IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Coûts de sortie du cloud : Entre frais asymétriques et risques méconnus,
Les fournisseurs de cloud proposent des entrées bon marché ou gratuites, les frais de sortie fonctionnent dans l'autre sens

Le , par Bruno

14PARTAGES

4  0 
Malgré la croissance continue de l'adoption du cloud, de plus en plus d'entreprises optent pour une approche différente en abandonnant les contrats de service à long terme, traditionnellement associés à de nombreux fournisseurs. La transition vers le cloud computing, basée sur le modèle "pay-as-you-go", traduit littéralement par « payez au fur et à mesure », est un modèle de tarification à l'usage : l'utilisateur du service paye ce qu'il consomme. Il offre une flexibilité mais peut engendrer des coûts de sortie souvent négligés.

Ces frais sont liés au déplacement des données hors de la plateforme de stockage en cloud, et peuvent rapidement s'accumuler, rendant certains projets de cloud computing non rentables. Les entreprises subissent des frais asymétriques, les fournisseurs facturant rarement les entrées de données mais imposant des frais pour les sorties. Les risques de coûts cachés résident dans l'imprévisibilité des frais de sortie, souvent non négociés à l'avance, et leur nature potentiellement incontrôlable.


Un coût souvent négligé dans l'utilisation des services cloud est celui de la sortie des données. Il s'agit du coût de l'envoi des données hors du réseau du fournisseur de services en cloud vers l'Internet public. Découvrez le coût additionnel pour 1 To de données sortantes au-delà de l'allocation gratuite, pour chaque fournisseur :


Que sont les frais de sortie des données ?

Les frais de sortie des données sont des frais facturés par les fournisseurs de services en cloud pour le déplacement ou le transfert des données à partir du stockage en cloud où elles ont été téléchargées. Ces frais, également appelés frais de bande passante ou de transfert de données, sont distincts des frais que les organisations paient pour le stockage et l'informatique en cloud. Le stockage en cloud et d'autres technologies en cloud ont permis aux développeurs et aux entreprises d'évoluer rapidement, d'accélérer l'innovation et, historiquement, de réduire les coûts. Il est souvent moins coûteux de stocker des données et d'exécuter des applications sur l'infrastructure d'un tiers plutôt que d'acheter, d'entretenir et de remplacer une infrastructure sur site.

Cependant, la popularité massive du stockage en nuage s'accompagne d'un inconvénient : la sortie des données. La sortie est le processus qui consiste à récupérer les données du service vers lequel elles ont été téléchargées - et la plupart des fournisseurs de services en cloud facturent une "taxe" pour ce transfert de données. Les frais de sortie des données ne sont pas nécessairement un problème majeur pour les utilisateurs qui ne stockent et n'accèdent qu'à une quantité limitée de données dans le nuage, et qui ne sont intéressés que par l'utilisation d'une seule architecture de nuage. Cependant, les frais de sortie peuvent empêcher les organisations de profiter pleinement des avantages de l'informatique en nuage et, en fin de compte, augmenter les coûts informatiques.

L'entrée et la sortie de données dans le cloud peuvent être comparées à une visite dans un autre pays. À titre d'exemple, les citoyens munis d'un passeport valide peuvent entrer gratuitement dans de nombreux pays, mais ils doivent s'acquitter d'une taxe de sortie dans certains cas. En tant que touristes, ne pas payer cette taxe de départ les laisse dans une situation délicate. Dans l'univers du stockage en cloud, l'entrée correspond aux données ou au trafic qui pénètrent dans l'infrastructure cloud, tandis que la sortie englobe les données qui franchissent les limites de cette infrastructure.

Les développeurs ou les entreprises ont généralement la possibilité de transférer leurs données vers le stockage en nuage sans frais (par exemple, le stockage d'objets Amazon S3 ou Azure Blob Storage). Cette approche constitue une stratégie commerciale délibérée visant à encourager les nouveaux utilisateurs à adopter le service, car tous les coûts associés sont intégrés de manière transparente dans le coût global du service.

Le modèle Pay-as-You-Go versus les abonnements

Le modèle "pay-as-you-go" se différencie principalement du système d'abonnement où l'utilisateur paie un forfait pour une utilisation illimitée du service pendant une période déterminée, indépendamment de sa consommation réelle du service. Certains fournisseurs de logiciels SaaS, plateformes de jeux en ligne et banques d'images adoptent le modèle "pay-as-you-go". Dans ce cas, l'utilisateur achète des crédits qu'il dépense au fur et à mesure de l'utilisation du service jusqu'à épuisement de ses crédits.

Le secteur de l'énergie fonctionne également sur un modèle "pay-as-you-go", mais la facturation intervient après la consommation réelle. L'utilisateur consomme de l'électricité et paie en fonction de sa consommation effective. L'entreprise peut envisager d'adopter le modèle "pay-as-you-go" exclusivement ou de manière complémentaire lors de l'élaboration de sa stratégie tarifaire.

Les contrats standard pour les services informatiques en cloud sont similaires aux contrats de téléphonie sans fil, où l'utilisateur paie pour un niveau défini de services, y compris des limites spécifiques de données. Tout dépassement de ces limites entraîne des frais supplémentaires ou nécessite un changement complet de contrat, ce qui peut être source de confusion pour les entreprises dont l'utilisation des données fluctue ou connaît une croissance régulière.

En revanche, le paiement à l'utilisation est plus simple, permettant de payer uniquement les données réellement consommées chaque mois, similaire à une facture d'électricité qui varie en fonction de la consommation mensuelle. Cette approche offre une meilleure maîtrise des coûts et réduit les surprises financières. Les responsables des services informatiques cherchent des stratégies pour réduire les coûts de sortie du cloud, que ce soit par des approches techniques (gestion efficace des charges de travail, déduplication des données) ou contractuelles (négociations inclusives des frais de sortie).

Ces contrats peuvent contraindre les entreprises à fournir plus de services que nécessaire, juste au cas où elles se développeraient. Et si ces derniers se développent, ils risquent de dépasser les limites de leur contrat et de devoir payer des frais supplémentaires onéreux. L'importance d'une analyse préalable détaillée, d'une architecture bien pensée et d'une visibilité continue sur les coûts de sortie est necessaire pour éviter des surprises financières dans le cadre de projets de cloud computing.

De l’avis de certains analystes, les frais de sortie du cloud sont une redevance pour l'utilisation du réseau. « Il s'agit de tous les coûts associés au déplacement des données hors de la plateforme de stockage en cloud où elles sont normalement conservées », explique Tony Lock, de l'institut d'analyse Freeform Dynamics. Les fournisseurs de services peuvent prélever des frais chaque fois que des données sont déplacées d'une plateforme de stockage en cloud, y compris vers un autre fournisseur de nuage, vers une autre région ou zone de disponibilité, ou même entre applications.

Un exemple est celui d'une entreprise qui déplace des données d'archives vers une application d'analyse. Le fournisseur de services cloud qui héberge les archives facturera des frais de sortie parce que les données quittent son stockage, même si les téléchargements vers le progiciel d'analyse sont gratuits. De plus, avertit Lock, certains fournisseurs prélèveront des frais de sortie pour déplacer les données du stockage vers la mémoire, par exemple pour les recherches. Dans certains cas, les applications SaaS (Software-as-a-Service) ajouteront des frais de sortie pour le téléchargement des données.

Des frais asymétriques

Les frais sont également asymétriques. Les fournisseurs de services cloud facturent rarement le téléchargement de données ou l'entrée de données. Tous les coûts qu'ils encourent pour amener les données dans leurs réseaux sont inclus dans les frais d'abonnement ou autres. À l'instar d'un supermarché qui propose des produits à prix réduit pour limiter les pertes, le fournisseur de cloud computing doit proposer des entrées bon marché ou gratuites pour encourager les clients à utiliser son cloud.

Les frais de sortie fonctionnent dans l'autre sens, en décourageant les entreprises de transférer des données vers l'extérieur, soit vers d'autres fournisseurs de cloud computing, soit vers des systèmes sur site. « Ils ont pris la décision commerciale que l'entrée devrait être effectivement absorbée dans le coût consolidé du service représenté dans les prix unitaires des composants du cloud, mais les frais de sortie sont séparés », déclare Adrian Bradley, responsable de la transformation du nuage chez le cabinet de conseil KPMG. « Au fond, il s'agit d'un coût réel. Plus un client en consomme, plus cela coûte cher aux fournisseurs de cloud ».

Les entreprises ont vu les frais de sortie augmenter car elles cherchent à faire plus avec leurs données, comme l'exploitation des archives à des fins de veille stratégique, ou pour former des moteurs d'intelligence artificielle. Les transferts de données peuvent également augmenter lorsque les organisations ont une stratégie hybride ou multi-cloud formalisée.

« Soit il y a un besoin de faire beaucoup plus de sorties de données, soit il y a simplement une utilisation positive du cloud pour développer de nouveaux produits et services qui utilisent intrinsèquement plus de données », explique Bradley. Il en résulte que les entreprises retirent de plus en plus de données du stockage en nuage et sont frappées par l'augmentation des coûts. Une étude menée par Aptum Technologies, un fournisseur de services gérés, a révélé que le passage à l'informatique dématérialisée avait entraîné des coûts plus élevés que prévu pour 73 % des entreprises, 65 % d'entre elles déclarant avoir gaspillé de l'argent en raison d'inefficacités dans le domaine de l'informatique dématérialisée.

Le trafic sur AWS, MS Azure et de nombreux autres cloud est déjà facturé selon un modèle de « paiement à l'utilisation », de sorte que les utilisateurs finaux n'achètent pas de capacité à l'avance, mais sont facturés sur la base de leur consommation réelle. Cette approche de facturation est devenue possible pour l'ensemble de la couche PaaS (platform as a service) avec l'introduction des conteneurs, qui offrent une plus grande flexibilité en fonction de l'importance de la charge à un moment donné.

Au cours des trois ou quatre dernières années, nous avons assisté à une évolution notable vers la technologie des conteneurs, qui a ajouté une granularité révolutionnaire pour le découpage des ressources. Ainsi, chaque conteneur peut être redimensionné verticalement à la volée en tenant compte des changements de charge à l'instant présent. Les clients paient donc pour la consommation réelle et n'ont pas besoin de procéder à des reconfigurations complexes pour s’aligner sur la croissance du projet.

Malgré cela, il n'y a pas encore de mouvement actif vers le modèle "pay as you use", car la plupart des fournisseurs n'offrent pas de cloud purement basés sur des conteneurs. Si le client héberge des conteneurs à l'intérieur d'une VM, il est toujours lié à sa taille et il paie pour les ressources inutilisées.

Comment réduire les frais de sortie

Le cloud computing est devenu un élément essentiel pour les entreprises de toutes tailles, offrant un certain nombre d'avantages, notamment en termes d'évolutivité, de flexibilité et de rentabilité. Toutefois, au cours des derniers mois, de nombreuses entreprises ont signalé que les coûts de leur consommation de services cloud augmentaient, dans certains cas bien au-delà des estimations initiales. Un certain nombre de facteurs peuvent contribuer à l'augmentation des coûts de l'informatique dématérialisée, notamment :

  • l'augmentation de la demande de ressources en cloud : Alors que de plus en plus d'entreprises passent à au cloud computing, la demande de ressources cloud augmente. Cela peut entraîner une hausse des prix des services cloud ;
  • les changements dans les modèles de tarification : les fournisseurs de cloud modifient constamment leurs modèles de tarification, ce qui peut également entraîner des augmentations inattendues des coûts.

Les stratégies visant à réduire les frais de sortie peuvent être techniques et architecturales, ou contractuelles. Les services informatiques peuvent essayer de gérer la demande en limitant le stockage et les transferts de données dans le nuage. Toutefois, la microgestion de l'utilisation dans un environnement dynamique en nuage est en soi coûteuse. Et imposer des limites strictes aux téléchargements de données, par exemple, risque d'interrompre les processus d'entreprise en aval.

Il est préférable de choisir soigneusement les charges de travail et de concevoir des architectures en cloud pour maximiser l'efficacité. Il s'agit par exemple de réduire les transferts de données interrégionaux, de déployer la déduplication et la compression des données et de réécrire les applications gourmandes en données de manière à ce qu'elles fassent moins appel au stockage en cloud, par exemple en ne téléchargeant que les différences de données.

Les entreprises peuvent négocier l'inclusion de la sortie, ou d'une partie de la sortie, dans leurs frais d'abonnement ou essayer de réduire les frais de transfert régionaux. Et il peut être intéressant de payer davantage pour certains services. Déplacer des données archivées vers un niveau adapté à un accès plus fréquent peut coûter moins cher que de payer des frais supplémentaires pour les extraire d'une chambre froide.

« Assurez-vous de savoir exactement quelles données vous avez stockées dans chaque service en nuage, en particulier dans les systèmes froids où les frais de sortie peuvent s'accumuler rapidement, si l'hypothèse initiale était que les données ne seraient pas récupérées, sauf en cas d'urgence », déclare Lock. Alors que de plus en plus d'entreprises cherchent à utiliser des données historiques dans le cadre d'analyses opérationnelles de routine, il est peut-être temps de se demander à quel point la plupart des données sont réellement « froides ». Tous ces facteurs soulignent l'importance croissante de conserver des métadonnées beaucoup plus détaillées qu'auparavant.

Google met fin aux frais de changement de fournisseur de services cloud, faisant ainsi pression sur Amazon et Microsoft

Le coût du passage d'un fournisseur d'informatique de services cloud à l'autre fait depuis longtemps l'objet de plaintes, les services étant qualifiés de « motels à cafards » qui permettent aux entreprises d'entrer mais pas de sortir. Google, prend des mesures pour changer cette situation. Dès à présent, l'entreprise supprime les frais prélevés sur les clients qui souhaitent quitter son cloud pour un service concurrent - un changement de politique qui pourrait inciter ses concurrents Amazon et Microsoft Corporation à faire de même.

Cette décision fait suite à l'intensification de l'examen des services d'informatique dématérialisée par les autorités de régulation et les législateurs du monde entier. Les autorités antitrust britanniques ont lancé une enquête sur ces pénalités, et les frais sont apparus comme une question clé lorsque la Commission fédérale du commerce des États-Unis a demandé des commentaires publics sur une variété de problèmes liés à l'informatique dématérialisée.

Le vice-président de Google, Amit Zavery, qui participe à la supervision des activités liées à l'informatique dématérialisée, a déclaré que les frais de changement de fournisseur ne représentent qu'environ 2 % du coût total de la migration vers un nouveau fournisseur et qu'ils ne dissuadent pas de nombreux clients de transférer leurs données. Des éléments tels que la formation et les frais payés à la nouvelle société d'informatique dématérialisée sont des facteurs plus importants, a-t-il ajouté. Google n'en a pas moins voulu répondre à ces préoccupations.

« Les régulateurs et les clients nous ont dit qu'il s'agissait de l'un des points, et nous voulions retirer cette question de la table », a-t-il déclaré. « Nous voulons, bien sûr, encourager les autres fournisseurs à faire de même.

L'autre raison pour laquelle Google a voulu prendre cette mesure, selon Zavery, est que l'entreprise souhaite que les régulateurs se concentrent sur ce qu'elle considère comme le problème le plus important : les restrictions imposées par Microsoft, qui compliquent la vie des clients : les restrictions imposées par Microsoft qui, dans certains cas, empêchent les clients de choisir Google Cloud. Google, ainsi qu'Amazon Web Services et certains de leurs clients, se plaignent depuis plusieurs années que Microsoft rende plus coûteux, plus difficile, voire totalement impossible l'exécution de ses programmes phares, tels que Windows et Office, dans ses cloud rivaux.


Microsoft a déjà reconnu que certains de ses produits étaient plus difficiles ou plus coûteux à exécuter sur des cloud rivaux, mais elle s'est efforcée de répondre aux plaintes. Bien qu'il ait assoupli certaines restrictions en 2022, le changement ne s'est pas appliqué aux principaux concurrents que sont Amazon, Google et Alibaba Group Holding.

La remise en question des contrats à long terme traditionnels en faveur du modèle pay-as-you-go est un aspect important, soulignant une tendance vers des approches plus flexibles. L'identification des coûts de sortie comme un élément souvent négligé dans ce modèle mérite une attention particulière. L'asymétrie des frais, où les fournisseurs facturent rarement les entrées de données mais imposent des frais pour les sorties, soulève des questions pertinentes sur l'équité des modèles de tarification.

Source : Getdeploying

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Quel commentaire faites-vous des Coûts de sortie du cloud ?
Que pensez-vous des taux de croissance des factures des clients AWS ?
Quels sont selon vous, les risques potentiels liés à l'imprévisibilité des coûts de sortie du cloud ?
Comment les entreprises peuvent-elles atténuer ces risques lors de la planification de leur stratégie cloud ?

Voir aussi :

Les clients d'AWS accumulent des lourdes factures pour le transfert de données, avec environ 50 millions $ payés par Apple en 2017, selon un rapport

Les dépenses en infrastructures de cloud partagé stimulent la croissance des dépenses globales d'infrastructure des entreprises au troisième trimestre 2023, selon IDC

Microsoft limite l'espace de stockage cloud dans le secteur de l'éducation pour des raisons environnementales, mais des observateurs estiment que l'entreprise cherche plutôt à faire des économies

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de smarties
Membre expert https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 11:01
Rare sont ceux qui ont des réels sur besoin.
Pourquoi mettre sur les cloud le GIT de l'entreprise et la CI/CD ? ... quand ont peut héberger en interne ou louer un VPS ou un dédié pour ça, ce qui est nettement moins cher.
Idem pour du stockage de fichier et du partage avec des clients ou fournisseurs, par exemple Seafile fait du très bon travail.
Il y a aussi Mattermost qui peut s'auto héberger pour remplacer Teams ou Slack.
Aujourd'hui, je trouve qu'il est justement devenu simple de se passer de cloud et de solutions propriétaires avec notamment Docker (que maintenant beaucoup de monde connaît et utilise plus ou moins de manière avancée).

En tant que particulier, aujourd'hui avec la fibre qui se développe bien, on peut héberger des services sur un NAS ou un nanoPC ou un mini serveur. On le protège avec un onduleur et c'est parti ! ... par contre ce n'est pas accessible à tout le monde car il faut s'y connaître un peu.
On peut aussi avoir des sous-noms de domaines gratuits (Dynu, ...) ou un nom de domaine pas cher (le point OVH est raisonnable et suffit pour des services privés).
2  0 
Avatar de RenarddeFeu
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 13:36
80$/To pour sortir d'Azure, je vais pouvoir questionner ma direction sur ses choix stratégiques. Déjà que je peste contre les applis dans le cloud dont le développement et la maintenance coûtent une blinde puisque réalisées par des prestataires externes, tout ça pour une dizaine d'utilisateurs tout au plus. Et c'est sans compter l'empreinte environnementale des datacenters qui les hébergent, avec des serveurs qui tournent h24.
2  0 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 9:40
ah ? Je suis pas au courant perso
2  1 
Avatar de smarties
Membre expert https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 14:07
Citation Envoyé par RenarddeFeu Voir le message
80$/To pour sortir d'Azure, je vais pouvoir questionner ma direction sur ses choix stratégiques. Déjà que je peste contre les applis dans le cloud dont le développement et la maintenance coûtent une blinde puisque réalisées par des prestataires externes, tout ça pour une dizaine d'utilisateurs tout au plus. Et c'est sans compter l'empreinte environnementale des datacenters qui les hébergent, avec des serveurs qui tournent h24.
Je ne sais pas d’où ça sort de vouloir tout mettre sur des clouds mais j'ai souvenir qu'avant (il y a plus de 10 ans) il fallait presque se battre (donc justifier les coûts) pour avoir un serveur dédié dans ses locaux ou non. C'est peut être rapide à mettre en place mais ça coûte un bras. Dans une boite ou je suis passé, ils étaient à environ 90k€/mois d'AWS et en mutualisant des serveurs ils ont réussit à descendre à 45k€/mois. Mais là l'utilisation de cloud était justifiée (très gros nombre d'utilisateurs), c'est juste que ça manque de mutualisation et d'optimisation.
1  0