows, Linux, Android et iOS.

« Notre utilisation d'AWS pour Hey comprend l'exécution de l'application Rails complète sur des clusters Kubernetes via EKS, des serveurs de base de données MySQL via Aurora RDS, Redis via Amazon Elasticache, et la recherche via OpenSearch. En outre, nos autres applications traditionnelles fonctionnent également sur EKS, et nous utilisons RDS pour les bases de données », a déclaré Calleja. Pour Hey, la facture annuelle était de 1 066 150 $ (88 846 $/mois) pour les charges de travail de production uniquement. La société a également dépensé 907 000 dollars pour S3, le service de stockage d'AWS, où elle stocke environ huit pétaoctets de données.

Un total de 67 000 dollars auraient été dépensés pour le CDN CloudFront, 123 000 dollars pour Elasticache, 860 000 dollars pour les services Kubernetes EC2 et EKS d'Amazon, et 520 000 dollars pour OpenSearch. Basecamp a déclaré qu'il a l'intention de "réduire considérablement" sa facture de dépenses pour 2023 en déplaçant un grand nombre de services et de dépendances du cloud vers son propre matériel. Calleja et Hansson ont déclaré que leurs dépenses dans le cloud l'année dernière pourraient être "considérablement réduites" si l'entreprise passait à du matériel Dell et à un hébergement géré par une société appelée Deft.

Plutôt que d'exploiter ses propres installations, Basecamp travaille avec Deft pour louer de l'espace en rack, de la bande passante, de l'énergie et du support. Autrefois connu sous le nom de ServerCentral, Deft propose des services de colocation à partir d'installations de colocation du monde entier, notamment celles de Digital Realty et d'Equinix. « Ce n'est pas bon marché non plus à notre échelle, mais c'est beaucoup, beaucoup moins que ce que nous dépensons dans le cloud », note Calleja. Cela dit, il n'a pas détaillé comment, ou si, une faible utilisation du cloud permettra à Basecamp d'atteindre la même résilience que celle dont il bénéficie dans AWS.



Cependant, Hansson a promis de répéter l'exercice de comptabilité en public l'année prochaine, pour révéler comment l'entreprise économise de l'argent. Dans son billet de blogue d'octobre dernier, Basecamp a déclaré que le cloud a été judicieux pour les applications simples, à faible trafic, où la complexité a été éliminée en commençant par des services entièrement gérés. Ce modèle présente également des avantages en cas de fluctuations importantes ou de pics d'utilisation. « Rien de tel que le cloud lorsque cela se produit, comme nous l'avons appris lors du lancement de [service de messagerie] HEY », explique la société.

« Par exemple, il y a eu la fois où 300 000 utilisateurs se sont soudainement inscrits pour essayer notre service en trois semaines, alors que nous avions prévu 30 000 en six mois », a-t-elle ajouté. Cependant, elle estime qu'une fois que les utilisateurs ont établi des modèles de demande stables et prévisibles pour leurs applications, les avantages du cloud se sont évaporés. En continuant avec le cloud, Basecamp payait parfois une "prime presque absurde" pour une capacité de calcul dont elle n'aurait probablement jamais besoin. Hanson a critiqué la façon dont les sociétés de cloud réalisent des "marges obscènes" sur les ordinateurs qu'elles louent.

« C'est comme si vous payiez un quart de la valeur de votre maison pour une assurance contre les tremblements de terre alors que vous ne vivez pas près d'une ligne de faille », a déclaré Hansson, ajoutant : « oui, bien sûr, si d'une manière ou d'une autre un tremblement de terre deux États plus loin ouvre la terre si largement qu'il fait craquer vos fondations, vous pourriez être heureux de l'avoir, mais cela ne semble pas proportionnel, n'est-ce pas ? ». Selon le rapport de Gartner estimant que les fournisseurs de services cloud ne réduiront pas leurs prix pour aider les entreprises touchées par la récession, il est peu probable que cela change de sitôt.

Pour avoir une idée de la façon dont le bateau de Basecamp bat à contre-courant, les chiffres publiés par Canalys en août 2022 ont montré que 62,3*milliards de dollars ont été dépensés en Infrastructure-as-a-Service (IaaS) au cours des trois mois se terminant en juin, soit une hausse de 33 % par rapport à l'année précédente. Pendant ce temps, les leaders AWS, Microsoft et Google renforçaient leur domination, dépassant le marché dans son ensemble de 42 % par an. Ensemble, ils représentaient 63 % des revenus du marché.

Source : Basecamp

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la facture de cloud présentée Basecamp ?
Selon vous, quels sont les avantages du cloud computing pour les entreprises ?
À votre avis, le cloud computing va-t-il s'imposer à toutes les entreprises ?
Selon vous, comment les organisations peuvent-elles optimiser leurs dépenses dans le cloud ?
Quand la facture devient exorbitante, la bonne solution est-elle de quitter le cloud comme l'a fait Basecamp ?

Voir aussi

« Les entreprises se sont retrouvées dépendantes du caprice arbitraire des géants technologiques », des PME viennent expliquer au Congrès comment les GAFA ont abusé de leur position dominante

Les dépenses des utilisateurs finaux du cloud public mondial devraient augmenter de 20,4 % en 2022, pour atteindre près de 500 milliards de $, contre 410,9 milliards de $ en 2021, selon Gartner

Une augmentation de 18 % des dépenses des utilisateurs finals du cloud public dans le monde prévue en 2021, par Gartner

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de orfraie
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 28/01/2023 à 15:29
Basecamp a eu des difficultés pour présizer ses volumes prévisionnels.
La dépense dans le Cloud est toujours homothétique aux ressources de base nécessaires, c'est le business model.
OnPremisse , on peut scaler horizontalement si les contrats de soft le permettent.
En run , la dépense dans le Cloud régule rapidement en valeur et elle ne suit pas la courbe déscendante de valorisation des assets, c'est uniquement de l'Opex donc pas de marges de manoeuvre issues du manielemnt des immos.
La restructuration permanente des portefeuilles de services des CSP tant en prix qu'en périmètre ne facilient pas les choses.
Le job de FinOps a été inventé pour cela.
L'initiative de basecamp est louable, ils ont pris le taureau par les cornes pour tenter de résoudre , chapeau !
1  0 
Avatar de byrautor
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 23/01/2023 à 20:23
Si je ne me trompe pas le Cloud (complet) est facturé au service rendu.
On imagine les échanges pour une entreprise qui travaille avec le Net ..
0  0 
Avatar de byrautor
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 29/01/2023 à 19:34
Citation Envoyé par orfraie Voir le message
Basecamp a eu des difficultés pour préciser ses volumes prévisionnels.

La dépense dans le Cloud est toujours homothétique aux ressources de base nécessaires, c'est le business model.
La restructuration permanente des portefeuilles de services des CSP tant en prix qu'en périmètre ne facilite pas les choses.
Le job de FinOps a été inventé pour cela.
Qu"en termes choisis ces choses là sont dites !
0  0