IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Cloud souverain : l'Europe approuve une aide d'État d'un montant maximal de 1,2 milliard d'euros en faveur d'un projet de cloud computing,
Suscitant des interrogations quant à l'investissement

Le , par Bruno

13PARTAGES

7  0 
La Commission européenne a approuvé une aide d'État pouvant atteindre 1,2 milliard d'euros pour le projet intitulé IPCEI Next Generation Cloud Infrastructure and Services (IPCEI CIS), visant à renforcer la compétitivité européenne dans le domaine du cloud computing, actuellement dominé par des géants américains tels qu'AWS, Microsoft et Google. Sept États membres, à savoir la France, l'Allemagne, la Hongrie, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne et l'Espagne, ont conjointement notifié le projet, et l'objectif est de créer une infrastructure cloud et edge combinant des produits de différents fournisseurs locaux. Toutefois, l'Europe a des antécédents mitigés en matière de projets informatiques et de cloud computing. Le projet Gaia-X, lancé en 2019 dans le but de briser la domination des entreprises américaines en matière de cloud computing, est toujours en cours de développement en fin 2023.


Le projet comprend quatre axes de travail, notamment le développement d'interfaces pour les infrastructures existantes et la création d'une architecture de référence pour connecter différents fournisseurs. Les États membres fourniront jusqu'à 1,2 milliard d'euros de financement public, ce qui devrait permettre de débloquer 1,4 milliard d'euros d'investissements privés supplémentaires. Dans le cadre de cette IPCEI, 19 entreprises, y compris des petites et moyennes entreprises ("PME", entreprendront 19 projets hautement innovants.

Citation Envoyé par Didier Reynders, Commissaire en charge de la politique de concurrence
Ce projet important d'intérêt européen commun est le premier dans le domaine de l'informatique en nuage et de l'informatique de pointe. Les États membres participants fournissent jusqu'à 1,2 milliard d'euros de financement public, ce qui devrait permettre de débloquer 1,4 milliard d'euros d'investissements privés supplémentaires.

L'IPCEI permettra de mener des recherches très ambitieuses, nécessaires pour permettre l'adoption d'applications et de services de traitement des données innovants pour les entreprises, les administrations publiques et les citoyens européens. La décision d'aujourd'hui garantit que l'aide publique est bien ciblée et suffisante pour permettre au projet de poursuivre ses objectifs ambitieux, tout en préservant des conditions de concurrence équitables et en veillant à ce que des retombées positives importantes puissent être générées dans l'ensemble de l'Union.
Le commissaire Didier Reynders souligne l'importance de ce projet pour la croissance économique, l'emploi, la transition verte et numérique de l'Union européenne. Cependant, le financement implique des conditions, notamment l'octroi de licences permissives pour les logiciels développés et la mise à disposition de 20 % de la capacité des installations financées.

Informatique en périphérie et cloud computing: une solution pour les contraintes de latence et de bande passante

Le cloud computing est un type d'informatique qui repose sur des ressources informatiques partagées plutôt que sur des serveurs locaux ou des appareils personnels pour gérer les applications. Le terme est généralement utilisé pour décrire les grands centres de données accessibles à de nombreux utilisateurs sur l'Internet (Cloud public) ou sur un réseau privé (cloud privé).

L'informatique en périphérie est la fourniture de capacités informatiques aux extrémités logiques d'un réseau afin d'améliorer les performances, les coûts d'exploitation et la fiabilité des applications et des services. En réduisant la distance entre les appareils et les ressources qui les desservent, ainsi que les sauts de réseau, il atténue les contraintes de latence et de bande passante de l'internet actuel, ouvrant la voie à de nouvelles catégories d'applications.

La combinaison de l'informatique en périphérie et du cloud computing dans un continuum unique fait partie du paradigme de l'informatique en cloud et comprend une gestion commune de chaque ressource informatique. Les ressources informatiques et de stockage des données, ainsi que les applications et leurs données, sont placées à l'endroit le plus optimal entre l'utilisateur et le cloud.

Concrètement, cela signifie qu'il faut distribuer de nouvelles ressources et des piles logicielles le long du chemin entre les centres de données centralisés d'aujourd'hui et le nombre de plus en plus important d'appareils sur le terrain, concentrés, en particulier mais pas exclusivement, à proximité du réseau du dernier kilomètre, à la fois du côté de l'infrastructure et du côté de l'appareil.


Pour la plupart des chefs d'entreprise et des responsables informatiques, la question n'est pas de savoir s'il faut adopter l'edge computing comme un élément essentiel de leurs stratégies de transformation informatique et numérique, mais plutôt de savoir comment faire en sorte que leur organisation puisse maximiser la valeur de l'edge computing aujourd'hui et à l'avenir.

La première étape consiste à reconnaître que l'edge computing est plus large qu'une simple discussion sur l'infrastructure. Pour être déployé avec succès, l'edge computing doit être considéré comme faisant partie d'un continuum cloud-edge qui englobe plusieurs aspects importants, notamment :

  • Une connectivité intelligente pour un accès sécurisé à toutes les options d'infrastructure réseau pertinentes, qu'il s'agisse de la 5G, du Wi-Fi 6, du câble ou du LTE ;
  • la capacité de répondre dynamiquement aux exigences de latence, de configuration et autres de chacune des différentes technologies de réseau ;
  • intégration de la périphérie et du nuage pour une infrastructure transparente permettant d'organiser et de déployer des composants logiciels à la demande ;
  • gestion uniforme de l'infrastructure numérique distribuée pour différents types de périphérie, de composants et de services de cloud computing ;
  • le déploiement et l'approvisionnement dynamiques de services et d'applications qui dépendent du temps et de l'emplacement ;
  • gestion des données pour maintenir la sécurité des données et optimiser leur traitement.

Un modèle de plateforme est le meilleur moyen - et, de manière réaliste, le seul moyen - de réaliser avec succès ce continuum entre le cloud et la périphérie. Comme le décrit le livre blanc Edge Computing : Winning With Platform Approaches, l'informatique en périphérie nécessite une architecture logicielle gérée qui peut organiser la capacité de calcul, les fonctions réseau et les fonctions logicielles sur site, dans des environnements dynamiques avec des processus flexibles.

IPCEI CIS

L'IPCEI CIS est la première IPCEI dans le domaine du cloud computing et de l'informatique périphérique. Elle concerne le développement du premier écosystème européen interopérable et librement accessible de traitement des données, le continuum cloud to edge (de l'informatique dématérialisée à l'informatique de pointe) à fournisseurs multiples. Elle développera des capacités de traitement des données, des logiciels et des outils de partage des données qui permettent des technologies de traitement des données distribuées dans le cloud et à la périphérie.

« L'innovation apportée par l'IPCEI CIS ouvrira un nouvel éventail de possibilités aux entreprises et aux citoyens européens, favorisant ainsi la transition numérique et écologique en Europe. Les entreprises participantes développeront un logiciel libre qui permettra d'offrir des services en temps réel et à faible latence (quelques millisecondes) grâce à des ressources informatiques distribuées proches de l'utilisateur, réduisant ainsi la nécessité de transmettre de grands volumes de données à des serveurs centralisés dans le cloud », déclare la Commission européenne.

Les différents projets couvrent l'ensemble du continuum du cloud computing, de la couche logicielle de base aux applications sectorielles. Ces projets visent à faciliter la transition numérique et écologique :

  • en fournissant des logiciels qui développeront les capacités nécessaires liées à l'infrastructure pour construire les couches de base de la pile de nuages en périphérie ;
  • en développant une architecture de référence commune qui servira de schéma directeur pour la mise en place et l'exploitation d'un système de nuage et de périphérie ;
  • en développant un ensemble de services avancés de nuage et de périphérie qui peuvent être déployés de manière transparente à travers des réseaux de fournisseurs ;
  • en développant des cas spécifiques au secteur (par exemple dans les secteurs de l'énergie, de la santé et de la mer).

Les phases de recherche, de développement et de premier déploiement industriel se dérouleront entre 2023 et 2031, le calendrier variant en fonction du projet et des entreprises impliquées. Le premier résultat de l'IPCEI - une infrastructure de référence open source - devrait être disponible vers la fin de l'année 2027. Selon la Commission européenne, au moins 1 000 emplois directs et indirects hautement qualifiés devraient être créés au cours de ces phases, et au cours de la phase de commercialisation.

« L'IPCEI approuvée aujourd'hui est essentielle pour apporter une innovation de pointe sur les technologies de l'informatique en nuage et en périphérie qui répondent aux exigences européennes en matière d'interopérabilité, de confidentialité des données, de durabilité et de cybersécurité. Elle fournira également les technologies et les solutions qui permettront d'atteindre les objectifs de la stratégie 2030 de la décennie numérique : 75 % d'adoption du cloud par les entreprises de l'UE et plus de 10 000 nœuds de connexion dans toute l'Europe. Avec cette IPCEI, l'Europe renforcera son leadership en matière d'innovation dans les services de traitement des données de nouvelle génération », a déclaré le Commissaire Thierry Breton.

L'évaluation de la Commission

La Commission a évalué le projet d'IPCEI au regard des règles de l'UE en matière d'aides d'État, et plus particulièrement de sa communication de 2021 sur les projets importants d'intérêt européen commun (communication sur l'IPCEI). Lorsque des initiatives privées soutenant l'innovation de rupture ne se concrétisent pas en raison des risques importants que ces projets comportent, les règles relatives à l'IPCEI permettent aux États membres de combler conjointement les lacunes afin de remédier à ces importantes défaillances du marché.

Dans le même temps, les règles de l'IPCEI garantissent que l'économie de l'UE dans son ensemble bénéficie des investissements soutenus et limitent les distorsions potentielles de la concurrence. Le financement public - provenant des contribuables intervient alors qu'AWS, Microsoft et Google continuent de dominer la fourniture du cloud computing en Europe. Les statistiques de Synergy Research publiées il y a un an indiquaient que le trio détenait une part de marché locale de 72 %.

Le projet cloud de la Commission européenne concerne le traitement des données et une approche visant à combiner les produits cloud et edge d'une variété de fournisseurs locaux différents. Quatre axes de travail sont prévus. Le premier, baptisé « Cloud-Edge Continuum Infrastructure », vise à développer des interfaces pour les infrastructures existantes. Le second, « Cloud-Edge Capabilities », proposera une architecture de référence permettant de connecter différents fournisseurs.
Dans des remarques faites à Bruxelles le 5 décembre, le commissaire Didier Reynders a déclaré : « Par exemple, un projet créera un logiciel open source qui permettra aux entreprises de créer des Clouds privés sur plusieurs sites en intégrant des ressources provenant de différents centres de données. »

Le projet, impliquant 19 entreprises telles que SAP, Orange et Deutsche Telecom, devrait créer 1 000 emplois dans des domaines tels que l'IA, la cybersécurité et le cloud, avec une phase de commercialisation prévue pour 2027.

Scepticisme sur l'Investissement de l'Europe dans le Cloud : Leçons Tirées du Projet Gaia-X

Malgré les ambitions, l'Europe a connu des défis antérieurs avec des projets similaires, comme en témoigne le statut en cours de réalisation du projet Gaia-X, lancé en 2019 pour fournir une infrastructure fédérée et sécurisée. Ce projet vise à faire en sorte que les données des entreprises et institutions européennes soient hébergées en Europe, d'offrir la possibilité de changer facilement de prestataire et surtout d'échapper au Cloud Act américain.

En 2018, les États-Unis ont adopté le Cloud Act (Clarifying Lawful Overseas Use of Data Act), une loi extraterritoriale qui autorise les autorités américaines, dans le cadre d'une enquête pénale, à exiger des entreprises le transfert de données stockées à l'étranger vers les États-Unis. Dans l’intention de briser la domination des entreprises américaines en matière de cloud computing, l’Europe lance à l’initiative franco-allemande, GAIA-X, un projet de développement d'une infrastructure de données efficace, compétitive, sécurisée et fiable.

Gaia-X établira des normes communes pour le stockage et le traitement des données sur des serveurs situés localement, conformes aux strictes lois de l'Union européenne en matière de confidentialité des données. Lors d'une déclaration à Berlin, Peter Altmaier a décrit Gaia-X comme un projet majeur visant à réaffirmer la souveraineté technologique de l'Europe, encourageant d'autres pays et entreprises à se joindre à cette initiative. Bruno Le Maire, son homologue français, a souligné que l'Europe, avec ses propres valeurs et intérêts économiques, cherche à défendre sa souveraineté face aux États-Unis et à la Chine.

En 2021, Yann Léchelle, PDG de Scaleway a annoncé son retrait du projet GAIA-X. « Le 18 novembre dernier, nous avons annoncé que notre entreprise ne renouvellerait pas son adhésion au projet GAIA-X en 2022. Les objectifs de l’Association, quoique louables au départ, sont de plus en plus détournés et contrariés par un paradoxe de polarisation ayant pour conséquence de renforcer le statu quo, c’est-à-dire une concurrence déséquilibrée. Scaleway choisit de consacrer son temps, ses capitaux et son attention à améliorer son offre multicloud, un facteur clé pour une véritable réversibilité et ouverture », avait-il déclaré.

L'approbation par l'Europe d'une aide d'État d'un montant maximal de 1,2 milliard d'euros pour un projet national d'informatique dématérialisée suscite un certain scepticisme, compte tenu des antécédents mitigés de l'Europe en matière de projets informatiques et de cloud computing. Le projet Gaia-X, lancé en 2019 avec l'objectif louable d'établir une infrastructure fédérée et sécurisée, est encore en cours de développement en 2023, soulignant ainsi les défis auxquels l'Europe peut être confrontée dans la réalisation de tels projets ambitieux.

Le financement substantiel accordé à ce nouveau projet soulève des questions sur la capacité de l'Europe à gérer efficacement les investissements dans le domaine de l'informatique dématérialisée, en particulier compte tenu des échecs passés. Il est crucial que les leçons tirées des expériences antérieures, telles que le statut actuel de Gaia-X, soient pleinement prises en compte pour garantir une utilisation judicieuse des fonds publics.

L'objectif de renforcer la compétitivité européenne dans le domaine du cloud computing face à la domination des géants américains est certainement légitime. Cependant, il est impératif que la gouvernance, la transparence et la responsabilité soient au cœur de ce nouveau projet afin d'éviter les écueils rencontrés par d'autres initiatives similaires. Les conditions liées au financement, notamment en ce qui concerne les licences permissives et la mise à disposition de la capacité des installations financées, sont des étapes positives, mais leur mise en œuvre effective sera cruciale.

Bien que l'investissement massif dans le projet de cloud computing puisse potentiellement renforcer la souveraineté numérique de l'Europe, il est essentiel que des mesures rigoureuses de gouvernance et de gestion des risques soient mises en place pour maximiser les chances de succès et éviter les erreurs du passé.

Source : Commission européenne

Quelles garanties la Commission européenne offre-t-elle pour assurer une utilisation efficace et transparente des fonds publics alloués à ce projet de cloud computing, à la lumière des antécédents mitigés de l'Europe dans des initiatives similaires comme Gaia-X ?

Selon vous, quelle doit être la stratégie de l'Europe pour assurer l'adoption et le déploiement réussis du projet IPCEI CIS, notamment en termes d'acceptation par les entreprises, les administrations publiques et les citoyens européens ?

Voir aussi :

Le cloud souverain n'est pas crédible ? Scaleway abandonne GAIA-X, un projet de développement d'une infrastructure de données compétitive, sécurisée et fiable pour l'Union européenne

La France et l'Allemagne lancent Gaia-X, un projet de création d'un écosystème de cloud computing en Europe, qui vise à réduire la dépendance de l'Europe à l'égard des géants de la Silicon Valley

Cloud souverain : la surprenante volte-face de l'Etat français en faveur de son écosystème cloud, les Ministres ont annoncé la création d'un Comité Stratégique Sectoriel

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de denisys
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 07/12/2023 à 14:15
Les États membres fourniront jusqu'à 1,2 milliard d'euros de financement public
A comprendre : la / le contribuable de chaque états membres.
Tous cela pour espérer rattraper un retard de 10 ans ????
L’UE, commence à devenir de plus en plus chère à chaque contribuable de chaque états membres.
Sans compter qu’il faut financer les nouveaux arrivant dans l’UE !!
Parlez-moi d’économiste de contrebande menant la danse dans cette pathétique UE, plutôt !!
3  1 
Avatar de weed
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 10/12/2023 à 13:17
Comment faire si cela coute trop cher au contribuable ? On abandonne l'idée et on utilise les GAFAM pour stocker nos données ?
On les taxes, ou tout du moins, on fait la chausse aux optimisations fiscales dont ils usent pour financer le projet ?
0  0