IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Microsoft annonce la sortie de Dapr 1.0
Le runtime open source qui permet de créer facilement des applications cloud natives avec n'importe quel langage et portables sur différentes plateformes cloud

Le , par Olivier Famien

139PARTAGES

6  0 
Microsoft vient de publier la version 1.0 de l’environnement d’exécution cloud nommé Distributed Application Runtime (Dapr). Dapr est un runtime open source, portable et orienté événement qui permet aux développeurs de créer facilement des applications résilientes, des microservices, sans état et avec état qui s’exécutent de manière native dans le cloud et sur une infrastructure de périphérie (telles que Azure Stack Hub ou AWS Outpost). Avec cette première version stable, les applications Dapr peuvent être déployées sur une infrastructure autohébergée ou des clusters Kubernetes dans des scénarios de production. Dapr s’adresse donc aux développeurs qui créent de nouvelles applications nouvelles du monde réel ainsi qu’à ceux qui migrent et exploitent des applications et des composants existants dans des architectures cloud natives.


Comme avantages, Microsoft rapporte que l’usage de Dapr améliorerait considérablement la productivité des développeurs en réduisant le temps qu’ils pourraient passer à développer leurs applications. Pour mieux se faire comprendre, les mainteneurs du projet expliquent que le runtime Dapr permettrait aux développeurs de se concentrer davantage sur l’écriture de la logique métier que sur la résolution des problèmes des systèmes distribués. Dans cette version 1.0, l’équipe de Dapr rapporte qu’elle s’est concentrée sur Kubernetes en tant qu’environnement d’hébergement principal pour exécuter les applications de production. Il est profondément intégré à la fois au plan de contrôle Dapr et à l’architecture Sidecar Dapr. Par exemple, l’installation et la mise à niveau opérationnelles de Dapr vers Kubernetes sont simplifiées avec les commandes Dapr CLI « ;init ;» et « ;upgrade ;» qui extraient les versions d’exécution correctes de Dapr et garantissent qu’elles sont déployées de manière contrôlée, y compris pour la migration des certificats en cours d’utilisation.

Microsoft ajoute que Dapr, qui dispose de plus de 70 composants développés par la communauté, se présente donc comme une solution pour un large éventail de scénarios. Cela fait de Dapr un choix attrayant pour les développeurs qui cherchent à créer des applications indépendantes du cloud avec une portabilité élevée. Nous précisons que Dapr n’est pas lié à une plateforme particulière et est conçu pour être utilisé à partir de n’importe quel langage de programmation via les protocoles HTTP et gRPC. Il n’est donc pas étonnant de constater que les applications basées sur Dapr peuvent s’exécuter sur les clouds Azure, AWS, Alibaba et Google. Cependant, pour améliorer l’expérience du langage natif pour les développeurs, les SDK pour Java, .NET, Python et Go ont été publiés comme étant prêts à être utilisés pour la production avec cette version 1.0 de Dapr. Les SDK pour JavaScript/Node.js, C ++, Rust et PHP, actuellement en préversion, suivront avec les autres versions de Dapr. En outre, pour développer vos applications cloud natives basées sur Dapr, il est possible d’utiliser les environnements de développement usuels tels que VS Code ou IntelliJ.


L’écosystème Dapr comprend à la fois des technologies open source et des intégrations spécifiques liées aux fournisseurs cloud comme des piles technologiques partenaires. Bien que cette caractéristique apporte une valeur ajoutée aux développeurs qui les utilisent avec Dapr, elle pourrait également constituer un problème pour les performances des applications basées sur Dapr. À ce sujet, Microsoft rassure en affirmant que Dapr a une latence de service à service extrêmement faible et a été optimisé pour les scénarios à haut débit. Dans les tests réalisés, le runtime ajoute environ 1,2 ms de latence de bout en bout au 90e centile et environ 2 ms au 99e centile. Au niveau de la sécurité, l’équipe de Dapr recommande, pour se défendre contre les attaques de l’homme du milieu, de disposer d’un chiffrement fourni par Dapr via des certificats x.509 émis à travers son service de plan de contrôle et qui sont automatiquement renouvelés.

Pour développer Dapr, Microsoft s’est appuyée sur la communauté open source composée en 2019 d’un peu plus de 114 contributeurs. En 2021, ce nombre est passé à 700, ce qui correspond à une croissance de plus de six fois en seulement 16 mois, montrant ainsi l’intérêt que ce projet suscite auprès de la communauté des développeurs. Comme contributeurs à Dapr, nous avons des organisations telles que Alibaba Cloud, HashiCorp, Microsoft, ZEISS, Ignition Group ainsi que les individus. Enfin, étant donné que Microsoft souhaite donner à Dapr un caractère ouvert, neutre et inclusif, l’entreprise a annoncé qu’elle est en train de passer à un modèle de gouvernance ouvert.

Source : Dapr

Et vous ?

Que pensez-vous de Dapr ;? répond-il à des attentes non satisfaites ;?

Pourra-t-il se faire une place dans le monde très concurrentiel des outils cloud ;?

Voir aussi

Quelle solution de cloud computing utilisez-vous ;? Quel modèle de service cloud correspond le plus à vos besoins ;? Tour d’horizon du marché
56 % des entreprises françaises affirment que la transformation numérique n’est pas une priorité, mais le passage au cloud est une évidence pour toutes les entreprises françaises, selon Sage
Google Cloud Platform afficherait désormais de meilleures performances que Microsoft Azure et AWS, selon un rapport de Cockroach Labs

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !