IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Cloud souverain : la surprenante volte-face de l'Etat français en faveur de son écosystème cloud,
Les Ministres ont annoncé la création d'un Comité Stratégique Sectoriel

Le , par Bruno

11PARTAGES

6  0 
À l’occasion de l’inauguration d’un nouveau Datacenter par OVHcloud, Thierry Breton, commissaire européen chargé du Marché intérieur, Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des Finances, de l'Industrie et de la Souveraineté numérique, et Jean Noël Barrot, directeur général du ministre du Numérique et des Télécommunications, se sont réuni à Strasbourg le lundi 12 septembre.

Ce fut l’occasion pour le gouvernement français de réaffirmer sa stratégie nationale pour le cloud confiance. Annoncée en mai 2021, cette stratégie aurait commencé à produire des résultats avec les cloud de confiance Bleu de Capgemini et Orange avec Microsoft, et S3NS de Thales avec Google, et un plan d’investissement de 1,8 milliard d’euros dans le cadre de France 2030, dont 667 millions d’euros de financement public. Dans ce cadre, une vingtaine de projets de développement sont déjà financés, pour un montant de 380 millions d’euros. Une stratégie que le gouvernement veut accélérer avec cinq nouvelles mesures.


Le gouvernement français a déclaré que les données les plus sensibles de l'État et des entreprises du pays pourraient être stockées dans le cloud en utilisant les technologies de Google et de Microsoft si elles sont concédées à des entreprises françaises. « Certaines des données les plus sensibles de l'État français et des entreprises peuvent être stockées en toute sécurité en utilisant la technologie cloud développée par Google et Microsoft, si elle est concédée à des entreprises françaises », avait déclaré le Gouvernement français.

Rappelons qu’à l’occasion de la conférence Criteo IA Labs qui s’était tenue à Paris le 3 octobre 2019, le ministre des Finances Bruno Le Maire avait annoncé que la France a engagé les sociétés Dassault Systemes et OVH pour élaborer des plans visant à briser la domination des entreprises américaines en matière de cloud computing. « Sur la base de ces résultats, nous voulons construire un cloud digne de confiance pour stocker les données les plus sensibles de nos entreprises », avait-il alors déclaré, ajoutant que le projet serait réalisé au niveau franco-allemand dans un premier temps et éventuellement au niveau européen.

En début de l'année, Capgemini et Orange ont annoncé leur intention de créer une nouvelle société d'informatique dématérialisée, baptisée Bleu, afin de répondre aux exigences strictes de souveraineté de l'État français et des infrastructures critiques et de revendre des services Microsoft.

En partenariat avec Microsoft, Bleu met à disposition de ses clients les solutions sécurisées cloud du géant Américain, en l'occurrence les suites de collaboration et de productivité Microsoft 365 ainsi que l'ensemble des services de la plateforme cloud Microsoft Azure. « Bleu fournira ses solutions aux Opérateurs d’Importance Vitale (OIV), aux Opérateurs de Services Essentiels (OSE), à l’État français, à la fonction publique, aux hôpitaux et aux collectivités territoriales requérant la mise en place d’un cloud de confiance adapté au degré de sensibilité de leurs données et à leur charge de travail », précise le communiqué produit à cet effet.

Microsoft a indiqué que c'était une bonne nouvelle pour la transformation numérique de la France « en toute indépendance ». « Voiture autonome, chaînes de production automatisées, robots pour les blocs opératoires : le cloud a investi tous les pans de notre économie et il est plus que jamais nécessaire d’assoir notre souveraineté technologique. En accompagnant la construction de nouveaux outils cloud au niveau français et européen, c’est toute l’industrie française que nous renforçons », explique Bruno Le Maire.

Cependant, il faut rester prudent. « Il faut éviter que les données des Français, surtout si elles sont sensibles, se trouvent par inadvertance aux États Unis, en Chine ou attaquées par des cybercriminels », a déclaré la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques. Le gouvernement compte s'appuyer sur ce label pour offrir de nouveaux services numériques. « Dès le 1er janvier 2022, grâce au cloud, nous aurons un système dématérialisé des permis de construire. Actuellement, c'est un dossier papier en 5 exemplaires. Ce ne sera plus qu'un seul dossier », a-t-elle ajouté.

Avec ce partenariat, Capgemini et Orange ont l’intention de créer une nouvelle société, baptisée « Bleu », qui fournira un « cloud de confiance ; » conçu pour répondre aux besoins de souveraineté de l’État français, des administrations publiques et des entreprises dotées d’infrastructures critiques soumises à des exigences particulières en termes de confidentialité, de sécurité et de résilience, telles que définies par l’État français. « Bleu vise à proposer à ses clients un nouveau cloud de confiance indépendant doté d’un riche catalogue de solutions numériques et les meilleurs outils collaboratifs. Ce partenariat contribuera à accélérer la transformation numérique de la France », indique le communiqué.

Le géant Français de la défense, Thales, et Google ont annoncé la création d'une nouvelle entreprise commune pour offrir un service de cloud souverain en France. « En adressant à la fois les aspects techniques et juridiques du label « cloud de confiance » du gouvernement français, cette approche illustre notre compréhension commune des enjeux et bénéfices du cloud pour les entreprises et institutions françaises, et la volonté de collaborer étroitement et concrètement, en France, pour créer des conditions favorables à l’innovation, de façon ouverte et autonome », a déclaré Samuel Bonamigo, Vice President EMEA South, pour Google Cloud.

Thales annonce une nouvelle collaboration avec Google Cloud qui accélérera la capacité des entreprises à migrer en toute sécurité des données sensibles entre des infrastructures informatiques à base de clouds publics, hybrides et privés. Ensemble, les deux sociétés offriront de nouvelles fonctionnalités permettant aux équipes de sécurité des entreprises de posséder et de contrôler leurs clés de chiffrement tout en contribuant à répondre aux exigences réglementaires accrues, le tout en supportant des environnements de travail de plus en plus répartis, a indiqué l’entreprise française sur son Site officiel.

« Innover et fournir de nouvelles capacités est essentiel pour la migration et la sécurité dans le cloud, surtout avec une telle accélération de la croissance dans ce domaine », avait déclaré Sunil Potti, vice-président et directeur général de Google Cloud Security. « Fidèles à notre mission, nous avons établi cette relation plus étroite avec Thales afin de mieux protéger les informations les plus sensibles de nos clients. Les entreprises de tous types et tailles sont confrontées à un environnement business extrêmement instable et dynamique où même les meilleures lignes de défense sont constamment mises à l'épreuve. Tout comme Thales, nous sommes conscients du panorama actuel et restons vigilants pour fournir à nos clients les solutions les plus avancées et capables de répondre aux besoins d'aujourd'hui et de demain en matière de cybersécurité. »

La nouvelle société offrira des services de cloud aux entreprises publiques et privées locales qui répondent aux exigences françaises de « cloud de confiance » définies par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI).

« Grâce à cette collaboration unique avec Google Cloud, nous pourrons contribuer à alimenter la transformation numérique des organisations de toutes tailles et de tous secteurs qui souhaitent garder le contrôle et la souveraineté sur leurs données et celles de leurs clients. Ensemble, nous répondrons aux critères définis par le gouvernement pour un cloud de confiance, ainsi qu'aux objectifs environnementaux avec une approche durable pour l'infrastructure que nous construirons », a déclaré Marc Darmon, EVP, Responsable de la communications sécurisées et systèmes d'information chez Thales.

Rassemblé derrière OVHCloud, le gouvernement français a démontré son soutien massif et clair à la filière française du cloud. Les Ministres ont annoncé la création du Comité Stratégique Sectoriel (CSF) provisoirement présidé par Michelle Paulin, Directrice Générale d'OVHCloud. Si le gouvernement présente ces annonces comme une réaffirmation de la stratégie cloud nationale, et revendique donc une forme de cohérence depuis l’annonce de la stratégie cloud en mai 2021, en réalité ce n’est pas le cas.

Le virage stratégique annoncé par Bruno Le Maire et Jean-Noël Barrot est majeur et spectaculaire. En mai 2021, Bruno Le Maire et le secrétaire d’Etat au Numérique de l’époque, Cédric O, n’avaient pas de mot pour le secteur français du cloud, si ce n’est pour le dénigrer. Cédric O a même affirmé que l’offre des Gafam” les meilleurs services cloud » et assumé le discours selon lequel les Français ne sont pas « pas au niveau » et « ne proposent pas toutes les briques cloud indispensables à la transformation digitale des entreprises et de l’Etat ».

Dix-huit mois plus tard, son successeur, Jean-Noël Barrot, dit exactement le contraire. ” Les acteurs français du cloud et de la data maîtrisent toutes les briques technologiques indispensables pour proposer des solutions souveraines à tous les acteurs stratégiques “, il dit. Le nouveau ministre du Numérique appelle même l’État à « compter sur eux » verser « gagner la bataille de la souveraineté numérique face aux champions américains – Amazon, Microsoft, Google – dont il dresse un portrait peu flatteur. Selon lui, la force des Américains était d’offrir "solutions globale", répondant à tous les besoins des clients sur une seule plateforme, ce qui leur a permis d’obtenir un ” domination économique qui conduit à la dépendance technologique », avec son lot de « risques extraterritoriaux pour la sécurité de nos données ».

De son côté, le même Bruno Le Maire qui affirmait que les offres américaines peuvent être souveraines si elles sont vendues par des joint-ventures de droit français (Bleu pour Microsoft avec Orange et Capgemini, S3ns pour Google avec Thales), déclare : « Je suis opposé au principe d’extraterritorialité américaine. Je ne vois pas au nom de quoi ils pourraient saisir des données essentielles pour notre souveraineté et notre indépendance. Personne, même nos alliés, ne peut avoir le droit de saisir nos données ».

Cependant, de plus en plus d’experts juridiques préviennent que les offres Cloud de confiance avec les Gafam seront soumises à la loi FISA extraterritoriale et que les Américains pourraient également considérer qu’elles relèvent du Cloud Act, nécessitant de créer une véritable barrière juridique à la fois coûteuse et incertaine. que le label SecNumCloud est censé valider.

Le cloud act pour Clarifying Lawful Overseas Use of Data Act est une loi américaine de 2018 clarifiant l’utilisation légale des données à l’étranger et permet aux autorités américaines de disposer des outils juridiques adéquats pour obliger les entreprises aux États-Unis de fournir les données stockées sur leurs serveurs, y compris ceux situés à l’étranger, en cas de mandat ou d’assignation en justice.

Les résultats d’une étude commandée à un cabinet d'avocats américain par le ministère néerlandais de la justice et de la sécurité sur le Cloud Act, indique que les entités de l'UE peuvent être soumises au cloud act, même si elles sont situées en dehors des États-Unis. Elle précise même que le Cloud Act s'applique aussi quand un fournisseur de cloud européen utilise du hardware ou un logiciel américain, ce qui est le principe même des futures offres de « Cloud de confiance » Bleu (les technologies de Microsoft proposées par Orange et Capgemini) et S3ns (celles de Google avec Thales).

Et vous ?

Quel est votre avis sur la question du « cloud de confiance » ?

Voir aussi :

France : Thales et Google créent une coentreprise française de cloud souverain, une offre conçue en France et pour la France

La France choisit Google et Microsoft pour la protection des données sensibles, Bruno Le Maire, Amélie de Montchalin et Cédric O ont présenté la stratégie nationale pour le cloud

Capgemini et Orange annoncent le projet de créer « Bleu », une société qui fournira un « Cloud de Confiance » en France

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jules34
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 14/09/2022 à 16:29
Quelle bande de guignols...

En dix ans ils ont du changer de feuille de route 5 fois, dépenser des centaines de millions d'euros et on en est la... C'est à dire pas loin du point de départ...

Dix-huit mois plus tard, son successeur, Jean-Noël Barrot, dit exactement le contraire. ” Les acteurs français du cloud et de la data maîtrisent toutes les briques technologiques indispensables pour proposer des solutions souveraines à tous les acteurs stratégiques “, il dit. Le nouveau ministre du Numérique appelle même l’État à « compter sur eux » verser « gagner la bataille de la souveraineté numérique face aux champions américains – Amazon, Microsoft, Google – dont il dresse un portrait peu flatteur. Selon lui, la force des Américains était d’offrir "solutions globale", répondant à tous les besoins des clients sur une seule plateforme, ce qui leur a permis d’obtenir un ” domination économique qui conduit à la dépendance technologique », avec son lot de « risques extraterritoriaux pour la sécurité de nos données ».

De son côté, le même Bruno Le Maire qui affirmait que les offres américaines peuvent être souveraines si elles sont vendues par des joint-ventures de droit français (Bleu pour Microsoft avec Orange et Capgemini, S3ns pour Google avec Thales), déclare : « Je suis opposé au principe d’extraterritorialité américaine. Je ne vois pas au nom de quoi ils pourraient saisir des données essentielles pour notre souveraineté et notre indépendance. Personne, même nos alliés, ne peut avoir le droit de saisir nos données ».
Pourquoi ces corsaires du services publics, ces fossoyeurs de finance publique, retournent leurs vestes comme ça ??!!

Petit indice : Stanislas Guérini le ministre de la fonction publique est marié avec Marie-Luce Conrard. Elle travaille chez Google. Hasard me direz vous !! Celle-ci travaille à Google Cloud France en tant que «directrice de la stratégie et des opérations, à l’exclusion du secteur public» !!!! . Celui qui voudrait dépouiller les Français de leurs souveraineté numérique ne pourrait pas mieux s'y prendre. Ils ont quand même eu la présence d'esprit de rajouter "à l'exclusion du secteur public" dans son intitulé de poste

On a un autre ministre, JEAN-NOËL BARROT, lui à la transition numérique et souveraineté industrielle. Lui il n'a pas le droit de traiter avec UBER... , autre fleuron américain. Porque ? Sa soeur et chargé de communication pour le groupe en Europe !!! Le monde des affaires américaines et du gouvernement français est donc vraiment petit !!

Ce n'est pas pour déplaire à notre champion national de l'activité de corsaire des services publics, Macron, qui, pris la main dans le sac pour avoir intercéder en faveur du groupe américain UBER pour truster les taxis nationaux, se défend ainsi :
« Je l’assume à fond. […] J’ai fait venir des entreprises, j’ai aidé des entrepreneurs français, j’ai surtout aidé des jeunes, à qui on n’offrait pas d’emplois, qui venaient de quartiers difficiles », avait-il déclaré.
En plus il faut le remercier...

On parle de champions de l'évasion fiscale, tout ce qu'ils racontent sur ces entreprises est faux. Ils viennent, prennent l'argent sans payer de taxe, paient tout le monde au salaire minimum et basta ! En quoi cela aide la France ??!! En quoi le fait qu'UBER paye une misère ses chauffeurs auto entrepreneur et partent à l'étranger avec l'argent aide les jeunes ? Est ce que ce ne serait pas plutôt le contraire qui se produit ?!

Depuis le début de l'année ils se sont fait prendre la main dans le sac à répétition !! Voila la raison de leurs retournement de veste, jusqu'à ce qu'ils redisent le contraire. Comme les amendes records que la commission européenne inflige aux grandes boîtes qui s'évadent fiscalement et qui sont toujours revue à la baisse une fois que les mecs se sont bien gargarisés d'avoir rétablis la justice sociale alors que ce n'est que...

de la poudre de perlinpinpin
10  0 
Avatar de AndMax
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 16/09/2022 à 11:27
Mon avis sur le "cloud de confiance" ? Je n'ai pas confiance. Tous ces gens cités dans l'article ne font que mentir ou tordre la signification des mots. Comment peut-on parler de "souveraineté" lorsqu'on ne peut se passer de logiciels américains en guise de suite bureautique, et de routeurs chinois dont on ne connaît rien du firmware ? Comment peut-on parler de "toute indépendance" lorsqu'on dépend à 100% d'acteurs étrangers ? Et comment peut-on parler de "dématérialisé" lorsqu'il faut mettre en œuvre des milliers de matériels et d'équipements pour des réseaux, datacenters (bâtiments + serveurs) etc... ?

Le gouvernement français parle de "technologie cloud développée par Google et Microsoft": ignorent-ils que 99% des solutions cloud proposées par ces 2 acteurs sont basées sur des logiciels libres dont le développement a commencé bien avant qu'ils ne s'y intéressent ?

Bref, mon impression c'est qu'avec cette succession de gouvernements français et la CNIL, le pays semble être au même niveau que les pays du tiers monde en ce qui concerne la protection des données de citoyens et des entreprises du pays. Même s'il existe déjà une réglementation comme le RGDP, son application semble encore être de la pure science fiction. Quand on a des ministres qui installent TikTok sur leurs téléphones pro, il ne faut pas s'étonner de la situation désastreuse...
9  0 
Avatar de laloune
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 16/09/2022 à 9:07
Le gouvernement compte s'appuyer sur ce label pour offrir de nouveaux services numériques. « Dès le 1er janvier 2022, grâce au cloud, nous aurons un système dématérialisé des permis de construire. Actuellement, c'est un dossier papier en 5 exemplaires. Ce ne sera plus qu'un seul dossier », a-t-elle ajouté.
ce n'était pas possible avant ? je veux dire, en quoi le Cloud permet monter un tel système dématérialisé plus facilement ? (ce n'est pas une question rhétorique hein, c'est une vraie question de néophyte )
6  0 
Avatar de raphchar
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 14/09/2022 à 15:30
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Le gouvernement compte s'appuyer sur ce label pour offrir de nouveaux services numériques. « Dès le 1er janvier 2022, grâce au cloud, nous aurons un système dématérialisé des permis de construire. Actuellement, c'est un dossier papier en 5 exemplaires. Ce ne sera plus qu'un seul dossier », a-t-elle ajouté.
Ça commence bien… donc dans quelques mois quelqu'un chouinera, « On a perdu les dossiers, on a détruit les sauvegardes papier, et il n'y a pas de sauvegarde numérique ».
4  0 
Avatar de Paco28
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 25/09/2022 à 11:35
C'est nous !
Un intervenant précédent a souligné le fait que les technologies des GAFAMs sont très largement basées sur l'open source.
Effectivement, après avoir échoué à imposer à l'Europe le système de brevets anglo-saxon sur les logiciels, ce qui aurait lourdement impacté le monde du logiciel libre, ils ont tourné casaque, Microsoft en tête, et utilisent à leur profit les fruits du travail de la communauté. Reconnaissons toutefois qu'ils reversent leurs propres développements, quand ils ne peuvent échapper aux licences des logiciels originaux : Microsoft serait par exemple un des principaux acteurs de l'évolution du noyau Linux...
Ces technologies libres sont autant de briques de base permettant de construire les offres cloud. Elles sont à la portée de l'Europe.
Elle est belle et grande l'Europe. Il suffirait qu'il lui pousse des coucougnettes ! Par exemple en commençant par déployer des mesures qui neutralisent les effets de la loi extraterritoriale américaine...
4  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 16/09/2022 à 15:03
Andmax,

Je suis d'accord avec toi sur la première partie de ton message.
Mais je nuancerais quand-même pour les routeurs, si le dialogue vers l’extérieur est correctement crypté via SSL notamment, le risque est limité mais pas inexistant. Idem pour le cloud, si on utilise une infra Google mais que les données sont cryptés, le risque est limité.
Mais bien sûr mon postulat ne tient que si les cryptages utilisés sont fiables.
Et en sécurité il faut applique le zéro confiance, donc il faudrait éviter cette situation et avoir notre propre infra de A à Z. Quid si on se fâche avec les états-unis et qu'en sanction ils coupent tout ?

Pour la CNIL, je suis moins d'accord. En France on a la chance d'avoir la CNIL et on est précurseur, elle existe depuis 1978. Les actions de la CNIL ne sont pas de la science fiction. La dernière sanction concerne d'ailleurs Infogreffe qui fait partie du service public : amende de 250000 €. Les plus grosses amendes concernent les GAFAS. totalenergies a écopé d'1 million d'euros en juin.
2  0 
Avatar de petitours
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 30/09/2022 à 9:15
outre cet acharnement stérile à tout vouloir mettre sur le cloud il y a ce besoin de le rendre sûr alors qu'il est par essence connecté de partout donc a le fondamental du truc pas sûr.

Perso ça me fait penser à celui qui construit sur le lit de la rivière et qui cherche un super moyen technologique pour protéger sa maison de la crue. Même ici il y a toujours un commercial pour montrer à quel point c'est pratique d'avoir l'eau courante à tous les étages de la maison.

Et après il y a la technique ; à l'instant t (et depuis 2jours) OVH n'est pas fichu de faire fonctionner ma boite mail alors des trucs pointus...
2  0 
Avatar de byrautor
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 15/09/2022 à 10:47
Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
Quelle bande de guignols...

En dix ans ils ont du changer de feuille de route 5 fois, dépenser des centaines de millions d'euros et on en est la... C'est à dire pas loin du point de départ...
....................................

une fois que les mecs se sont bien gargarisés d'avoir rétablis la justice sociale alors que ce n'est que...

de la poudre de perlinpinpin

Merci Jules !
1  0 
Avatar de byrautor
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/09/2022 à 10:02
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
Andmax,
Pour la CNIL, je suis moins d'accord. En France on a la chance d'avoir la CNIL et on est précurseur, elle existe depuis 1978. Les actions de la CNIL ne sont pas de la science fiction. La dernière sanction concerne d'ailleurs Infogreffe qui fait partie du service public : amende de 250000 €. Les plus grosses amendes concernent les GAFAS. totalenergies a écopé d'1 million d'euros en juin.
C'est pas mal, le chien qui se mord la queue :'l'Administration qui s'inflige une amende, l'Etat qui s'auto-détruit, le service public qui doit payer une amende à un service publique ! Voilà un flux financier bien inutile et si je suis un fonctionnaire de ces "tribus" je rentre chez moi bien tranquillement le soir, pas comme un auto-entrepreneur qui perd son job !
Et oui, le judiciaire s'auto-détruira comme tout corps constitué.
1  0 
Avatar de byrautor
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/09/2022 à 10:07
Citation Envoyé par AndMax Voir le message
Mon avis sur le "cloud de confiance" ? Je n'ai pas confiance. Tous ces gens cités dans l'article ne font que mentir ou tordre la signification des mots. Comment peut-on parler de "souveraineté" lorsqu'on ne peut se passer de logiciels américains en guise de suite bureautique, et de routeurs chinois dont on ne connaît rien du firmware ? Comment peut-on parler de "toute indépendance" lorsqu'on dépend à 100% d'acteurs étrangers ? Et comment peut-on parler de "dématérialisé" lorsqu'il faut mettre en œuvre des milliers de matériels et d'équipements pour des réseaux, datacenters (bâtiments + serveurs) etc... ?

Le gouvernement français parle de "technologie cloud développée par Google et Microsoft": ignorent-ils que 99% des solutions cloud proposées par ces 2 acteurs sont basées sur des logiciels libres dont le développement a commencé bien avant qu'ils ne s'y intéressent ?

Bref, mon impression c'est qu'avec cette succession de gouvernements français et la CNIL, le pays semble être au même niveau que les pays du tiers monde en ce qui concerne la protection des données de citoyens et des entreprises du pays. Même s'il existe déjà une réglementation comme le RGDP, son application semble encore être de la pure science fiction.
Quand on a des ministres qui installent TikTok sur leurs téléphones pro, il ne faut pas s'étonner de la situation désastreuse...
Bien d'accord, il n'y a rien à dire de plus, hélas !
1  0