IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Capgemini et Orange annoncent le projet de créer « Bleu »,
Une société qui fournira un « Cloud de Confiance » en France

Le , par Bruno

26PARTAGES

10  0 
Orange et Capgemini ont annoncé leur partenariat en vue de la création d'une nouvelle société spécialisée dans le "cloud de confiance", baptisée Bleu. En partenariat avec Microsoft, Bleu mettra à disposition de ses clients les solutions sécurisées cloud du géant américain, en l'occurrence les suites de collaboration et de productivité Microsoft 365 ainsi que l'ensemble des services de la plateforme cloud Microsoft Azure.

Bleu « fournira ses solutions aux Opérateurs d’Importance Vitale (OIV), aux Opérateurs de Services Essentiels (OSE), à l’État français, à la fonction publique, aux hôpitaux et aux collectivités territoriales requérant la mise en place d’un cloud de confiance adapté au degré de sensibilité de leurs données et à leur charge de travail », précise le communiqué.


Avec ce partenariat, Capgemini et Orange ont l’intention de créer une nouvelle société, baptisée « Bleu », qui fournira un « cloud de confiance » conçu pour répondre aux besoins de souveraineté de l’État français, des administrations publiques et des entreprises dotées d’infrastructures critiques soumises à des exigences particulières en termes de confidentialité, de sécurité et de résilience, telles que définies par l’État français. « Bleu vise à proposer à ses clients un nouveau cloud de confiance indépendant doté d’un riche catalogue de solutions numériques et les meilleurs outils collaboratifs. Ce partenariat contribuera à accélérer la transformation numérique de la France », indique le communiqué.

Dans le cadre de ce projet, Capgemini et Orange, deux grandes entreprises numériques françaises, mettront en commun leur savoir-faire, en partenariat avec Microsoft, afin de créer un fournisseur de services cloud français répondant aux besoins spécifiques de certaines organisations. Bleu fournira ses solutions aux Opérateurs d’Importance Vitale (OIV), aux Opérateurs de Services Essentiels (OSE), à l’État français, à la fonction publique, aux hôpitaux et aux collectivités territoriales requérant la mise en place d’un cloud de confiance adapté au degré de sensibilité de leurs données et à leur charge de travail.

Bleu proposera ainsi à ses clients les solutions sécurisées cloud de Microsoft, en l’occurrence les suites de collaboration et de productivité Microsoft 365 ainsi que l’ensemble des services de la plateforme cloud Microsoft Azure, dans un environnement indépendant, afin de leur permettre d’accéder à la gamme la plus complète d’innovations technologiques de pointe.

Certains fournisseurs de services cloud américains collaborent déjà via des partenariats avec plusieurs grandes entreprises françaises, dont l'entreprise de télécommunications contrôlée par l'État, Orange. En fin d’année dernière, le Français OVH a signé un partenariat avec Google Cloud pour proposer Hosted Private Cloud depuis sa propre infrastructure dédiée, une offre compatible avec les technologies open source et entièrement exploitée et gérée en Europe par OVHcloud.

La semaine dernière, Bruno Le Maire, Amélie de Montchalin et Cédric O ont présenté la stratégie nationale pour le cloud, la France a annoncé officiellement le choix de Google et Microsoft pour la protection des données sensibles. « Certaines des données les plus sensibles de l'État français et des entreprises peuvent être stockées en toute sécurité en utilisant la technologie cloud développée par Google et Microsoft, si elle est concédée à des entreprises françaises », a déclaré le Gouvernement français.

Bleu aura ainsi vocation à terme à rejoindre l’initiative européenne Gaia-X, dont Orange et Capgemini sont membres, afin de contribuer à la création de solutions souveraines à l’échelle européenne comme à l’émergence du développement de cet écosystème. Aiman Ezzat, Directeur général de Capgemini, a indiqué :

« En tant que partenaire stratégique, Capgemini s’attache à créer des services adaptés aux besoins de ses clients, en s’appuyant sur les technologies de pointe les plus performantes, dans le respect des normes les plus strictes. La création d’un "cloud de confiance" pour la France permettra au secteur public et aux entreprises dotées d’infrastructures critiques de bénéficier de tous les avantages d’un service cloud flexible sur une plateforme sécurisée. C’est aujourd’hui le bon moment pour lancer ce projet qui bénéficie d’une forte volonté politique et de technologies innovantes. Nous sommes ravis de nous associer à Orange dans le cadre de ce projet innovant ».

Stéphane Richard, Président-Directeur général d’Orange, a indiqué : « Ce "cloud de confiance" répond à une exigence croissante dans le monde du numérique. L’État français l’a récemment confirmé en définissant sa politique "cloud au centre", qui fixe des standards exigeants de protection des données et de souveraineté. Orange, partenaire de confiance de la transformation numérique des entreprises, opère, intègre et orchestre pour ses clients publics comme privés une multitude de services sur des infrastructures de confiance. Nous sommes heureux de nous associer à Capgemini pour mettre à la disposition des utilisateurs B2B et institutions publiques actuels et futurs de ce cloud une large gamme de services s’appuyant notamment sur la solution Microsoft 365 de manière souveraine ».

« La création d’un nouveau service "cloud de confiance", qui pourra être reconnu par les autorités françaises, conçu par une société fondée et codirigée par nos partenaires Capgemini et Orange, contribuera à accélérer la transformation numérique de la France et permettra de répondre aux attentes fixées par l’État français dans sa stratégie nationale », a déclaré Jean-Philippe Courtois, Vice-président exécutif et Président des ventes, du marketing et des opérations monde de Microsoft. « Cette annonce, bénéfique à tout l’écosystème national des acteurs du numérique, favorisera la croissance économique de la France et facilitera sa réussite sur le long terme ».

Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, a annoncé la création d'un label qui garantira que les entreprises du cloud protègent les données. Le label « cloud de confiance pour une souveraineté des données renforcée » serait délivré aux entreprises qui offrent des services d'informatique en cloud et qui respectent les principes évoqués par Le Maire, ainsi que d'autres conditions fixées par l'agence française de cybersécurité, l'ANSSI.

Un cloud hyperscale français, opérant pleinement sous les juridictions françaises et européennes

La gouvernance de Bleu s’appuiera sur des principes clés permettant de garantir que la solution réponde aux besoins uniques de ses clients français pour leurs données sensibles. Ces principes reposent en premier lieu sur l’immunité de Bleu à l’égard de législations extraterritoriales et son indépendance économique (Capgemini et Orange en seront les investisseurs majoritaires). Ils s’appuient ensuite sur le respect des garanties en matière de transfert de données et le contrôle exclusif des applications cloud à partir d’une infrastructure isolée, basée sur des centres de données situés en France.

Les centres de données de Bleu seront ainsi séparés de manière stricte des centres de données internationaux de Microsoft, ce qui garantira son autonomie opérationnelle. De plus, Bleu sera exploité depuis la France par son propre personnel. En conséquence, les services fournis par Bleu devraient permettre d’obtenir la qualification « cloud de confiance » décernée par les pouvoirs publics, puisqu’ils satisferont l’ensemble des critères requis par le label SecNumCloud de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), ainsi que les dispositions juridiques confirmant son statut d’opérateur de « cloud de confiance ». Bleu pourrait accueillir des partenaires complémentaires ultérieurement.

Source : Communiqué de presse

Et vous ?

Que pensez-vous de la confiance faite par Paris aux GAFAM ?

Quels commentaires faites-vous de ce partenariat entre la compagnie Américaine Microsoft et les entreprises françaises ?

Selon vous, peut-on parler de « cloud de confiance » dans un partenariat avec les GAFAM ?

À votre avis, peut-on parler de cloud computing souverain dans le modèle de services que propose Bleu ?

Pouvez-vous faire confiance à une entreprise des GAFAM ?

Voir aussi :

La France choisit Google et Microsoft pour la protection des données sensibles, Bruno Le Maire, Amélie de Montchalin et Cédric O ont présenté la stratégie nationale pour le cloud

Le Français OVH signe un partenariat avec Google Cloud pour proposer Hosted Private Cloud, compatible avec les technologies Open source et entièrement exploitée et gérée en Europe par OVHcloud

Cloud Act : la loi américaine qui donne aux USA un accès aux données stockées en UE inquiète l'Europe, la France prépare des mesures pour se protéger

La France sollicite Dassault Systèmes et OVH pour retenter l'aventure du cloud souverain, elle s'attend à avoir « les premiers résultats en décembre 2019 »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 02/12/2021 à 14:50
Comment peut on penser une seconde que des projets de cette envergure chapotés par des politiciens qui ne connaissent rien au sujet et qui en plus se font allègrement rincer par tous les lobbyistes peuvent aboutir à quelque chose ?
10  0 
Avatar de Jules34
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 14/09/2022 à 16:29
Quelle bande de guignols...

En dix ans ils ont du changer de feuille de route 5 fois, dépenser des centaines de millions d'euros et on en est la... C'est à dire pas loin du point de départ...

Dix-huit mois plus tard, son successeur, Jean-Noël Barrot, dit exactement le contraire. ” Les acteurs français du cloud et de la data maîtrisent toutes les briques technologiques indispensables pour proposer des solutions souveraines à tous les acteurs stratégiques “, il dit. Le nouveau ministre du Numérique appelle même l’État à « compter sur eux » verser « gagner la bataille de la souveraineté numérique face aux champions américains – Amazon, Microsoft, Google – dont il dresse un portrait peu flatteur. Selon lui, la force des Américains était d’offrir "solutions globale", répondant à tous les besoins des clients sur une seule plateforme, ce qui leur a permis d’obtenir un ” domination économique qui conduit à la dépendance technologique », avec son lot de « risques extraterritoriaux pour la sécurité de nos données ».

De son côté, le même Bruno Le Maire qui affirmait que les offres américaines peuvent être souveraines si elles sont vendues par des joint-ventures de droit français (Bleu pour Microsoft avec Orange et Capgemini, S3ns pour Google avec Thales), déclare : « Je suis opposé au principe d’extraterritorialité américaine. Je ne vois pas au nom de quoi ils pourraient saisir des données essentielles pour notre souveraineté et notre indépendance. Personne, même nos alliés, ne peut avoir le droit de saisir nos données ».
Pourquoi ces corsaires du services publics, ces fossoyeurs de finance publique, retournent leurs vestes comme ça ??!!

Petit indice : Stanislas Guérini le ministre de la fonction publique est marié avec Marie-Luce Conrard. Elle travaille chez Google. Hasard me direz vous !! Celle-ci travaille à Google Cloud France en tant que «directrice de la stratégie et des opérations, à l’exclusion du secteur public» !!!! . Celui qui voudrait dépouiller les Français de leurs souveraineté numérique ne pourrait pas mieux s'y prendre. Ils ont quand même eu la présence d'esprit de rajouter "à l'exclusion du secteur public" dans son intitulé de poste

On a un autre ministre, JEAN-NOËL BARROT, lui à la transition numérique et souveraineté industrielle. Lui il n'a pas le droit de traiter avec UBER... , autre fleuron américain. Porque ? Sa soeur et chargé de communication pour le groupe en Europe !!! Le monde des affaires américaines et du gouvernement français est donc vraiment petit !!

Ce n'est pas pour déplaire à notre champion national de l'activité de corsaire des services publics, Macron, qui, pris la main dans le sac pour avoir intercéder en faveur du groupe américain UBER pour truster les taxis nationaux, se défend ainsi :
« Je l’assume à fond. […] J’ai fait venir des entreprises, j’ai aidé des entrepreneurs français, j’ai surtout aidé des jeunes, à qui on n’offrait pas d’emplois, qui venaient de quartiers difficiles », avait-il déclaré.
En plus il faut le remercier...

On parle de champions de l'évasion fiscale, tout ce qu'ils racontent sur ces entreprises est faux. Ils viennent, prennent l'argent sans payer de taxe, paient tout le monde au salaire minimum et basta ! En quoi cela aide la France ??!! En quoi le fait qu'UBER paye une misère ses chauffeurs auto entrepreneur et partent à l'étranger avec l'argent aide les jeunes ? Est ce que ce ne serait pas plutôt le contraire qui se produit ?!

Depuis le début de l'année ils se sont fait prendre la main dans le sac à répétition !! Voila la raison de leurs retournement de veste, jusqu'à ce qu'ils redisent le contraire. Comme les amendes records que la commission européenne inflige aux grandes boîtes qui s'évadent fiscalement et qui sont toujours revue à la baisse une fois que les mecs se sont bien gargarisés d'avoir rétablis la justice sociale alors que ce n'est que...

de la poudre de perlinpinpin
10  0 
Avatar de AndMax
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 16/09/2022 à 11:27
Mon avis sur le "cloud de confiance" ? Je n'ai pas confiance. Tous ces gens cités dans l'article ne font que mentir ou tordre la signification des mots. Comment peut-on parler de "souveraineté" lorsqu'on ne peut se passer de logiciels américains en guise de suite bureautique, et de routeurs chinois dont on ne connaît rien du firmware ? Comment peut-on parler de "toute indépendance" lorsqu'on dépend à 100% d'acteurs étrangers ? Et comment peut-on parler de "dématérialisé" lorsqu'il faut mettre en œuvre des milliers de matériels et d'équipements pour des réseaux, datacenters (bâtiments + serveurs) etc... ?

Le gouvernement français parle de "technologie cloud développée par Google et Microsoft": ignorent-ils que 99% des solutions cloud proposées par ces 2 acteurs sont basées sur des logiciels libres dont le développement a commencé bien avant qu'ils ne s'y intéressent ?

Bref, mon impression c'est qu'avec cette succession de gouvernements français et la CNIL, le pays semble être au même niveau que les pays du tiers monde en ce qui concerne la protection des données de citoyens et des entreprises du pays. Même s'il existe déjà une réglementation comme le RGDP, son application semble encore être de la pure science fiction. Quand on a des ministres qui installent TikTok sur leurs téléphones pro, il ne faut pas s'étonner de la situation désastreuse...
9  0 
Avatar de laloune
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 16/09/2022 à 9:07
Le gouvernement compte s'appuyer sur ce label pour offrir de nouveaux services numériques. « Dès le 1er janvier 2022, grâce au cloud, nous aurons un système dématérialisé des permis de construire. Actuellement, c'est un dossier papier en 5 exemplaires. Ce ne sera plus qu'un seul dossier », a-t-elle ajouté.
ce n'était pas possible avant ? je veux dire, en quoi le Cloud permet monter un tel système dématérialisé plus facilement ? (ce n'est pas une question rhétorique hein, c'est une vraie question de néophyte )
6  0 
Avatar de edrobal
Membre actif https://www.developpez.com
Le 31/05/2021 à 14:11
Citation Envoyé par blbird Voir le message
Holà on atteint des sommets là dit-donc. Tout les clichés y passent, de l'adoration des ultra-riches, qui le méritent tous et qui ne doivent rien aux autres, surtout pas, au culte du privé, qui serait toujours mieux que le public, alors que se sont souvent bien les mêmes dirigeants qui passent de l'un à l'autre, et que l'objectif de l'un et de l'autre ne sont pas du tout les mêmes... Et même jusqu'à l'insulte des français dans leur ensemble, avec sûrement l'excuse habituelle pour un partage des richesses absolument inéquitable, à savoir que c'est de la faute des pauvres si une ultra-minorité capitalise 50% des richesses mondiales.

Le summum du ridicule du néolibéralisme dans toute sa splendeur, avec un cerveau binaire : ce qui marche, le néolibéralisme (et si ca ne marche pas bien, c'est qu'il y en a pas encore assez, évidemment - remise en question : aucune), et ce qui ne marche pas, forcément c'est du communisme. J'ai bien ris en tout cas, merci.
Faut pas se moquer des riches, on ne sait jamais ce qui peut nous arriver! (Colluche). Et tout ce que produit le public, c'est nul : Concorde, Airbus, TGV... Tellement nul qu'on a bradé Airbus (et bientôt la SNCF) au privé qui a daigné le reprendre.
5  0 
Avatar de Jeff_67
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/05/2021 à 22:15
Bleu proposera ainsi à ses clients les solutions sécurisées cloud de Microsoft, en l’occurrence les suites de collaboration et de productivité Microsoft 365 ainsi que l’ensemble des services de la plateforme cloud Microsoft Azure, dans un environnement indépendant, afin de leur permettre d’accéder à la gamme la plus complète d’innovations technologiques de pointe.
Le principal problème du cloud Microsoft n'est pas sa nationalité américaine, mais le fait qu'il rend captif ses clients. Si l'État Français utilise les outils et API propriétaires du cloud Azure, changer de prestataire s'avèrera fort difficile après coup.

On rappelle que les clouds fonctionnent de la même manière que les peep show. Le but est de maintenir les clients le plus longtemps à l'intérieur tout en leur faisant payer continuellement les services même les plus insignifiants. Au final, les clients ne peuvent pas prédire à l'avance combien tout cela va leur coûter.
4  0 
Avatar de coder_changer_vie
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 28/05/2021 à 9:22
S’il existe à terme un remplacement des dépendances externes par des services créés par la société elle-même (en s'appuyant sur kubernetes, etc...) ça peut être un bon compris pour ne pas perdre de temps et devenir autonome à terme.

Si ce sont les données (souveraines) qui doivent être hebergées, il est difficilement concevable de faire autrement, non ?

Petite dédicace au service Marketing, Après Orange, nous avons Bleu. C'est le grand Schtroumpf qui va être content ! J'imagine déjà les publications sur Reddit ;-)
4  0 
Avatar de tanaka59
Inactif https://www.developpez.com
Le 28/05/2021 à 22:23
Bonsoir,

Que pensez-vous de la confiance faite par Paris aux GAFAM ?
La mascarade a commencé avec la liberalisation du marché des fiches de paies . 42 opérateurs (dont la La Poste avec Digiposte ...) , a part La Poste, tout le reste est chez les GAFAM car les "pseudo hébergeurs" se basent sur des technos non françaises, ni européenne.

Une nouvelle loi de 2014/2015 oblige maintenant chaque collectivité d'avoir une plateforme participative avec sa population . Pour des questions de démocraties il parait. Même beaucoup d'institust voient le jour comme "make.org" ... le problème tout est stocké chez les GAFAM ! Même des sites de débats (genre des truc gilets jaunes ou les derniers convention climat et j'en passe ... ). On nous parle de démocratie et on est en train de "brader" notre démocratie dans les mains des GAFAM ... En cas de piratage , je n'ose pas imaginer les répercussions politiques , pour influencer l'opinion (en modifiant ce disent/pensent ) les administrés.

Quels commentaires faites-vous de ce partenariat entre la compagnie Américaine Microsoft et les entreprises françaises ?
Et OVH dans tout cela ? OVH a bien des serveurs non ?

Selon vous, peut-on parler de « cloud de confiance » dans un partenariat avec les GAFAM ?
Non car cela est tributaire d'un puissance étrangère ... On brade maintenant même le pouvoir politique locale et "l'influence" des administrés au premier piratage de masse ou la première manipulation politique .

À votre avis, peut-on parler de cloud computing souverain dans le modèle de services que propose Bleu ?
Non , car c'est une société "non française" qui reste prestataire de service > Microsoft.

Pouvez-vous faire confiance à une entreprise des GAFAM ?
Pour une seul chose > la qualité du produit fini. La "confiance" par rapport aux services non , il même plutôt une défiance.
4  0 
Avatar de jd gayot
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 16/10/2021 à 13:07
Bonjour
Là c'est carrément de l'imposture.
Créer une structure avec Google....? Ceux qui ont signé cela sont des illuminés ou ont obtenu des avantages non avouables.
Google est américain et servira toujours les intérêts américains et cela ce n'est pas condamnable en soi.

Mais il ne peut pas être un partenaire fiable, puisque qu'il est obligé de se plier aux injonctions et aux ordres de l'état américain.

C'est donc une très mauvaise nouvelle...
4  0 
Avatar de raphchar
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 14/09/2022 à 15:30
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Le gouvernement compte s'appuyer sur ce label pour offrir de nouveaux services numériques. « Dès le 1er janvier 2022, grâce au cloud, nous aurons un système dématérialisé des permis de construire. Actuellement, c'est un dossier papier en 5 exemplaires. Ce ne sera plus qu'un seul dossier », a-t-elle ajouté.
Ça commence bien… donc dans quelques mois quelqu'un chouinera, « On a perdu les dossiers, on a détruit les sauvegardes papier, et il n'y a pas de sauvegarde numérique ».
4  0