IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un employé licencié par Google pour s'être opposé au contrat cloud et d'IA avec Israël estime que la réaction de l'entreprise est disproportionnée
Et constitue un message ferme pour les employés

Le , par Mathis Lucas

11PARTAGES

3  0 
Google a licencié 28 employés pour avoir protesté contre le projet Nimbus avec Israël. Selon l'un des employés licenciés, la réponse de Google est disproportionnée et constitue la preuve que l'entreprise est prête à prendre les mesures de représailles les plus strictes contre les travailleurs qui tentent de faire entendre leurs voix. Il accuse Google d'être non seulement complice d'un prétendu "génocide" à Gaza, mais aussi d'entretenir un environnement interne "fasciste". Il invite les autres employés du secteur technologique à dénoncer les entreprises qui travaillent avec Israël et à ne pas avoir peur des représailles. Son avis ne fait toutefois pas l'unanimité.

Hasan Ibraheem, un jeune homme de 23 ans, né en Syrie et élevé en Virginie occidentale, fait partie des 28 employés contestataires licenciés par Google la semaine dernière. Pour cause, ils ont pris d'assaut les bureaux de l'entreprise à New York et à Sunnyvale, en Californie, avant d'organiser un sit-in de protestation qui a été retransmis en direct sur différentes plateformes, dont X. Ils protestaient contre le projet Nimbus, un contrat de 1,2 milliard de dollars dans le cadre duquel Google et Amazon s'engagent à fournir des services cloud et d'IA au gouvernement et à l'armée israéliens. L'accord a été conclu en 2021.

Le contrat d'Ibraheem chez Google représentait son tout premier emploi à la sortie de l'université. Dans une interview accordée à Marisa Kabas, du site The Handbasket, Ibraheem a est revenu sur le déroulement des événements qui ont conduit à son arrestation, puis à son licenciement. Lors de l'interview, il a défendu l'action menée par son équipe afin de faire entendre leurs voix. Il a également accusé Google d'avoir usé d'un stratagème pour les faire arrêter pour "intrusion dans une propriété privée" avant de les licencier pour "perturbation du lieu de travail et mise en danger des collègues". Voici ce qu'il dit à ce sujet :

Citation Envoyé par Hasan Ibraheem

Quelques heures avant notre arrestation, ils nous avaient mis - les gens qui étaient assis - en congé administratif pour pouvoir confisquer nos badges. Parce qu'une fois que vous êtes mis en congé administratif, vous n'avez plus accès à vos appareils professionnels. Vous n'avez plus accès au bâtiment et ils vous confisquent vos badges.

Ce n'est donc qu'à ce moment-là qu'ils ont pu nous accuser d'intrusion. Car avant cela, nous étions des employés de Google avec des badges actifs qui avaient tout à fait le droit d'être sur ce lieu de travail. Il a fallu qu'ils nous mettent en congé administratif pour que les policiers viennent.

On aurait dit qu'ils étaient vraiment, tout le temps, en train d'essayer de comprendre ce qu'il fallait faire. Je ne pense pas qu'il y ait eu des gens qui aient jamais fait cela - des employés de Google refusant de partir en signe de protestation. Ils se sont donc efforcés de trouver la marche à suivre pour nous faire partir.
Selon les déclarations d'Ibraheem, certaines des 28 personnes licenciées n'étaient pas impliquées dans les mouvements de protestation. À ses yeux, il ne s'agit donc que de représailles, et d'un mécanisme de dissuasion. « Oui, il s'agissait de représailles, sans aucun discernement - des gens qui venaient juste de passer pour nous dire bonjour et peut-être nous parler un peu. Ils ont été renvoyés. Des gens qui ne sont pas du tout affiliés à No Tech For Apartheid, qui sont juste venus et qui s'intéressaient à ce qui se passait. La sécurité a demandé à voir leur badge et ils ont fait partie des 28 personnes licenciées », a-t-il déclaré.

Dans un mémo interne, Chris Rackow, responsable de la sécurité mondiale chez Google, a écrit : « si vous êtes l'un des rares à être tenté de penser que nous allons négliger les comportements qui violent nos politiques, détrompez-vous ». Commentant ce passage, Ibraheem a déclaré qu'il s'agit d'une menace à peine voilée. « C'est sans aucun doute une menace. Ils disent simplement : "hé, n'osez même pas penser que vous pouvez faire ce que ces gens ont fait" ». Ibraheem a déclaré lors de l'interview que d'autres employés de Google lui ont confié avoir trouvé le courriel de Rackow menaçant. Notamment, Ibraheem a déclaré :

Citation Envoyé par Hasan Ibraheem

Nous avons reçu des réponses de gens qui disaient qu'il semblait menaçant. Que cela semblait un peu exagéré en réponse aux employés de Google qui s'asseyaient, dans leur espace de travail, pacifiquement, et qui disaient : "hey, laissez tomber le projet Nimbus ou venez nous en parler. Ayez une sorte de conversation avec nous".

Google a réagi de manière totalement excessive, non seulement en licenciant toutes les personnes impliquées ou non, mais aussi en menaçant toutes les autres personnes de l'entreprise qui oseraient s'opposer à ce projet. Et les gens remarquent que cela ressemble à un environnement très fasciste.

Je pense que Google a vraiment peur que ses employés s'opposent à ce projet. Nous savons que nous [No Tech For Apartheid] sommes une organisation dirigée par des travailleurs, même s'ils ont souvent essayé de nous dépeindre comme un groupe externe qui ne représente pas les employés.

Mais non, nous sommes des employés de Google. C'est pourquoi nous avons tous été licenciés. Et Google comprend le pouvoir que nous avons, et ils ont peur que si nous sommes plus nombreux à nous exprimer, ils soient obligés de faire quelque chose.
Google a réagi de façon très ferme face aux récentes protestations contre le projet controversé Nimbus. Selon les critiques du projet, les capacités d'IA fournies par Amazon et Google à l'armée israélienne pourraient être utilisées dans des armes autonomes pour cibler les Palestiniens en Cisjordanie occupée ou à Gaza. Des employés des deux entreprises on écrit dans une lettre ouverte en 2021 : « la technologie que nos entreprises se sont engagées à construire rendra la discrimination et le déplacement systématiques effectués par l'armée et le gouvernement israéliens encore plus cruels et mortels pour les Palestiniens ».


Le projet Nimbus est perçu comme un soutien à l'armée israélienne, qui est actuellement engagée dans un conflit controversé contre le Hamas dans l'enclave palestinienne de Gaza. Même les estimations les plus prudentes font état d'au moins 30 000 morts dans la guerre actuelle entre Israël et le Hamas, et de nombreuses personnes (y compris de nombreux Israéliens) critiquent la réticence d'Israël à mettre fin à son offensive. Pour en revenir à Google, le projet Nimbus lui-même remonte au moins à 2021. Il est controversé depuis lors et de nombreux critiques affirment avoir subi des représailles ou poussé vers la sortie.

Certains travailleurs ne partagent toutefois pas l'avis d'Ibraheem et critiquent l'action du groupe. « Je blâme Google pour avoir favorisé un environnement dans lequel ces employés pensaient sincèrement qu'ils pouvaient passer leur temps de travail à défendre des causes sociales et à organiser des manifestations tout en conservant leur emploi et en encaissant leur salaire. Google n'est pas "fasciste" pour vous avoir licencié parce que vous vous êtes barricadé dans le bureau du directeur technique, que vous avez intimidé et menacé vos collègues et que vous avez diffusé toute cette mascarade en direct », a écrit un critique.

Il a ajouté : « votre travail en entreprise n'est pas une démocratie. Si l'entreprise continue à faire le ménage et revient à sa mission, il y a peut-être encore de l'espoir pour elle ». Le coup de projecteur de mardi est encore moins flatteur pour Google que les récentes débâcles de son modèle d'IA Gemini.

Source : Marisa Kabas, The Handbasket

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des accusations portées par Hasan Ibraheem contre Google ?
La réponse de Google est-elle disproportionnée ? Cela a-t-il un quelconque rapport avec le fascisme ?
Selon vous, les travailleurs ont-ils le droit de protester contre les choix de leurs employeurs ? Pourquoi ?
Les employés sont-ils en droit de traiter des questions politiques pendant leurs heures de travail ?

Voir aussi

Google demande à son personnel de ne pas débattre de politique après le licenciement de protestataires, contre un contrat de fournitures de services d'informatique en nuage et d'IA à Israël

Google licencie 28 employés ayant participé à une protestation contre un contrat de 1,2 Md $ visant à fournir des services cloud et d'IA à Israël, ils auraient violé les règles de l'entreprise

Des employés de Google arrêtés alors qu'ils manifestaient contre le contrat cloud de 1,2 milliard de dollars conclu avec le gouvernement israélien, et leurs contrats de travail ont été suspendus

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de denisys
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/04/2024 à 20:02
Google licencie de nouveaux employés après que son PDG a déclaré que le lieu de travail n'est pas une arène politique.
Et j'ajoute ...
Ni un lieu de prière !!!
0  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 25/04/2024 à 14:34
https://www.arabnews.fr/node/154101/monde-arabe

Le projet Nimbus est un projet de 1,2 milliard de dollars américains (1 dollar américain = 0,86 euro) dans le cadre duquel Google et Amazon fournissent des services cloud au secteur public et à l'armée israéliens.

«Le système Nimbus fournira des services cloud aux ministères du gouvernement israélien, notamment les municipalités locales, les entreprises publiques et les organisations du secteur public, dans le but d'aider à accélérer la transformation numérique», a affirmé Amazon dans un communiqué publié plus tôt cette année.
Cependant, dans la lettre, les employés ont révélé que le projet Nimbus permettra la vente de «technologies dangereuses à l'armée et au gouvernement israéliens».


Pour moi le tueur c'est celui qui tire avec une arme, pas celui qui vends l'arme, lui fait simplement du business et profite de la géopolitique.

Si Israel veut des armes et du cloud, il faut lui donner tous ce qu'elle souhaite, tant qu'elle paie...
Mais cela doit s'appliquer à tous ! Si gaza ou l'iran ou la russie veut des armes, des sous marin nucléaire, ou autres, la France très endetté avec une balance commercial catastrophique à la devoir de répondre aces appels d'offres et de proposer le meilleur de nos technologies tant que ces pays ont l'argent et paie au centime près.

Je dis cela car la France est le 2ieme vendeur d'arme dans le monde, on fait des armes de bonne qualité et c'est une bonne chose car on a déjà plus beaucoup d'industrie dans ce pays...
Donc oui ces salariés de Google soit ils acceptent d'aider Isreal dans sa guerre, soit ils démissionnent, voir change de nationalité et partent vivre en Iran si ils ne supporte pas les actions de leurs pays.

En tous cas ces salariés sont bien content de toucher un salaire à la fin du mois... je doute qu'ils vont le refuser car ça provient d'Israel.
Je suis dans une boite du cac40, elle a pleins d'histoire pas net en afrique, ça m’empêche pas de dormir. Tous salariés francais bossant dans une boite du cac40 sont dans cette situation car j'en connais aucune qui ne fait pas des trucs pas propre dans le tier monde. Atos, Total, Orange, Thales, Dassault, Airbus...etc.
0  0